La campagne vaccinale israélienne, un « modèle » pour le monde – Fauci au ToI
Rechercher
Interview

La campagne vaccinale israélienne, un « modèle » pour le monde – Fauci au ToI

Pour le plus grand expert américain en maladies infectieuses, le système social israélien a facilité la distribution ; il conseille au Premier ministre de ne pas baisser la garde

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le Dr. Anthony Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses, prend la parole dans la salle de presse James Brady à la Maison Blanche, le 21 janvier 2021, à Washington. (AP / Alex Brandon)
Le Dr. Anthony Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses, prend la parole dans la salle de presse James Brady à la Maison Blanche, le 21 janvier 2021, à Washington. (AP / Alex Brandon)

Le docteur Anthony Fauci, éminent expert en maladies infectieuses rattaché au gouvernement américain, a qualifié, jeudi, la campagne de distribution de vaccins israélienne de « modèle pour le reste du monde ».

« J’utilise Israël comme exemple de ce qui peut arriver lorsqu’on vaccine, dans les faits, une proportion substantielle de la population », a déclaré le directeur de l’Institut national des allergies et maladies infectieuses lors d’un entretien téléphonique accordé au Times of Israël.

Jeudi, presque 4,2 millions d’Israéliens avaient reçu une première dose de vaccin et 2,8 millions avaient d’ores et déjà bénéficié des deux injections nécessaires pour l’immunisation. Environ trois millions d’Israéliens ne sont pas éligibles à la vaccination actuellement, notamment les jeunes âgés de moins de 16 ans et les personnes ayant guéri de la COVID-19, entre autres.

Faisant remarquer la différence entre l’État juif et les États-Unis – qui ont lancé progressivement leur effort de vaccination, après un début lent – Fauci a déclaré qu’Israël avait l’avantage d’être un pays bien plus petit.

« Mais vous êtes très bien organisés et votre capacité vaccinale… est vraiment admirable », a-t-il noté.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre de la Santé Yuli Edelstein lors d’une visite dans un centre de vaccination COVID-19 à Zarzir, dans le nord d’Israël, le 9 février 2021. (David Cohen/Flash90)

Alors qu’il lui était demandé si cette réussite pouvait être attribuée au système social du pays et aux caisses d’assurance-maladie qui ont pris en charge la distribution des vaccins, Fauci a déclaré : « Absolument, parce que tout est uniforme. »

« Il n’y a pas de changement à faire que l’on soit à Tel Aviv, à Haïfa ou dans le Negev. C’est partout pareil », a-t-il expliqué.

Fauci a déploré la situation actuelle aux États-Unis où la distribution de vaccins a varié en fonction des États. Il a reconnu l’importance d’accorder une liberté de manœuvre aux États mais « quand vous devez affronter un ennemi commun… C’est préférable de le faire avec un plan stratégique et… il y a des dénominateurs communs en termes de succès ».

Le haut-responsable de la santé a noté que les initiatives récentes prises par l’administration Biden visant à établir des centres de vaccination communautaires et des unités mobiles, en plus de rationaliser la distribution des vaccins en pharmacie, avait aidé à remettre les États-Unis sur les rails.

Saluant la campagne de vaccination israélienne, au début de la semaine, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré devant les caméras de la Douzième chaîne que si les 570 000 Israéliens non-vaccinés de plus de 50 ans qui restent recevaient l’injection, « nous en aurons terminé avec la COVID-19 ».

Le docteur Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, écoute le président Joe Biden parler pendant une visite au laboratoire de pathogénèse viral au sein des Instituts nationaux de Santé à Bethseda, dans le Maryland, le 11 février 2021. (Crédit : AP Photo/Evan Vucci)

Interrogé sur cette affirmation, Fauci a préféré faire preuve de beaucoup de prudence. « Il vaut mieux que vous continuiez à faire attention », a-t-il commenté.

« Je pense que cela va être un avantage extraordinaire de vacciner tous ces gens, et que vous allez être sur la bonne voie. Mais à moins que pratiquement le monde entier ait accès au vaccin et se fasse vacciner, il y a toujours une menace qu’un nouveau variant soit importé et résiste à la protection du vaccin », a ajouté le haut-responsable américain, qui a noté que les vaccins avaient été efficaces, jusqu’à présent, contre les variants qui sont entrés sur le territoire israélien.

Les vaccins distribués en Israël ont prouvé leur efficacité contre les souches qui ont fait leur apparition dans le pays, a-t-il noté, mais il a clairement établi que d’autres variants « pourraient affaiblir la protection que vous êtes tous parvenus à établir ».

Pense-t-il que l’État juif doit aider à faire vacciner les Palestiniens voisins, qui ont été dans l’incapacité de recevoir l’injection aussi rapidement que les Israéliens ? Fauci a répondu avec précaution à cette question, disant : « Vous me posez une question politique et je ne veux pas m’égarer dans cette sphère-là. Cela ne m’amènera que des difficultés. »

Revenant aux propos de Netanyahu, l’expert a dit : « Je n’ai aucun problème avec le fait de crier victoire, tant que votre armée reste intacte. »

Il a convenu qu’une fois que les Israéliens seraient vaccinés, le gouvernement pourrait alléger les restrictions imposées sur les rassemblements.

« S’il semble que vous êtes bien protégés, vous pouvez – en fonction de la situation sur le terrain – modifier et lever certaines restrictions », a-t-il indiqué.

Un citoyen israélien se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de la Meuhedet à Jérusalem, le 21 décembre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Alors qu’il lui était demandé si l’assouplissement des contraintes pouvait également concerner le trafic aérien, Fauci a déclaré ne pas avoir une connaissance suffisamment bonne de la situation au sein de l’État juif pour faire un tel calcul.

Concernant les autres stratégies déployées pour entraver la propagation de la pandémie, Fauci a estimé que les confinements « sont les plus efficaces et les plus rapides », tout en insistant sur le fait qu’ils devaient rester temporaires.

« Si vous imposez un confinement trop longtemps, vous pouvez réellement toucher de plein fouet l’économie et le bien-être psychique de la population », a-t-il expliqué.

Israël est en train de sortir petit à petit de son troisième confinement national depuis le début de la pandémie et est un leader mondial dans le nombre de journées passées en confinement (139), selon l’Oxford Coronavirus Government Response Tracker.

Mais concernant la campagne de vaccination en Israël, Fauci a estimé qu’il y avait de nombreuses raisons de se réjouir. « La réussite de ce qui a été mis en œuvre est un modèle pour le reste du monde », a-t-il expliqué.

Il a été annoncé, au début de la semaine, que Fauci avait remporté le prestigieux prix Dan David israélien pour 2021 en raison de son travail sur la recherche sur le VIH et dans les traitements contre le SIDA, ainsi que pour son travail pour les vaccins anti-COVID-19.

« C’est un prix international d’un grand prestige, l’un des plus importants prix médicaux dans le monde », a-t-il dit jeudi. « Je me sens à la fois profondément honoré et très reconnaissant d’avoir été distingué. »

Qu’a-t-il l’intention de faire avec la somme d’un million de dollars qui accompagne le prix ? À cette question, Fauci a déclaré qu’il était autorisé à verser 100 000 dollars à un projet de recherche de son choix.

Mais il a dit ne pas avoir eu réellement le temps de réfléchir à la question pour le moment. « Il faut dire que j’ai été un peu débordé », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...