« Israël ne tolérera pas les roquettes » – Lapid au chef de l’espionnage égyptien
Rechercher

« Israël ne tolérera pas les roquettes » – Lapid au chef de l’espionnage égyptien

Avant le voyage prévu de Bennett au Caire, le ministre des Affaires étrangères et le responsable des services de renseignement égyptiens veulent développer les liens bilatéraux

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid (à droite) a rencontré Abbas Kamel, directeur de la Direction des renseignements généraux de l'Égypte, à Jérusalem, le 19 août 2021. (Crédit : Ministère des affaires étrangères)
Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid (à droite) a rencontré Abbas Kamel, directeur de la Direction des renseignements généraux de l'Égypte, à Jérusalem, le 19 août 2021. (Crédit : Ministère des affaires étrangères)

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a rencontré Abbas Kamel, chef de la Direction générale des renseignements égyptiens, à Jérusalem jeudi et a souligné qu’Israël ne tolérerait pas la poursuite des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza.

Le voyage de M. Kamel intervient deux jours après que deux roquettes ont été tirées de Gaza en direction de la ville de Sderot, lors d’une brève flambée de violence dans le calme précaire qui règne depuis la guerre de mai.

Jusqu’à présent, Israël a évité de répondre militairement aux roquettes tirées depuis Gaza, en raison des négociations sensibles en cours avec le Hamas, qui pourraient aboutir à une percée, a rapporté mardi la Douzième chaîne news.

Selon la chaine, qui ne cite pas de source, il existe une possibilité d’accord permettant aux fonds qataris d’entrer à Gaza et qui pourrait inclure la libération des Israéliens détenus par le Hamas.

À la suite du conflit du mois de mai, Israël avait initialement déclaré qu’il n’autoriserait l’entrée de l’aide humanitaire de base dans l’enclave assiégée que si le Hamas libérait deux civils israéliens qu’il détient en captivité depuis des années, ainsi que les dépouilles de deux soldats de Tsahal. Il a également conditionné l’aide à la reconstruction de Gaza à cette question.

Cependant, ces derniers jours, Jérusalem a semblé assouplir sa position, en réduisant progressivement son blocus de Gaza et en autorisant de plus en plus de biens et de personnes à entrer et sortir de la bande, à la demande des Nations unies et des gouvernements étrangers.

L’Égypte a aidé à négocier la trêve qui a mis fin au conflit de 11 jours en mai entre Israël et le Hamas, le groupe terroriste qui dirige Gaza.

Selon le bureau de M. Lapid, les deux hommes ont également discuté des moyens d’élargir les relations entre les pays, qui entretiennent des relations étroites en matière de sécurité – les liens sont néanmoins minimes entre les deux sociétés civiles depuis leur traité de paix de 1979.

Lapid et Kamel ont évoqué la possibilité d’une collaboration future dans les domaines du commerce, de la médecine, de l’agriculture, de l’énergie et de la technologie.

Lapid a également souligné l’importance de la coopération stratégique entre les voisins pour la stabilité régionale.

Mercredi, le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi a invité le Premier ministre Naftali Bennett à effectuer une visite officielle en Égypte dans les prochaines semaines, a annoncé le bureau du Premier ministre.

L’invitation a été transmise à Bennett par M. Kamel, qui a rencontré le Premier ministre et le ministre de la Défense Benny Gantz. La rencontre avec le chef de l’espionnage égyptien était la première depuis que Bennett a pris ses fonctions en juin.

Bennett et Sissi avaient déjà convenu de se rencontrer lorsqu’ils s’étaient entretenus par téléphone peu après la prestation de serment du gouvernement de Bennett.

Cette visite serait la première visite publique d’un Premier ministre israélien en Egypte depuis 2011, lorsque l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu avait rencontré le président Hosni Moubarak dans la station balnéaire de Charm el-Cheikh, dans le Sinaï. Netanyahu aurait également effectué une visite secrète et non officielle en 2018.

Kamel a rencontré Bennett à Jérusalem au bureau du Premier ministre. Celui-ci a déclaré que les deux responsables avaient discuté des liens bilatéraux entre les deux pays et de « la question de la médiation égyptienne dans la situation sécuritaire vis-à-vis de la bande de Gaza. »

De hauts responsables de la défense ont déclaré à Zman Yisrael, la publication sœur en hébreu du Times of Israel, que la rencontre avec Kamel n’était pas liée aux discussions en cours sur l’autorisation de l’entrée de fonds qataris dans la bande de Gaza.

Un officier de police du Hamas marche devant de grands portraits du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, tandis que les dirigeants du Hamas rencontrent le chef des services de renseignement égyptiens Abbas Kamel dans la ville de Gaza, le 31 mai 2021. (Crédit : Adel Hana/AP)

Après avoir rencontré de hauts responsables israéliens, M. Kamel s’est rendu dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, pour s’entretenir avec le dirigeant de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, selon les médias officiels palestiniens.

La visite de M. Kamel précède le voyage prévu de M. Bennett à Washington, l’Égypte cherchant à prouver à l’administration Biden qu’elle joue un rôle clé dans le maintien de la stabilité dans la région.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz (à gauche), a rencontré le directeur des services de renseignement égyptiens, Abbas Kamel, dans son bureau à Tel Aviv, le 30 mai 2021. (Crédit : Elad Malka/Ministère de la Défense)

Bennett et Gantz ont tenu des réunions à la division militaire de Gaza mardi. Les responsables des services de renseignement de Tsahal et le Shin Bet ont dit aux deux hommes qu’ils pensaient qu’il fallait donner une chance aux pourparlers de réussir.

Abordant la position d’Israël sur la reconstruction de Gaza, un haut fonctionnaire israélien a récemment déclaré au Times of Israel que si les principaux acteurs des pourparlers arbitrés par le Caire étaient Israël et le Hamas, Jérusalem avait insisté pour que la table des négociations soit élargie à Ramallah.

« Nous affirmons que l’AP doit faire partie de cette équation… parce qu’elle est la faction modérée », a soutenu le fonctionnaire.

Israël espère que cette approche aboutira à ce que Ramallah soit chargé de distribuer l’aide humanitaire du Qatar à Gaza, a déclaré le fonctionnaire, tout en admettant que cette question dépendait de l’approbation du Hamas et du Qatar.

Tal Schneider et Aaron Boxerman ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...