Rechercher

La ménorah de Hanoukka retirée du toit d’une mosquée en Cisjordanie

Le symbole de la fête juive a été installé par les gardiens de l'Autorité de la Nature et des Parcs sur le site de Nebi Samuel, sacré à la fois pour les juifs et les musulmans

Vue du site de la tombe de Samuel le Prophète à Nebi Samuel, au nord-est de Jérusalem, le 1er novembre 2019. (Crédit : Mila Aviv/Flash90)
Vue du site de la tombe de Samuel le Prophète à Nebi Samuel, au nord-est de Jérusalem, le 1er novembre 2019. (Crédit : Mila Aviv/Flash90)

Une grande ménorah électrique installée sur le toit d’une mosquée dans un site historique situé près de Jérusalem a été déplacée suite à la colère des Palestiniens locaux.

Des représentants de l’Autorités Israélienne chargée de la Nature et des Parcs (INPA) ont installé la ménorah mercredi sur le toit d’une mosquée à Nebi Samuel, un site cher aux Juifs en tant que tombeau du prophète biblique Samuel. Au 18e siècle, une mosquée a été construite sur les vestiges d’une église croisée.

Actuellement, une petite synagogue existe dans la zone souterraine de la tombe, sous la mosquée, qui se trouve dans un parc national israélien, juste au-delà de la Ligne verte en Cisjordanie, au nord-est de la capitale.

Les habitants palestiniens du village voisin de Nabi Samwil auraient protesté contre cette exposition après que des images de la ménorah ont été diffusées sur les réseaux sociaux.

Jeudi, le responsable municipal de Nabi Samwil, Amir Obeid, a déclaré au site d’information Ynet qu’il était « impensable » qu’un symbole aussi clairement juif soit installé sur le toit d’une mosquée.

« Il est clair que cela n’a pas de sens et que cela provoque beaucoup de colère parmi nous », a-t-il déclaré à propos des résidents locaux.

وكيل وزارة الأوقاف حسام أبو الرب يستنكر قيام القوات الإسرائيلية فجر اليوم بوضع شمعدان على سطح مسجد النبي صموئيل في القدس pic.twitter.com/4kj6sRWvke

– Rafat Darawsheh ? ??????? ? ??? (@rafatdarawsheh) 25 novembre 2021

Obeid a déclaré qu’il y a plusieurs mois, la communauté musulmane a demandé aux autorités israéliennes l’autorisation d’allumer un croissant au sommet de la mosquée, et a essuyé un refus.

« Nous sommes confrontés à une grave discrimination », a-t-il déclaré. « Cela n’a pas de sens de ne célébrer que le judaïsme ici. Au contraire, il faut laisser tout le monde célébrer dans la coexistence. »

Le sous-secrétaire du ministère des Awqaf et des Affaires religieuses de l’Autorité palestinienne (AP), Hussam Abu al-Rub, a qualifié la ménorah
d’ « atteinte à la sainteté » du site, a rapporté mercredi l’agence de presse officielle de l’AP, Wafa.

Jeudi matin, la ménorah avait été déplacée à l’entrée du bâtiment qui donne accès à la synagogue.

Le COGAT, l’organisme militaire israélien qui gère les relations avec les Palestiniens en Cisjordanie, a confirmé dans un communiqué que des travailleurs de l’INPA avaient installé la ménorah.

« Après clarification de la question, la ménorah a été déplacée sur l’esplanade du site, comme c’est la coutume chaque année pour la fête de Hanoukka », a déclaré le COGAT.

Emek Shaveh, une organisation à but non lucratif qui s’efforce d’empêcher la politisation de l’archéologie en Israël, a critiqué l’incident, déclarant que « placer un symbole religieux juif sur une mosquée est avant tout offensant et cela fait du site archéologique une partie d’un conflit religieux. »

La fête de Hanoukka, qui dure huit jours et au cours de laquelle des ménorot sont traditionnellement allumées chaque soir, débute dimanche soir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...