Katz : L’Iran aura besoin de « temps pour digérer » les frappes israéliennes
Rechercher

Katz : L’Iran aura besoin de « temps pour digérer » les frappes israéliennes

Il "leur faudra du temps pour digérer, comprendre, et s'interroger sur la manière dont Israël a su comment frapper ces sites", a déclaré le ministre des Renseignements

Une photo prise dans la vallée du Jezreel dans le nord d'Israël montre des spécialistes en explosifs en train d'inspecter des débris, le 10 février 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Jack GUEZ)
Une photo prise dans la vallée du Jezreel dans le nord d'Israël montre des spécialistes en explosifs en train d'inspecter des débris, le 10 février 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Jack GUEZ)

Le ministre des Renseignements Yisrael Katz a indiqué dimanche que les frappes israéliennes sur des sites iraniens déterminants en Syrie au cours du week-end ont envoyé le message clair à la République islamique que Jérusalem ne tolérera pas un ancrage militaire iranien à sa porte.

Katz a déclaré à la radio militaire qu’il faudrait du temps pour que les Iraniens « digèrent » les frappes aériennes israéliennes.

« Ils – et nous – savons ce que nous avons frappé et il leur faudra du temps pour digérer, comprendre, et s’interroger sur la manière dont Israël a su comment frapper ces sites », a-t-il dit. « Ce sont des sites cachés et nous avons des agences de renseignements et la capacité de tout savoir sur ce qu’il s’y passe et hier, nous l’avons prouvé ».

Katz, qui est également membre du cabinet sécuritaire de haut-niveau, a déclaré à la station de radio qu’Israël faisait tout son possible pour éviter une escalade des violences le long de sa frontière nord.

« Si Israël avait frappé de manière pro-active les cibles qui ont été touchées hier, indépendamment du drone, le sol aurait tremblé », a-t-il ajouté.

Après avoir abattu un drone iranien qui s’était infiltré dans son espace aérien, Israël a lancé une riposte d’ampleur samedi en Syrie. L’armée israélienne a fait savoir qu’elle avait frappé quatre positions iraniennes et huit sites syriens, causant des dégâts significatifs.

L’Etat juif a également fait savoir qu’il avait détruit le principal bunker de commandement et de contrôle militaire syrien à l’occasion de cette frappe, la plus dévastatrice là-bas depuis des décennies.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...