Israël en guerre - Jour 200

Rechercher

Ben Gvir au cimetière de Beer Sheva, des familles endeuillées se disputent

Les membres des familles des soldats tombés au combat se sont crié dessus, alors que les mesures de sécurité ont été renforcées avec la participation du ministre d'extrême droite

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des partisans du ministre de la sécurité nationale d'extrême droite, Itamar Ben Gvir, se battent avec un homme en deuil (C) au cimetière militaire de Beer Sheva, le 25 avril 2023, pendant une cérémonie de Yom HaZikaron. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)
Des partisans du ministre de la sécurité nationale d'extrême droite, Itamar Ben Gvir, se battent avec un homme en deuil (C) au cimetière militaire de Beer Sheva, le 25 avril 2023, pendant une cérémonie de Yom HaZikaron. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)

Des familles de soldats tombés au combat se sont affrontées au cimetière militaire de Beer Sheva mardi, alors que l’émotion était à son comble suite à l’apparition du ministre de la Sécurité nationale d’extrême droite, Itamar Ben Gvir, lors d’une cérémonie organisée à l’occasion de Yom HaZikaron.

Alors que les frictions sociétales sont exacerbées par la volonté controversée du gouvernement de réformer en profondeur le système judiciaire, certains parents de soldats morts au combat ont exhorté les membres de la coalition au pouvoir qui n’ont pas servi dans l’armée à annuler leurs projets de participation aux manifestations organisées à l’occasion de Yom HaZikaron. Plusieurs familles endeuillées avaient publiquement appelé le politicien controversé – qui n’a pas servi dans l’armée et qui a un long passé d’actions et de remarques extrémistes – à se tenir à l’écart de l’événement de Beer Sheva, bien que Ben Gvir ait insisté pour y participer.

Un calme tendu régnait au cimetière avant l’arrivée de Ben Gvir. La zone entourant la scène principale avait été bloquée, laissant certaines tombes inaccessibles aux proches.

En raison de la visite de Ben Gvir et des spéculations selon lesquelles le ministre du gouvernement intransigeant serait chahuté et devrait faire face à des protestations, il y avait une présence notable des forces de sécurité au cimetière.

Ben Gvir est monté et descendu de scène par une entrée arrière, sans entrer en contact avec la foule.

Peu avant le début de la cérémonie, la police et les forces de sécurité ont fermé l’entrée principale et n’ont laissé entrer que les familles des soldats tombés au combat. Des barrières ont également été érigées pour séparer le cimetière civil local du cimetière militaire.

Le ministre de la sécurité nationale Itamar Ben Gvir s’exprime lors d’une cérémonie de Yom HaZikaron au cimetière militaire de Beersheba, le 25 avril 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

Quelques minutes avant que la sirène de 11 heures ne retentisse, un homme en deuil a crié aux forces de sécurité, après avoir été apparemment empêché d’atteindre la tombe de son frère.

Des militaires ont proposé à l’homme de l’escorter jusqu’à la tombe en passant par la zone bloquée près de la scène, mais il a refusé.

« Dites-lui d’arrêter d’empêcher les familles endeuillées de se rendre sur les tombes de leurs enfants. Personne ne m’a jamais empêché d’atteindre la tombe de mon frère… ne m’escortez pas, personne ne m’a escorté pendant 40 ou 50 ans… que s’est-il passé cette année pour que j’aie besoin de votre escorte ?  » a crié l’homme.

Un autre homme dans la foule lui répond en criant : « Qui êtes-vous, pourquoi êtes-vous là ? « Qui êtes-vous, pourquoi êtes-vous meilleur que nous ? » et l’a ensuite traité de « gauchiste ».

Une altercation verbale a éclaté entre plusieurs personnes présentes, qui a dégénéré en altercation physique. Des jurons ont été prononcés au cours de la bagarre, tandis que les soldats tentaient de séparer les deux camps.

Après le retentissement de la sirène et alors que Ben Gvir commençait à s’exprimer, des cris ont éclaté dans le cimetière.

Réagissant à un homme en deuil qui lui avait crié dessus, le ministre a déclaré : « C’est un patriote, il a le droit de crier… Je m’incline », avant de poursuivre son discours sous les murmures de la foule.

Un mélange d’applaudissements et de cris a éclaté à la fin de son discours.

Un homme a crié : « Sors d’ici, terroriste ».

« Nous t’aimons, Ben Gvir », a dit un autre, alors que le ministre quittait le cimetière.

Alors que les familles quittaient le cimetière bondé, des heurts ont commencé à éclater à l’extérieur. Plusieurs personnes se sont criées dessus et certaines se sont battues physiquement.

« C’est Yom HaZikaron, ne provoquez pas de troubles… respectez la journée », a crié un homme. « Je suis de droite », a répondu une femme, avant qu’une bouteille d’eau en plastique ouverte, distribuée aux participants, ne lui soit lancée.

Les policiers se sont efforcés de séparer physiquement les deux camps alors que les affrontements s’étendaient aux routes avoisinantes. Aucune arrestation n’a été effectuée.

Un membre d’une famille endeuillée se dispute avec des soldats de Tsahal au cimetière militaire de Beer Sheva pendant Yom HaZikaron, le 25 avril 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

Le président de l’organisation de commémoration Yad Labanim, Eli Ben-Shem, a déclaré que Ben Gvir était responsable des échauffourées au cimetière de Beer Sheva.

« Je m’excuse auprès de ceux qui sont tombés au combat de ne pas avoir été en mesure de sauvegarder leur honneur. Ben Gvir n’a pas agi avec sagesse. Il a provoqué des affrontements et un fossé entre les familles endeuillées », a déclaré Ben-Shem, lui-même père endeuillé , au site d’information Ynet, ajoutant que Ben Gvir aurait dû se contenter de déposer une gerbe de fleurs, comme d’autres ministres, et ne pas insister pour prendre la parole.

Eli Ben-Shem, président de Yad Labanim, l’organisation de commémoration des soldats israéliens tombés au combat, photographié au début de Yom HaZikaron en Israël, lors d’une cérémonie au mur Occidental, le 24 avril 2023. (Capture d’écran de Kan TV)

« Jamais auparavant nous n’avions vu des familles endeuillées lever la main l’une contre l’autre. Nous lui avons demandé ces deux dernières semaines de ne pas venir, mais il a insisté. Il doit faire son examen de conscience à Yom Kippour pour avoir réussi à créer un fossé entre les familles endeuillées », a déclaré Ben-Shem.

« Des militants sont venus et ont applaudi », a ajouté Ben-Shem, dans des commentaires transmis à la Douzième chaîne. « C’était un comportement méprisable dans un cimetière militaire, le saint des saints de l’État d’Israël. Applaudir un ministre ? Qui a jamais entendu parler d’une telle chose ? Il a bafoué l’honneur de ceux qui sont tombés au combat… C’était une honte et je pleure pour ceux qui sont tombés au combat à Beer Sheva ».

Plusieurs autres ministres ont fait face à des perturbations dans divers cimetières militaires à travers le pays.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.