Jérusalem-Est : la police de l’AP y opère après un triple homicide
Rechercher

Jérusalem-Est : la police de l’AP y opère après un triple homicide

Israël autorise rarement les Palestiniens à opérer dans la ville, mais une exception a été faite à des dizaines d’agents de l'AP dans le quartier de Kafr Aqab

Les forces de sécurité de l'Autorité palestinienne dans le quartier de Kafr Aqab à Jérusalem-Est à la suite d'un triple homicide, le 2 janvier 2021. (Capture d'écran vidéo)
Les forces de sécurité de l'Autorité palestinienne dans le quartier de Kafr Aqab à Jérusalem-Est à la suite d'un triple homicide, le 2 janvier 2021. (Capture d'écran vidéo)

De nombreux policiers armés de l’Autorité palestinienne (AP) ont participé à une opération samedi dans le quartier de Kafr Aqab à Jérusalem-Est suite à une fusillade qui a fait trois morts et huit blessés parmi les Palestiniens.

Israël interdit officiellement à l’Autorité palestinienne d’opérer à l’intérieur des frontières de Jérusalem et réprime régulièrement ses activités dans la capitale. L’opération de samedi était donc tout à fait inhabituelle, avec des dizaines d’officiers des forces de sécurité palestiniennes pénétrant dans Kafr Aqab dans des jeeps blindées avant de se déployer le long de l’artère principale du quartier.

« Les autorités israéliennes ont initialement refusé de nous laisser entrer. Cependant, après le troisième décès [à Kafr Aqab], elles ont accepté », a déclaré un porte-parole de la police de l’Autorité palestinienne lors d’un appel téléphonique.

Kafr Aqab, un quartier palestinien animé de Jérusalem-Est, est séparé du reste de Jérusalem depuis 2005 par la barrière de sécurité. Les habitants palestiniens du quartier soutiennent depuis longtemps que la ville ne fournit même pas les services publics de base aux habitants au-delà du mur.

La police israélienne opère rarement au-delà de la barrière de sécurité, et seulement avec l’approbation de l’armée. Le manque de présence policière à Kafr Aqab a contribué à la mauvaise réputation du quartier – perçu comme une zone de non-droit –, illustrée par un triple homicide dans le quartier samedi.

Le porte-parole de la police de Jérusalem, Roni Markovitch, a confirmé que la fusillade avait eu lieu dans la zone municipale de Jérusalem.

« [La] police israélienne enquête sur l’incident », a-t-il dit.

La police palestinienne a annoncé plus tard dans la soirée qu’elle avait arrêté deux suspects en lien avec la fusillade.

Selon les médias palestiniens, les trois victimes sont Adnan al-Rajabi, Haytham al-Rajabi et Issam al-Rajabi. Tous étaient membres de la même famille. Une quatrième victime non identifiée se trouvait toujours dans un état critique dans un hôpital de Ramallah samedi soir.

Selon le quotidien Haaretz, la fusillade était le résultat d’un différend entre différentes branches de la famille al-Rajabi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...