Israël va remettre pour la 1e fois la médaille de Juste décernée à un Arabe
Rechercher

Israël va remettre pour la 1e fois la médaille de Juste décernée à un Arabe

Mohamed Helmy est honoré pour avoir caché une Juive, Anna Boros, pendant la Shoah dans une cabane qu'il possédait, aidé sa grand-mère à se cacher elle aussi et soigné ses parents

Vue aérienne du musée mémorial de la Shoah de Yad Vashem, conçu par Moshe Safdie, à Jérusalem. Illustration. (Crédit : Andrew Shiva/CC BY-SA 4.0/WikiCommons)
Vue aérienne du musée mémorial de la Shoah de Yad Vashem, conçu par Moshe Safdie, à Jérusalem. Illustration. (Crédit : Andrew Shiva/CC BY-SA 4.0/WikiCommons)

Israël remettra jeudi à Berlin à titre posthume la distinction de « Juste parmi les nations » à un médecin égyptien, premier Arabe jamais honoré de la sorte pour avoir sauvé des Juifs pendant la Shoah au péril de sa vie.

Yad Vashem avait annoncé en 2013 accorder le titre de « Juste » au Dr Mohamed Helmy, médecin égyptien installé à Berlin pendant la Seconde Guerre mondiale et aujourd’hui décédé. Mais le mémorial consacré au souvenir et à l’étude de la Shoah n’était pas parvenu alors à entrer en contact avec ses proches.

Des informations avaient fait état en 2013 du refus de la famille d’accepter un honneur octroyé par Israël. Yad Vashem n’a pas confirmé ces informations.

Une réalisatrice israélienne de documentaires a contribué à l’hommage prévu jeudi.

La réalisatrice Taliya Finkel en septembre 2009. (Crédit : Dafna Kaplan/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)
La réalisatrice Taliya Finkel en septembre 2009. (Crédit : Dafna Kaplan/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)

Taliya Finkel, inspirée par l’histoire d’un Egyptien sauvant des Juifs dans l’Allemagne nazie, a entrepris d’en faire un film et a retrouvé la trace du petit-neveu du Dr Helmy, Nasser Kotby.

C’est Kotby, médecin lui aussi, qui recevra la médaille et le certificat de « Juste » au nom de son grand-oncle, des mains de l’ambassadeur israélien en Allemagne Jeremy Issacharoff, selon Yad Vashem.

Mohamed Helmy est honoré pour avoir caché une femme juive, Anna Boros, pendant la Seconde Guerre mondiale dans une cabane qu’il possédait, aidé sa grand-mère à se cacher elle aussi et soigné ses parents.

Anna Boros, âgée d’une vingtaine d’années à l’époque, et sa famille ont survécu à l’Holocauste et sont allés vivre aux Etats-Unis.

Le Dr Helmy est mort sans enfant à Berlin en 1982.

Taliya Finkel voulait réunir les proches du médecin et les Boros pour les besoins de son film, intitulé « Anna et le docteur égyptien », qui inclut des animations pour rendre compte des réalités historiques.

Mur des Justes au Mémorial de la Shoah à Paris. Illustration. (Crédit : Guilhem Vellut/CC-BY SA 2.0)
Mur des Justes au Mémorial de la Shoah à Paris. Illustration. (Crédit : Guilhem Vellut/CC-BY SA 2.0)

Elle est entrée en contact avec la fille d’Anna Boros, Carla Gutman Greenspan qui vit aux Etats-Unis, et a localisé la famille du Dr Helmy en Egypte, par l’intermédiaire d’un producteur allemand.

Taliya Finkel a déclaré à l’AFP avoir réussi à établir avec le petit-neveu « une relation de confiance et d’amitié ».

L’Egypte est l’un des deux seuls pays arabes à avoir signé la paix avec Israël. Mais les relations restent contraintes par les sensibilités égyptiennes en faveur des Palestiniens.

Le petit-neveu a cependant consenti à participer au film, près de sa finalisation.

« Il admire Helmy, qui était comme un père pour lui, explique Taliya Finkel. Je lui ai dit qu’on pouvait immortaliser cette histoire. »

La réalisatrice revendique l’idée de remettre la distinction à Kotby pour la scène finale du film. « J’ai dit : finissons le film sur une jolie note. »

Irena Steinfeldt, directrice du département des « Justes parmi les nations » à Yad Vashem, note que le Dr Helmy était lui-même dans le collimateur des nazis, mais qu’il pensait être « de son devoir d’agir ».

« Il avait quelque chose de spécial, souligne la réalisatrice Taliya Finkel. Il a compris qu’il ne pouvait pas changer le monde, mais qu’il pouvait sauver cette jeune femme. »

Yad Vashem a reconnu plus de 26 500 « Justes parmi les nations ». Environ 70 étaient musulmans, dit le mémorial.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...