Israël se prépare au ‘bashing’ annuel à l’ONU
Rechercher

Israël se prépare au ‘bashing’ annuel à l’ONU

Les résolutions pro-palestiniennes condamneront notamment la construction dans les implantations et blâmeront l'Etat juif pour toutes les violences

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

L'assemblée générale de l'ONU à New York (Crédit : CC BY Patrick Gruban/Flickr)
L'assemblée générale de l'ONU à New York (Crédit : CC BY Patrick Gruban/Flickr)

L’Assemblée générale des Nations Unies devrait voter lundi sur une série de décisions condamnant Israël pour, entre autres, sa politique de construction dans les implantations, l’atteinte au caractère de Jérusalem et sa responsabilité pour la violence dans le conflit avec les Palestiniens – mais sans mentionner la récente série d’attaques terroristes palestiniennes contre des Israéliens.

Le vote de l’ONU sur les décisions fustigeant Israël est un événement annuel parrainé par les Palestiniens qui a généralement lieu le 29 novembre, date à laquelle l’organisme international célèbre traditionnellement la ‘Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien’.

Puisque le 29 novembre tombe cette année un dimanche, et qu’aux États-Unis, Thanksgiving est fêté jeudi prochain, la session de vote de l’ONU a été avancée à lundi, a rapporté le site Ynet en hébreu.

L’ambassadeur d’Israël à l’Organisation des Nations unies Danny Danon a fustigé la nature des décisions, qui ne contiennent généralement aucune mention des méfaits de la part des Palestiniens.

Selon Danon, il y a eu 174 attaques terroristes contre des Israéliens par des Palestiniens au cours des dernières semaines.

« Au lieu de condamner les Palestiniens pour la terreur, l’incitation à la violence, les mensonges, la communauté internationale continue à leur donner des ristournes et des prix », a-t-il déclaré à Ynet, se référant à certaines des motions de l’ONU qui appellent à la poursuite du financement des organisations prônant la défense des droits des Palestiniens.

L'ambassadeur israélien, Danny Danon, Nations unies devant le Conseil de sécurité des Nations unies, le 22 octobre 2015 (Crédit : Mission permanente d'Israël auprès de l'ONU)
L’ambassadeur israélien, Danny Danon, Nations unies devant le Conseil de sécurité des Nations unies, le 22 octobre 2015 (Crédit : Mission permanente d’Israël auprès de l’ONU)

Danon a dit qu’il espérait que la délégation israélienne allait réussir à convaincre les pays européens, qui font actuellement face à des attaques terroristes et à des menaces du groupe de l’Etat islamique, que «les Palestiniens glorifient le terrorisme au lieu de la valeur de la vie et que le temps est venu pour la communauté internationale de condamner la terreur menée contre Israël ».

Un total de 20 motions doivent être soumises aux votes, notamment des condamnations de la politique de construction dans les implantations juives en Cisjordanie, un appel à Israël de se retirer de la Cisjordanie, de Jérusalem-Est et du plateau du Golan, le retour des exilés palestiniens – y compris à l’intérieur des frontières d’Israël, et la condamnation d’Israël pour avoir modifié le caractère de Jérusalem, modifié le statu quo sur le mont du Temple, et mené des provocations délibérées.

Les résolutions devraient toutes passer avec le soutien des Etats arabes et du bloc des pays non alignés, bien que Danon espére convaincre les délégués de pays occidentaux de ne pas les soutenir, selon le site israélien.

Les résolutions de l’Assemblée générale ne peuvent pas être appliquées aux Etats membres par le biais de sanctions ou d’autres moyens, comme cela est le cas pour le Conseil de sécurité des Nations unies plus restreint, et sont considérées comme essentiellement symboliques.

Le 29 novembre marque l’anniversaire de la date, où l’ONU a voté en 1947 la partition de la Palestine en un Etat juif et un Etat arabe, ouvrant la voie à la création de l’État d’Israël.

C’est également la date où en 2012 l’ONU a voté la reconnaissance de la Palestine comme un Etat observateur non-membre, considérée comme une étape importante dans la marche vers la reconnaissance de l’Etat de Palestine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...