La Haute Cour appuie la lutte des laïcs pour obtenir un temps de baignade mixte
Rechercher

La Haute Cour appuie la lutte des laïcs pour obtenir un temps de baignade mixte

Les juges condamnent le manque de respect face aux citoyens laïcs de Kiryat Arba après que le conseil local a violé l'ordre du tribunal d'autoriser la baignade mixte

Photo illustrative d'une piscine. (AP/Hassan Ammar)
Photo illustrative d'une piscine. (AP/Hassan Ammar)

Dans le cadre d’une intense bataille juridique pour les droits laïcs dans l’implantation de Kiryat Arba, au sud de la Cisjordanie, la Cour suprême a de nouveau ordonné mercredi au conseil local de proposer un temps de baignade mixte à la piscine municipale.

La décision a été prise après le dépôt d’une requête par les habitants de l’implantation contre le conseil municipal pour violation d’une décision de 2018 autorisant la baignade mixte à certains moments de la journée.

Le conseil local a déclaré au tribunal que le fait d’obliger la piscine à proposer une baignade mixte avait amené les résidents religieux à annuler leur adhésion au centre de loisirs, entraînant une perte de revenus pour la ville. En conséquence, il a reconnu que la piscine était revenue à des horaires de natation exclusivement séparés pour les hommes et les femmes.

Les juges de la plus haute instance juridique ont cependant reproché au conseil local de ne pas tenir compte d’environ 30 % de sa population.

« Kiryat Arba n’est plus constituée d’un seul type d’habitants et une importante minorité d’entre eux souhaitent que les familles puissent se baigner, ou sont prêts à reconnaître le droit des autres à le faire », a écrit le juge Yitzhak Amit dans son arrêt.

« La baignade collective reflète le principe de base du droit israélien, selon lequel les services au public doivent être fournis sur la base de l’égalité des sexes », a conclu le juge Ofer Grosskopf.

La commune de Kiryat Arba avait pendant des années refusé les demandes d’autorisation de baignade mixte, affirmant qu’elle était obligée de respecter les sensibilités des résidents religieux, dont beaucoup sont ultra-orthodoxes.

Le centre culturel de l’implantation juive de Kiryat Arba, en Cisjordanie, le soir de son inauguration, le 19 septembre 2011. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Les parents laïcs, en revanche, déplorent l’impossibilité d’amener tous leurs enfants à la piscine en même temps en raison des règles strictes de pudeur, qui répartissent les heures d’ouverture du site entre celles qui sont ouvertes aux hommes et celles qui sont ouvertes aux femmes.

En 2017, après ce que les résidents laïcs ont décrit comme des années d’inaction de la part de leurs représentants locaux, un groupe d’entre eux a déposé une requête auprès de la Cour suprême, demandant que plusieurs heures de baignade mixte soient prévues chaque semaine dans les horaires de la piscine. La Cour a statué en leur faveur un an plus tard.

Les habitants à l’origine de la dernière pétition ont publié mercredi un communiqué dans lequel ils se félicitaient de cette décision qui, selon eux, « met fin à la discrimination à l’encontre de toute une communauté ».

« Nous espérons que le conseil agira pour mettre en œuvre le verdict le plus rapidement possible », ont déclaré les habitants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...