Juifs libéraux de Minneapolis : La condamnation de Chauvin n’est qu’un début
Rechercher

Juifs libéraux de Minneapolis : La condamnation de Chauvin n’est qu’un début

Le meurtre de Daunte Wright par un policier en avril a renforcé la détermination à poursuivre des réformes en matière de sécurité publique, après la réponse à la mort de Floyd

Des personnes réagissent après la lecture du verdict du procès de Derek Chauvin le 20 avril 2021 à Minneapolis, Minnesota. L'ancien policier Derek Chauvin était jugé pour meurtre au second degré, meurtre au troisième degré et homicide involontaire au second degré dans la mort de George Floyd le 25 mai 2020. (Scott Olson/Getty Images)
Des personnes réagissent après la lecture du verdict du procès de Derek Chauvin le 20 avril 2021 à Minneapolis, Minnesota. L'ancien policier Derek Chauvin était jugé pour meurtre au second degré, meurtre au troisième degré et homicide involontaire au second degré dans la mort de George Floyd le 25 mai 2020. (Scott Olson/Getty Images)

TC Jewfolk, via JTA – Enzi Tanner n’a pas regardé le procès de Derek Chauvin.

Alors que le jury a rendu mardi après-midi des verdicts de culpabilité pour les trois chefs d’accusation retenus contre l’ancien policier de Minneapolis – meurtre au deuxième degré, meurtre au troisième degré et homicide involontaire au deuxième degré – l’organisateur de la sécurité communautaire à la Jewish Community Action, une organisation de justice sociale du Minnesota, pensait à des questions plus importantes que le résultat.

« Ma plus grande inquiétude auparavant était qu’en se concentrant uniquement sur le procès, on se focalise sur un seul incident », a déclaré Tanner. « Il s’agit de ces 9 minutes et 29 secondes du 25 mai. Et c’est de cela qu’il s’agit au final, et non du système dans son ensemble. Même pendant le procès, les gens affirment que Derek Chauvin est un policier véreux, qu’il n’est pas typique. Et c’est le cas. »

Pour Tanner, un Juif de couleur, l’état de la police et de la sécurité publique dans le pays est à l’intersection de son travail d’organisateur et de ce qu’il est en tant que personne. Le 11 avril, le meurtre de Daunte Wright par un policier dans le quartier voisin de Brooklyn Center n’a fait que renforcer sa détermination à poursuivre des efforts plus larges pour transformer la sécurité publique par le biais de son travail au sein de la Jewish Community Action, qui s’est réorientée l’année dernière pour se concentrer sur la réponse à la mort de George Floyd. (L’officier dans le meurtre de Wright a été inculpé d’homicide involontaire).

Enzi Tanner est l’organisateur de la sécurité communautaire pour Jewish Community Action, un groupe de justice sociale du Minnesota. (Tanner via TC Jewfolk via JTA)

« Cette dernière semaine a en fait fourni plus d’opportunités et plus de clarté qu’auparavant », a-t-il déclaré. « Avant le meurtre de Daunte Wright et autour du procès, nous [étions] déjà en train de planifier et d’essayer de travailler sur certains éléments d’éducation politique sur la suite des événements. »

Convaincu que la peur freine les changements nécessaires dans le domaine du maintien de l’ordre, M. Tanner prépare pour son organisation un atelier sur le racisme anti-Noir, la peur et le besoin de sécurité.

« Nous avons un narratif dans ce pays sur le racisme anti-noir et la peur, et cela permet cette confusion entre la sécurité et le fait d’être réellement en sécurité », a-t-il déclaré. « La peur est une réaction physique, ce n’est pas seulement un phénomène psychologique. Lorsque nous regardons des films d’horreur, nous réagissons réellement à cela, alors se mettre au diapason de cela, et de nos réactions initiales, je pense que c’est important. »

Dimanche, une formation virtuelle a commencé à aborder certaines des discussions difficiles qui entourent le thème de la réinvention de la sécurité publique. Une partie de la formation comprenait environ 20 minutes de réunions en petits groupes avec des scénarios sur la façon de s’entraîner à avoir des débats sur le maintien de l’ordre.

L’une de ces conversations nécessaires porte sur le mouvement visant à « retirer le financement » à la police à Minneapolis et au-delà – un terme qui, selon Tanner, a une signification différente selon la personne à qui on le demande. Pour lui, il s’agit d’un moyen terme entre la réforme, qui nécessite d’investir plus d’argent dans les forces de police, et l’abolition, qui consiste à se débarrasser entièrement de la police.

« Les personnes qui souhaitent un non financement, c’est un terrain d’entente. C’est dire que nous avons suffisamment de ressources en tant que communauté pour répondre à nos besoins », a-t-il déclaré. « Quand on parle de suppression de fonds, on parle de réaffectation, et quand on parle de réaffectation, pour moi, cela ouvre le monde au rêve de ce qui est possible. Comment pouvons-nous imaginer un monde dans une société que nous n’avons jamais vue ? Et c’est effrayant comme l’enfer. »

Pour Tanner, le chemin à parcourir sera certainement difficile, mais il s’agit d’une action qui a un antécédent profondément juif.

« J’imagine nos ancêtres à la mer Rouge, disant : ‘OK, tu y vas’, ‘Non, tu y vas en premier’. Et puis tout le monde est comme, ‘C’est une très mauvaise idée. On ne sait même pas ce qu’il y a là-bas. On ne l’a même pas vu avant. Et j’ai l’impression que, de bien des façons, nous avons la chance de faire ça, de faire des erreurs, d’apprendre et de grandir », a-t-il déclaré.

Le département américain de la Justice a annoncé mercredi, un jour après la condamnation de Chauvin, qu’il allait enquêter sur le département de police de Minneapolis. Les enquêtes précédentes se sont terminées par des accords, connus sous le nom de « consent decrees », entre les autorités fédérales et locales pour des changements dans le maintien de l’ordre et la surveillance.

Indépendamment de la condamnation, Tanner estime que justice n’est pas rendue.

« Il n’y a pas de justice », a-t-il dit, « car il n’y a pas de rédemption ou de réparation dans une cage ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...