Israël en guerre - Jour 289

Rechercher

Israël fustige un haut fonctionnaire de l’ONU pour lequel « le Hamas n’est pas un groupe terroriste »

Suite aux propos de Martin Griffiths, Jérusalem a dit que l'ONU "atteint de nouveaux sommets chaque jour". L'intéressé a plus tard ajouté que ce n'était pas une organisation terroriste au sens du Conseil de sécurité

Martin Griffiths, secrétaire général adjoint de l'ONU chargé des affaires humanitaires et coordinateur des secours d'urgence, avec le ministre syrien des Affaires étrangères à Damas, le 26 juin 2023. (Crédit : Louai Beshara/AFP)
Martin Griffiths, secrétaire général adjoint de l'ONU chargé des affaires humanitaires et coordinateur des secours d'urgence, avec le ministre syrien des Affaires étrangères à Damas, le 26 juin 2023. (Crédit : Louai Beshara/AFP)

Un haut fonctionnaire en charge de l’aide humanitaire aux Nations Unies a suscité l’indignation en Israël après avoir déclaré lors d’une interview télévisée que le Hamas n’était « pas un groupe terroriste pour nous ».

Le secrétaire-général adjoint de l’ONU aux affaires humanitaires et coordinateur des secours d’urgence, Martin Griffiths, a déclaré mercredi, à l’occasion d’une interview donnée à Sky News que « Le Hamas n’est pas un groupe terroriste pour nous, bien sûr, comme vous le savez. C’est un mouvement politique. »

Griffiths répondait alors à une question portant sur le caractère pertinent de l’insistance d’Israël à ce que le Hamas ne fasse pas partie d’un futur gouvernement palestinien. Il avait alors ajouté qu’il « est très, très difficile de déloger ces groupes sans une solution négociée qui tienne compte de leurs aspirations ».

Jeudi, Griffiths a tenté de clarifier ses propos en publiant sur X : « Pour faire clair : le Hamas ne figure pas sur la liste des groupes désignés comme organisations terroristes par le Conseil de sécurité des Nations unies. »

« Cela ne rend pas leurs actes terroristes du 7 octobre moins horribles et répréhensibles, comme je le dis depuis le début », a-t-il ajouté.

Le porte-parole du secrétaire-général Antonio Guterres a ensuite souligné lors d’un briefing que de hauts responsables de l’ONU, parmi lesquels Griffiths, avaient condamné « l’attaque terroriste odieuse » du Hamas et déclaré que « rien ne les justifiait ».

« Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises ici, à commencer par le secrétaire-général lui-même il n’y a pas si longtemps, au sein des Nations unies, l’assignation de la qualité de groupe ou organisation terroriste ne peut être faite que par le Conseil de sécurité », a ajouté le porte-parole, Stéphane Dujarric.

Griffiths a également déclaré lors de l’interview de Sky News : « Si vous voulez être en sécurité avec des gens qui, quoi qu’il arrive, vont continuer à être vos voisins, d’une manière ou d’une autre, mieux vaut s’engager dans une relation basée sur des valeurs partagées. »

Le ministre des Affaires étrangères Israël Katz a réagi aux propos de Griffiths en en anglais : « Honte à lui. ».

En hébreu, Katz a tweeté un message plus tranchant : « Les Nations Unies s’enfoncent chaque jour davantage », en parlant des déclarations de Griffiths et de celles de Guterres.

« Nous éliminerons le Hamas avec ou sans eux », a-t-il promis. « Le sang juif ne se verse pas impunément. »

L’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Gilad Erdan, a également fustigé Griffiths, décrivant l’OCHA comme une « organisation qui excuse le terrorisme, promeut le Hamas et fait porter la faute aux les victimes ».

« La réalité de la position pro-Hamas de l’ONU a éclaté en direct à la télévision », a écrit Erdan sur X. « L’assassinat brutal de centaines de civils n’est pas du terrorisme ? Le viol systématique des femmes n’est pas du terrorisme ? Tenter de commettre un génocide juif n’est pas du terrorisme ? »

En s’adressant à Griffiths, Erdan a écrit : « Vous n’êtes pas un ‘humanitaire’. Vous êtes, hélas, un collaborateurs du terrorisme. »

Les États-Unis ont réagi aux propos de Griffiths, jeudi, en rappelant qu’ils classent le Hamas comme une organisation terroriste.

« Le Hamas est une organisation terroriste. Nous l’avons dit. Et c’est la réalité. C’est le cas », a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, en réponse à une question sur les propos de Griffiths à l’occasion d’un point de presse. « Il suffit, pour s’en convaincre, de voir ce qu’ils ont fait le 7 octobre. »

« Jetez un œil sur leur manifeste, même dans sa version prétendument édulcorée de 2017. Il ne fait aucun doute qu’ils veulent purement et simplement rayer Israël de la carte. Il s’agit d’une organisation terroriste. C’est aussi simple que ça. Un point c’est tout », a déclaré Kirby.

Ce n’est pas la première fois qu’Israël critique des hauts fonctionnaires de l’ONU depuis le début de cette guerre, notamment en raison de l’absence de condamnation du Hamas et de l’implication présumée de collaborateurs humanitaires à Gaza dans l’organisation terroriste, à l’instar de 12 employés de l’UNRWA qui auraient pris part au massacre du 7 octobre.

Cette accusation a amené plusieurs pays à geler les subventions normalement accordées à l’UNRWA, dans l’attente d’une enquête approfondie sur la question.

La semaine dernière, l’armée israélienne a montré aux journalistes un centre de données du Hamas installé sous le siège de l’UNRWA dans la ville de Gaza.

Griffiths a également déclaré, lors de l’interview de mercredi, que le déplacement massif de civils de Rafah avant une offensive militaire israélienne était « illusoire », ajoutant que son agence s’entretenait quotidiennement avec les autorités israéliennes sur la question de la protection des civils.

En novembre dernier déjà, les autorités israéliennes s’étaient émues de la rencontre, à Genève, entre Griffiths et le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, pour évoquer l’avenir de Gaza. L’ambassadeur d’Israël à Genève avait écrit : « L’Iran n’a rien à faire avec l’avenir de Gaza. Il fait partie du problème, pas de la solution. »

Israël n’avait pas décoléré lorsque, le jour de l’attaque du Hamas le 7 octobre, Griffiths avait reproché les actes de violence aux deux parties, en publiant une déclaration appelant « toutes les parties à cesser immédiatement les combats et protéger les civils, partout et à tout moment ».

Un projet de loi interdisant à l’UNRWA d’intervenir sur des terres appartenant à l’État israélien a été adopté en première lecture à la Knesset par 33 voix contre 10, ce mercredi.

« L’UNRWA sert de levier à l’incitation à la haine d’Israël et des Juifs, qui est inculquée aux plus jeunes. Dans les écoles que l’organisation gère à Jérusalem, on enseigne des contenus antisémites et les manuels scolaires font l’apologie des terroristes qui ont assassiné des femmes et des enfants », peut-on lire dans une note explicative du projet de loi, présenté par le député du Likud Boaz Bismuth.

« Le rôle de l’UNRWA se limite à s’occuper des réfugiés palestiniens, ce qui signifie qu’elle n’a rien à faire en territoire israélien », poursuit la note, ajoutant que « les structures de l’UNRWA sont un terreau fertile pour des actions hostiles et des incitations à la haine envers l’État d’Israël ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.