Rechercher

Jérusalem : le « bâtiment le plus laid » sera remplacé par une tour de luxe

Le bâtiment moderniste des années 60, emblématique de la rue King George, sera démoli dans le courant de l'année ; un immeuble résidentiel de 30 étages sera construit à sa place

Le Centre Amir dans le centre de Jérusalem, en juin 2010. Construit en 1961, sa démolition est prévue pour 2022. (Crédit: Sir kiss - Own work, Public Domain/Wikimedia Commons)
Le Centre Amir dans le centre de Jérusalem, en juin 2010. Construit en 1961, sa démolition est prévue pour 2022. (Crédit: Sir kiss - Own work, Public Domain/Wikimedia Commons)

Onze ans après le début de la procédure d’approbation, le Centre Amir de Jérusalem, le bâtiment surnommé « le plus laid » de la ville, devrait être démoli plus tard dans l’année.

Également connue sous le nom de « bâtiment Shufersal », cette structure de sept étages se dresse à l’angle de la rue Agron, et fait face à la rue King George et à la place de Paris. Le bâtiment célèbre a été le premier à abriter un supermarché à Jérusalem (lien en hébreu).

Le terrain avait été acheté par la Settlement Training Company en 1944. Il faisait alors partie du quartier arabo-chrétien d’El Amira. Le bâtiment qui s’y trouve aujourd’hui a été conçu par l’architecte israélo-brésilien David Resnick relativement tôt dans sa carrière, en 1958, dans le cadre d’un complexe de trois immeubles de neuf étages le long de la rue King George. Les deux autres bâtiments n’ont finalement jamais vu le jour, et la commission pour la Planification et la Construction a refusé la proposition de neuf étages, insistant sur sept, car le Grand Rabbinat s’opposait à tout bâtiment qui serait plus haut que Heichal Shlomo, la Grande Synagogue de Jérusalem, située de l’autre côté de King George.

Le bâtiment, achevé en 1961, intégrait des éléments de construction préfabriqués dans la construction standard, permettant ainsi de terminer un étage entier en une seule journée. Une grue spécialisée avait été importée de Suède pour contribuer à la construction, et en 1963, l’équipe de construction a reçu le prix Kaplan pour ses innovations technologiques.

La façade du bâtiment est tournée vers la rue King George, et son style moderne détonne avec son environnement. La conservatrice d’art Sophia Caspi Dekel a décrit le bâtiment comme s’inspirant du Corbusier et du Seagram Building de New York, conçu par Ludwig Mies Van der Rohe.

Le bâtiment repose sur des piliers en forme de V destinés à dégager le rez-de-chaussée et à offrir une vue sur la Vieille Ville depuis King George. Quatre cours intérieures assurent le chauffage et la ventilation de ce qui était à l’époque des appartements de luxe : 150 mètres carrés, trois ou quatre chambres, deux salles de bains et un salon de 40 mètres carrés.

Au fil du temps, l’état du bâtiment s’est détérioré, malgré son emplacement dans le centre de Jérusalem, à côté de ce qui est maintenant l’hôtel Leonardo Plaza. Les balcons ont été fermés ou transformés en débarras, et des unités de climatisation extérieures ont été ajoutées.

Resnick lui-même considère le bâtiment comme un « enfant » négligé, bien qu’il ait joué un rôle majeur dans le développement de sa carrière et de sa réputation mondiale, et lui a valu d’autres commandes à Jérusalem. Il a déclaré au journal Haaretz en 2005 que « le bâtiment était vraiment révolutionnaire, mais dès le début, il avait quelque chose de malheureux, de lugubre… maintenant, il a l’air affreux. On ne néglige pas un enfant, même s’il ne réussit pas ».

Il a ensuite déclaré à la publication en 2011 : « Cela me fait beaucoup de peine parce que ce bâtiment est célèbre dans le monde entier en raison de son caractère avant-gardiste. Lorsque je passe là aujourd’hui, je tourne la tête de l’autre côté de la route. Je ne supporte pas ce qu’ils lui ont fait. »

Les démarches pour démolir le bâtiment ont commencé en 2011 et la commission municipale de conservation de Jérusalem a finalement donné son accord pour les plans d’évacuation et de démolition (Pinui V’Binui).

Le Centre Amir sera remplacé par un immeuble résidentiel de 30 étages abritant des appartements de luxe.

Le président de la commission, le maire adjoint de Jérusalem Elisha Peleg, a déclaré au site d’information local en hébreu Mynet que « la nouvelle tour améliorera la visibilité de la rue et s’intégrera aux constructions massives prévues le long de l’axe King George redynamisé. Elle ajoutera également de nombreuses unités résidentielles dans le centre-ville ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...