La maire de Netanya en résidence surveillée pour suspicion de corruption
Rechercher

La maire de Netanya en résidence surveillée pour suspicion de corruption

La Cour a interdit à Miriam Freiberg d’entrer dans la mairie, car cela entraverait l’enquête criminelle, selon la police

La maire de Netanya Miriam Feirberg pendant la campagne électorale, à Netanya, le 24 février 2015. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)
La maire de Netanya Miriam Feirberg pendant la campagne électorale, à Netanya, le 24 février 2015. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

La Cour des magistrats de Rishon Lezion a statué mardi sur le placement en résidence surveillée de la maire de Netanya, Miriam Feirberg-Ikar, pour une durée de 15 jours, dans le cadre d’une enquête sur des éventuels pots-de-vin dans la ville.

Il a également été interdit à Feirberg d’entrer dans les locaux de la mairie jusqu’au 7 novembre. La maire est accusée d’avoir accepté des millions de shekels en pots-de-vin en échange de la promotion de certains projets immobiliers. Elle est également accusée de blanchiment d’argent, de fraude et d’abus de confiance.

Un représentant de la police a déclaré devant la cour que le retour de Freiberg à la mairie pourrait impacter négativement l’enquête.

« Feirberg a coordonné son témoignage avec les témoins, et fabriqué des preuves, a déclaré la police. Si elle retourne à la mairie, elle pourrait sérieusement perturber l’enquête. »

Nouveaux immeubles en construction à Netanya, le 7 septembre 2016. (Crédit : Lior Mizrahi/Flash90)
Nouveaux immeubles en construction à Netanya, le 7 septembre 2016. (Crédit : Lior Mizrahi/Flash90)

Feirberg a quitté la cour après avoir passé ces derniers jours en garde-à-vue, avec une note positive.

« Je vais bien », a-t-elle dit au site d’informations Walla.

La maire a été arrêtée le 7 septembre, deux jours après son fils Tzafrir Feirberg et trois autres personnes pour leur rôle présumé dans cette affaire.

Tzafrir Feirberg est accusé d’avoir accepté des pots-de-vin au nom de sa mère et a été placé en résidence surveillée pour 12 jours. Selon Haaretz, l’homme de 42 ans a été libéré à condition qu’il n’ait aucun contact avec sa famille ni avec les autres suspects dans cette affaire au cours des 60 prochains jours.

Avec les deux membres de la famille Feirberg, six personnes ont été arrêtées pour leur implication présumée. Parmi les personnes arrêtées, on retrouve le dirigeant de la commission des affaires sociales et du développement, le rabbin Shimon Sher, le promoteur Avraham Tshuva, l’avocat Avraham Gogig et l’architecte Gabi Tetro.

Le rabbin Shimon Sher, membre du conseil municipal de Netanya, est présenté à la Cour des magistrats de Rishon Lezion, le 7 septembre 2016. (Crédit : Avi Dishi/Flash90)
Le rabbin Shimon Sher, membre du conseil municipal de Netanya, est présenté à la Cour des magistrats de Rishon Lezion, le 7 septembre 2016. (Crédit : Avi Dishi/Flash90)

Les fonctionnaires et promoteurs de la ville côtière sont suspectés de corruption, fraude, blanchiment d’argent et délits fiscaux. La police suspecte que les principaux fonctionnaires de la mairie et leurs associés aient travaillé pour promouvoir les intérêts des promoteurs et des entrepreneurs en échange de pots-de-vin et autre bénéfices. Les fonctionnaires de la mairie n’auraient pas signalé leur conflit d’intérêts dans leurs affaires avec ces promoteurs.

Les domiciles des suspects ont été fouillés, leurs comptes en banque et leurs actifs ont été gelés et pourront éventuellement être saisis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...