Jordanie : Un projet destiné à préserver le patrimoine et à créer des emplois
Rechercher

Jordanie : Un projet destiné à préserver le patrimoine et à créer des emplois

300 personnes sont embauchées par l'Unesco et redonnent du lustre au pavement d'une cathédrale byzantine en ruine à Rihab, qui abrite des églises parmi les plus anciennes au monde

Des travailleurs employés dans le cadre d'un projet pilote mené par l'agence culturelle des Nations unies, l'UNESCO, restaurent le 9 février 2021 le sol en mosaïque d'un ancien complexe d'églises, dans la petite ville de Rihab, à 70 kilomètres au nord d'Amman. (Crédit : Khalil MAZRAAWI / AFP)
Des travailleurs employés dans le cadre d'un projet pilote mené par l'agence culturelle des Nations unies, l'UNESCO, restaurent le 9 février 2021 le sol en mosaïque d'un ancien complexe d'églises, dans la petite ville de Rihab, à 70 kilomètres au nord d'Amman. (Crédit : Khalil MAZRAAWI / AFP)

Agenouillés au pied de l’ancien autel, le restaurateur jordanien et son collègue syrien redonnent du lustre au pavement d’une cathédrale byzantine en ruine à Rihab, dans une région du nord de la Jordanie qui abrite des églises parmi les plus anciennes au monde.

Les deux hommes font partie des 300 personnes embauchées depuis 2019 par l’Unesco dans le cadre d’un programme inédit destiné à créer des emplois dans la préservation du patrimoine pour lutter contre la pauvreté et le chômage parmi la population jordanienne locale et les réfugiés Syriens.

À Rihab, non loin de la frontière syrienne et à 70 km au nord d’Amman, 32 églises anciennes ont été recensées mais seules les ruines de cinq d’entre elles sont visibles, comme celles de la cathédrale Saint-Georges érigée en 230. Le sable a recouvert les autres.

Walid al-Awad, qui a fui la guerre en Syrie en 2012, et Taha al-Khazaleh, originaire de Rihab, reconstituent une mosaïque.

Chacun place minutieusement avec sa marteline d’anciennes tesselles brunes, blanches ou noires sur la plateforme de l’église Saint Jean-Baptiste construite en 619.

Les dessins représentent le Tigre et l’Euphrate, des arbres, des figures géométriques ou des fleurs. Sur le sol, une vieille inscription en grec précise que la mosaïque a été financée par les habitants de la cité en l’honneur de Saint Jean-Baptiste.

Dans l’église mitoyenne érigée en 590 qui porte le nom de deux évêques byzantins du IVe siècle, Procopius et Sergius, des tailleurs de pierre restaurent des pilastres ou des socles.

Sous la supervision de Franco Sciorilli, un expert italien de 54 ans, les travaux commencés en octobre doivent se terminer fin mai. La restauration du parterre en mosaïque de l’église Sainte-Marie, construite en 543, a été achevée en janvier.

Franco Sciorilli, expert qui supervise un projet pilote mené par l’agence culturelle des Nations unies, l’UNESCO, dans la petite ville de Rihab, à 70 kilomètres au nord d’Amman, le 9 février 2021. (Crédit : Khalil MAZRAAWI / AFP)

La Jordanie est « le premier pays au monde à posséder autant de sols en mosaïque, en particulier byzantins », souligne M. Sciorilli, qui a formé 500 personnes à la restauration et à la protection des mosaïques depuis son arrivée en 1994.

À Rihab, assure-t-il, « les mosaïques sont très simples mais sont exécutées avec une technique particulière et leur style est propre à la région ».

« Former pour préserver »

« Nous avions deux objectifs durant cette période difficile : la préservation du patrimoine et la création d’emplois pour les habitants de la région », explique Dania Dirani, chargée de projet à l’Unesco.

Sur les 600 candidats, la moitié a été choisie en favorisant les plus nécessiteux. Les deux-tiers des postulants doivent être Jordaniens, et les autres être Syriens. Ils doivent habiter le village de Rihab et 20 % du total sont des femmes.

Les sélectionnés, explique Mme Dirani, suivent une formation sur l’histoire du site et des églises, s’initient au travail de la mosaïque et à sa restauration, et sur la manière de se comporter sur un site historique.

Le travailleur non qualifié perçoit 12,5 dinars (14,6 euros) par jour et le travailleur qualifié touche 15 dinars, outre les repas et le transport, dans un pays où le taux de chômage est de 23 %.

Pour Walid al-Awad, 45 ans, qui a perdu sa maison et son magasin dans la ville syrienne voisine de Deraa, le projet onusien « Offres d’emploi pour la préservation du patrimoine culturel jordanien », est une aubaine.

« Je suis fier de participer à la restauration et à l’entretien de monuments historiques. Financièrement, ça m’a sauvé et j’ai acquis une réelle expérience », assure ce père de six enfants.

Des travailleurs employés dans le cadre d’un projet pilote mené par l’agence culturelle des Nations unies, l’UNESCO, restaurent le sol en mosaïque d’un ancien complexe d’églises, dans la petite ville de Rihab, à 70 kilomètres au nord d’Amman, le 9 février 2021. (Crédit : Khalil MAZRAAWI / AFP)

Titulaire d’un diplôme de restauration de la mosaïque, Taha al-Khazaleh, 32 ans, se dit « content de rejoindre ce projet car c’est ma spécialité et cela me permet de toucher un salaire mensuel de 300 dinars ».

Après la restauration à Rihab se profile un « projet très important, qui représentera un changement d’approche de la préservation du patrimoine, assure Giorgia Cesaro, responsable du projet à l’Unesco.

« Il prendra en compte la situation des gens et des communautés vivant près des sites archéologiques. L’idée est de les former pour que ce soit eux qui préservent leur patrimoine », dit-elle.

L’objectif du nouveau projet pilote, financé par l’Union Européenne et dont le montant n’a pas été dévoilé, est d’employer 1 000 personnes pour la protection de six sites dans le nord du pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...