Rechercher

Kushner a tu son traitement contre le cancer durant ses années à la Maison Blanche

Dans des extraits de ses mémoires, le gendre de Trump raconte qu’il a caché son opération de la thyroïde au président qui l'a tout de même soutenu en le découvrant

Capture d'écran d'une vidéo du conseiller du président américain Jared Kushner pendant une interview accordée à Al-Jazeera, le 27 janvier 2020. (Crédit : Capture d'écran : Al Jazeera news)
Capture d'écran d'une vidéo du conseiller du président américain Jared Kushner pendant une interview accordée à Al-Jazeera, le 27 janvier 2020. (Crédit : Capture d'écran : Al Jazeera news)

Jared Kushner, gendre et conseiller principal de l’ancien président américain Donald Trump, a révélé qu’il avait été diagnostiqué et traité pour un cancer de la thyroïde alors qu’il était en poste à la Maison Blanche et qu’il avait réussi à le garder secret dans une administration connue pour ses fuites.

Dans un extrait de ses mémoires à paraître, envoyé au New York Times, et publié lundi, Kushner décrit comment il a été informé de son diagnostic en octobre 2019, alors qu’il participait aux négociations sur les accords commerciaux avec la Chine, et a fait en sorte que seul un petit groupe de confidents soit au courant.

« S’il vous plaît, ne le dites à personne – en particulier à ma femme ou à mon beau-père », se souvient d’avoir demandé Kushner au médecin de la Maison Blanche, Sean Conley, après son diagnostic, ajoutant par la suite que son état « était un problème personnel et non destiné à la consommation publique ».

Kushner a décrit l’épreuve dans ses mémoires à paraître, intitulées Breaking History : A White House Memoir et dont la publication est prévue pour le 23 août.

Kushner écrit qu’il a fini par partager la nouvelle avec un petit groupe de personnes, dont sa femme, Ivanka Trump, deux de ses assistants, Cassidy Hutchinson et Avi Berkowitz, et Mick Mulvaney, alors chef de cabinet de la Maison-Blanche.

Il a été diagnostiqué suffisamment tôt pour que son état soit traitable. Il a néanmoins fallu enlever une « partie substantielle de ma thyroïde », a écrit Kushner, ajoutant qu’on lui avait dit que la procédure pourrait endommager sa voix.

Les conseillers principaux du président, Ivanka Trump et Jared Kushner, à gauche, regardent pendant une cérémonie de signature avec le président de l’époque, Donald Trump, et le vice-premier ministre chinois, Liu He, pour signer la « phase 1 » d’un accord commercial entre les États-Unis et la Chine, dans la salle Est de la Maison Blanche, à Washington, le 15 janvier 2020. (Crédit : Steve Helber/AP)

L’opération devait avoir lieu juste avant Thanksgiving. « Pour ainsi passer le moins de temps loin du bureau. Mon absence pourrait même peut-être passer inaperçue. Comme je le voulais. », écrit Kushner.

« Il s’agissait d’un problème personnel qui n’était pas destiné à la consommation publique », a-t-il écrit.

Les mémoires n’offriraient que peu d’explications supplémentaires sur les raisons qui ont poussé Kushner à tenter de cacher son combat contre le cancer.

Selon le NYT, il n’était nullement obligé de révéler son état. L’article cite plusieurs membres de l’administration précédente qui ont déclaré que Kushner n’avait aucune obligation de divulguer l’information parce qu’il n’avait pas le statut d’élu.

« Si cela n’avait pas d’incidence sur sa performance, c’était une affaire personnelle et il n’avait aucune obligation de la divulguer. À la différence des relations d’affaires ou des investissements qui auraient pu entraîner des conflits d’intérêts, il s’agissait d’une affaire personnelle et médicale », a déclaré David Axelrod, stratège en chef de l’administration Obama.

Le conseiller principal de l’époque, Jared Kushner, écoute pendant une réunion avec le président de l’époque, Donald Trump, et le vice-premier ministre chinois, Liu He, dans le bureau ovale de la Maison Blanche à Washington, le 11 octobre 2019. (Crédit : Andrew Harnik/AP)

Mais malgré sa décision de garder son état pour lui, le mot est arrivé d’une manière ou d’une autre à Trump, qui a respecté la vie privée de Kushner.

Kushner a écrit qu’un jour avant son opération chirurgicale prévue, Trump l’a appelé dans le bureau ovale et lui a demandé s’il était nerveux à propos de la procédure.

Kushner a demandé à l’ancien président comment il était au courant, ce à quoi Trump a répondu : « Je suis le président, je sais tout ».

Jared Kushner écoute alors que le président américain Donald Trump participe à une réunion de cabinet à la Maison Blanche, à Washington, le 19 novembre 2019. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

« Je comprends que tu veuilles rester discret sur ces choses. J’aime garder ce genre de choses pour moi aussi. Tout ira bien pour toi. Ne t’inquiète pas de quoi que ce soit en ce qui concerne le travail. Nous avons tout prévu ici », a ajouté Trump, selon Kushner.

Kushner raconte qu’il s’est concentré sur son travail et a essayé « de ne pas penser à l’opération à venir ou à la tumeur indésirable dans mon corps. Lorsque j’y pensais, je me rappelais que tout était entre les mains de Dieu et des médecins, et que je ne pouvais rien y faire. Par moments, je me surprenais à me demander si j’allais avoir besoin d’un traitement lourd. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...