Israël frappe le Hamas à Gaza après une attaque à la roquette
Rechercher

Israël frappe le Hamas à Gaza après une attaque à la roquette

L'armée dit avoir mené des frappes aériennes importantes après le tir de trois missiles sur le sud d'Israël, alors que les tensions montent depuis la publication du plan de paix

Des images montrant une explosion au cours d'une frappe aérienne à Gaza, le 25 janvier 2019 (Capture d'écran : Twitter)
Des images montrant une explosion au cours d'une frappe aérienne à Gaza, le 25 janvier 2019 (Capture d'écran : Twitter)

L’aviation israélienne a effectué des frappes aériennes dans la bande de Gaza tôt vendredi, quelques heures après que trois roquettes ont été tirées depuis l’enclave palestinienne sur Israël.

Les Palestiniens ont signalé d’importantes explosions près de Khan Younis et Rafah dans le sud de la bande de Gaza.

L’armée israélienne a rapporté dans un communiqué que son aviation avait mené des attaques sur « un large éventail de cibles appartenant au groupe terroriste du Hamas. … ce qui constitue un véritable coup dur pour la capacité du Hamas à renforcer [ses forces] ».

L’armée a indiqué que parmi les cibles touchées se trouvait une installation souterraine utilisée pour fabriquer des armes. Dans le passé, l’armée a été critiquée pour avoir mené des frappes de représailles la plupart du temps impuissantes, apparemment conçues pour afficher la force tout en minimisant les pertes afin d’éviter que la violence ne fasse boule de neige.

Aucun blessé n’a été signalé à la suite de ces frappes. Des coupures de courant généralisées ont été signalées à Rafah.

Les militaires ont déclaré que ces frappes, la deuxième en deux heures, étaient une réponse aux tirs de roquettes de jeudi soir, ainsi qu’aux ballons transportant des explosifs envoyés de l’autre côté de la frontière et aux tirs de snipers sur un poste de garde de l’armée jeudi.

Les tensions entre Israël et Gaza n’ont cessé de croître au cours des deux dernières semaines après plusieurs mois de calme relatif. Les craintes se sont accrues ces derniers jours d’une escalade de la violence à Gaza et en Cisjordanie suite à la publication d’un plan de paix américain qui est considéré comme favorisant fortement Israël.

Des manifestants palestiniens brûlent des pneus pendant des protestations contre la proposition de paix américaine, à Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 30 janvier 2020. (Crédit : Said KHATIB / AFP)

Deux des roquettes tirées sur Israël jeudi dernier ont été abattues par le système anti-missile Dôme de fer. La troisième a atterri dans une zone ouverte. Ces tirs n’ont pas été revendiqués, mais l’armée tient le Hamas, qui dirige de facto l’enclave, pour responsable de toute violence émanant de l’enclave.

Une fillette de trois semaines a été hospitalisée avec des lésions modérées à la tête après avoir été blessée en étant conduite précipitamment vers un abri anti-bombe à Sderot. La mère du nouveau-né, âgée de 30 ans, a également été hospitalisée pour des blessures légères, selon les services d’urgence.

La vidéo publiée par les médias israéliens indique montrer les tirs de roquettes au-dessus de la ville.

Israël a mené des frappes aériennes dans le sud de Gaza jeudi après-midi en réponse aux tirs transfrontaliers de snipers et après qu’un paquet de ballons reliés à un engin explosif a été retrouvé dans la zone du Conseil régional côtier d’Ashkelon.

Mercredi soir, un mortier a été tiré de Gaza sur Israël, provoquant des frappes aériennes de représailles.

Mercredi soir, l’armée a annoncé qu’elle déployait des troupes supplémentaires à la frontière gazaouïe et en Cisjordanie, craignant que les Palestiniens ne réagissent violemment au plan de paix américain, qui a été publié mardi.

Les dirigeants palestiniens ont rejeté ce plan du revers de la main.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...