Rechercher

La fiction rejoint involontairement la réalité dans la quatrième saison de « Fauda »

De nouveaux épisodes en préparation se concentreront sur les tensions entre Juifs et Arabes en Israël, même si Lior Raz et Avi Issacharoff ont travaillé avant les violences de mai

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

  • Lior Raz, Lucy Ayoub et Rona-Lee lors d'une conférence de presse pour la quatrième saison de "Fauda", le 6 mars 2022. (Autorisation :  Rafi Daluya)
    Lior Raz, Lucy Ayoub et Rona-Lee lors d'une conférence de presse pour la quatrième saison de "Fauda", le 6 mars 2022. (Autorisation : Rafi Daluya)
  • La star et le créateur de "Fauda" Lior Raz, à droite, avec  Idan Amedi  lors d'une conférence de presse pour la quatrième saison de "Fauda", le 6 mars 2022. (Autorisation :  Rafi Daluya)
    La star et le créateur de "Fauda" Lior Raz, à droite, avec Idan Amedi lors d'une conférence de presse pour la quatrième saison de "Fauda", le 6 mars 2022. (Autorisation : Rafi Daluya)
  • Yaakov Zada Daniel (tout à gauche) Idan Amedi, Lucy Ayoub, Lior Raz, Doron Ben-David et Rona-Lee  lors d'une conférence de presse pour la quatrième saison de "Fauda", le 6 mars 2022. (Autorisation :  Rafi Daluya)
    Yaakov Zada Daniel (tout à gauche) Idan Amedi, Lucy Ayoub, Lior Raz, Doron Ben-David et Rona-Lee lors d'une conférence de presse pour la quatrième saison de "Fauda", le 6 mars 2022. (Autorisation : Rafi Daluya)
  • Les cocréateurs de 'Fauda'Lior Raz (à gauche) et Avi Issacharoff lors d'une conférence de presse pour la quatrième saison de "Fauda", le 6 mars 2022. (Autorisation :  Rafi Daluya)
    Les cocréateurs de 'Fauda'Lior Raz (à gauche) et Avi Issacharoff lors d'une conférence de presse pour la quatrième saison de "Fauda", le 6 mars 2022. (Autorisation : Rafi Daluya)

Jusqu’à il y a quelques semaines, toute l’équipe de « Fauda », acteurs et techniciens, était prête à s’envoler pour Kiev, en Ukraine, pour y tourner des scènes des épisodes de la quatrième saison à venir de la série israélienne à succès.

Que ce projet ait été finalement bloqué par une vraie guerre semble presque peu étonnant s’agissant de cette série, qui brosse un portrait fictif dur et réaliste des opérations antiterroristes israéliennes dans le contexte plus large d’un conflit israélo-palestinien qui bouillonne encore sous la surface.

S’exprimant devant les journalistes, cette semaine, juste avant de partir pour Budapest où seront finalement tournées les scènes qui devaient initialement être filmées à Kiev, les créateurs de « Fauda », Avi Issacharoff et Lior Raz, ont fait savoir que les intrigues de la quatrième saison seraient, elles aussi, liées à des événements réels.

La saison, qui devrait commencer à être diffusée en Israël cet été, suit un citoyen arabe israélien soupçonné d’activités terroristes passées et dont la sœur est une policière israélienne, raconte Issacharoff (qui est un contributeur occasionnel du Times of Israel).

« Elle veut être pleinement israélienne », explique Raz qui joue également le rôle de Doron Kabilio, personnage au centre de « Fauda », dans la série qui s’est aussi distinguée en remportant de multiples récompenses.

L’intrigue s’est inspirée d’une histoire vraie survenue il y a de nombreuses années au sein de l’État juif, note Issacharoff.

Toutefois, elle aurait pu également s’inspirer de faits plus récents qui ont fait la une des médias, après que des tensions qui étaient sous-jacentes depuis longtemps entre Juifs et Arabes israéliens ont entraîné des épisodes de violences interethniques brutales au mois de mai, au cours de la guerre d’onze jours qui a opposé Israël aux groupes terroristes de Gaza.

« Cela a été dur d’assister à ce déferlement de haine immense, de voir comment il est facile de faire en sorte que les gens se haïssent les uns les autres », dit Raz.

Les créateurs de « Fauda » précisent qu’ils avaient commencé à écrire la quatrième saison avant le déchaînement de violences de l’année dernière.

« On ne s’attendait pas aux événements du mois de mai dernier, à ces affrontements entre deux peuples qui ont presque dégénéré en guerre », déclare Issacharoff.

Ces tensions ethniques n’ont rien à voir avec l’équipe de la série, où Juifs et Arabes israéliens se côtoient étroitement depuis sept ans.

L’acteur de ‘Fauda’ Zada Daniel, à gauche, et le créateur de la série Lior Raz, qui joue aussi le rôle principal, lors d’une conférence de presse sur la quatrième saison de « Fauda », le 6 mars 2022. (Autorisation : Rafi Daluya)

« On vit dans une bulle de créativité et d’amour », note Raz. « On parle de gens, pas de nations. Et au Moyen-Orient, c’est formidable d’évoluer dans une bulle comme celle-là ».

Issacharoff explique que l’écriture des épisodes a été un défi, lui et Raz conservant comme unique objectif de continuer à passionner les téléspectateurs.

« Il faut savoir se réinventer à chaque fois », a-t-il indiqué. « Et c’est un défi qui en lui-même est amusant. »

Les téléspectateurs attendent cette nouvelle saison depuis 2020. Si les Israéliens pourront découvrir la série en hébreu dès l’été 2022, Netflix n’a pas encore annoncé la date de diffusion de « Fauda » aux États-Unis – où Issacharoff et Raz sont devenus des stars de la télévision.

Les deux hommes ont récemment annoncé un partenariat avec d’anciens responsables de Disney à hauteur de 50 millions de dollars et leur société de production, Faraway Road, travaille actuellement sur plusieurs films et séries. Un thriller du duo sur Netflix, « Hit & Run », a été salué par la critique l’année dernière mais il n’a pas été retenu pour une deuxième saison.

Issacharoff et Raz travaillent actuellement sur plusieurs projets, avec, entre autres, un synopsis en Inde, un scénario sur les braconniers d’Afrique ou une intrigue au sein de la CIA.

« Nous sommes devenus beaucoup, beaucoup plus gros que simplement ‘Fauda’, » commente Issacharoff. « Et notre travail est de créer et de présenter des histoires intéressantes en utilisant toute notre imagination, des histoires qui peuvent provenir de toutes les parties du monde ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...