Israël : Le port du masque en public bientôt imposé par le ministère de la Santé
Rechercher

Israël : Le port du masque en public bientôt imposé par le ministère de la Santé

Le directeur général du ministère indique que les citoyens peuvent s'en faire avec des bouts de tissu, les masques chirurgicaux revenant aux équipes médicales

Deux femmes portent un masque le long de la promenade d'Ashkelon, en bord de mer, le 29 mars 2020 (Crédit : Flash90)
Deux femmes portent un masque le long de la promenade d'Ashkelon, en bord de mer, le 29 mars 2020 (Crédit : Flash90)

Le ministère de la Santé se prépare à donner l’ordre aux Israéliens de se masquer le nez et la bouche lorsqu’ils se trouvent dans des lieux publics pour tenter d’empêcher la propagation du nouveau coronavirus meurtrier dans le pays, a expliqué mardi le directeur général du ministère de la Santé.

Lors d’une conférence de presse au sujet de la pandémie, Moshe Bar Siman-Tov a expliqué que compte tenu des circonstances, même un masque improvisé pouvait être utilisé en l’absence d’un masque médical.

Il a cité une déclaration faite par l’Organisation mondiale de la Santé, ce week-end, qui a affirmé que le virus se propageait via des gouttelettes – mucus et salive – plutôt que par voie aérienne.

« Nous sommes en train de contrôler avec un certain nombre d’experts comment les masques improvisés peuvent être utilisés », a dit Bar Siman-Tov. « Les masques habituels, nous en avons besoin pour les équipes médicales. Le public peut en faire avec des morceaux de tissu à placer sur le visage », a-t-il ajouté.

Le directeur-général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman-Tov, sur un site de testage au coronavirus type drive-in à Tel Aviv, le 20 mars 2020 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Il a indiqué que le ministère était en train de formuler les instructions concernant l’usage des masques. Ces instructions seront rendues publiques en fin de journée, et il a vivement recommandé aux Israéliens de ne pas se précipiter pour acheter des masques dans les magasins – où ils sont devenus des produits communément stockés au vu de la propagation du virus.

De nombreux Israéliens ont déjà pris l’initiative de porter des masques chirurgicaux et des gants en latex par précaution lorsqu’ils sortent.

Le système de santé israélien se bat pour conserver les quantités appropriées d’équipements de protection essentiels pour les personnels médicaux en charge des patients atteints du Covid-19, la maladie entraînée par ce nouveau coronavirus, et notamment des respirateurs et des masques.

Mardi matin, le ministère de la Santé a fait état de 4 831 cas de Covid-19 dans le pays, ce qui représente 136 malades de plus que la veille dans la soirée, et 484 en vingt-quatre heures.

Ce chiffre comprend 83 personnes dans un état grave, dont 69 placées sous respiration artificielle, 95 autres patients se trouvent dans un état modéré, 163 en ont guéri, et le reste des malades ne présente que des symptômes modérés. Dix-huit personnes sont mortes.

Dans un tweet publié samedi, l’Organisation mondiale de la Santé a souligné : « LES FAITS : Le COVID-19 n’est PAS aéroporté ».

« Le coronavirus se transmet principalement par des gouttelettes générées lorsqu’une personne infectée tousse, éternue ou qu’elle parle », a-t-il ajouté.

Mercredi dernier, les Israéliens ont reçu l’ordre de rester confinés chez eux à moins de prendre part à un petit nombre d’activités autorisées : achat de produits alimentaires et de médicaments ou courtes promenades réalisées dans une limite de cent mètres aux abords de leur domicile.

Les éventuels contrevenants à ces restrictions peuvent écoper d’une amende allant jusqu’à 500 shekels et sont passibles d’une peine de prison.

Dans la nuit de lundi, le cabinet a approuvé une série de nouvelles mesures renforçant les restrictions pour la population, une tentative visant à davantage limiter la propagation du coronavirus, avec notamment une interdiction des quorums de prière et des limitations du nombre de personnes assistant à des funérailles et à des circoncisions.

Ces nouvelles directives réduisent également les libertés sur le lieu de travail, cherchant à réduire la main-d’œuvre se rendant sur son lieu de travail à 15 % des effectifs habituels contre 30 % jusqu’à présent. Les personnes qui travaillent hors de chez elles doivent également prendre leur température quotidiennement avant de se rendre à leur travail.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...