La police arrête 177 Palestiniens résidant illégalement en Israël
Rechercher

La police arrête 177 Palestiniens résidant illégalement en Israël

La dernière opération suit des attaques terroristes mardi par des résidents de Cisjordanie entrés dans le pays sans permis

Des policiers dans le camp de réfugiés de Shuafat, à Jérusalem Est. Illustration. (Crédit : police israélienne)
Des policiers dans le camp de réfugiés de Shuafat, à Jérusalem Est. Illustration. (Crédit : police israélienne)

Dans une opération à l’échelle du pays jeudi, la police a arrêté 177 Palestiniens résidant en Israël sans permis, ainsi que 26 Israéliens accusés de leur avoir aidés à entrer dans le pays ou de les employer illégalement.

L’opération s’inscrit dans le cadre d’une décision de cabinet de sécurité afin de fermer les brèches dans la barrière de sécurtié dans la zone de Jérusalem et d’achever la construction de la barrière de Cisjordanie dans la zone de Tarkumiya, au sud des collines de Hébron.

Les agences de sécurité d’Israël veulent limiter l’entrée illégale des Palestiniens en Israël dans le sillage des trois attaques sanglantes à Jérusalem, Petah Tikva et Jaffa mardi qui ont tué un touriste américain et blessé une douzaine de personnes en plus.

Deux des trois Palestiniens qui ont mené les attaques n’avaient pas de permis pour être en Israël. Le troisième était un résident de Jérusalem Est. Les trois terroristes ont été tués.

Lors d’une rencontre du cabinet de sécurité, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et des ministres ont été tenus au courant d’autres mesures prises pour diminuer la vague d’attaques terroristes palestiniennes qui frappe le pays depuis six mois, a-t-on précisé dans un communiqué.

Parmi les mesures mises sur la table, on retrouvait une législation à voter rapidement pour augmenter les sanctions contre ceux qui emploient ou assistent des Palestiniens qui entrent illégalement en Israël depuis la Cisjodanie, la fermeture des chaînes palestiniennes qui diffusent des incitations au terrorisme contre des Israéliens, un élargissement des sanctions contre ceux qui appellent à la haine, l’annulation des permis de travail et de commerce détenus par des membres de la famille et des connaissances proches de terroristes, ou la réduction du temps nécessaire aux autorités pour détruire les maisons des terroristes.

L’opération de jeudi dernier concernait 341 sites dans le pays, a précisé la police dans le communiqué. Elle suit une opération de mercredi qui a vu l’arrestation de 250 résidents illégaux, avec environ 30 Israéliens accusés de les avoir aidés à entrer dans le pays.

Une déclaration de la police jeudi informait que les autorités puniraient ceux qui aident des résidents illégaux « avec toute la sévérité de la loi, y compris [avec des mesures] de mise en examen, de fermeture de commerces et la confiscation de véhicules ».

Au total, vingt-neuf Israéliens et quatre étrangers ont été tués dans la vague de terrorisme palestinien et de violence depuis octobre. Environ 180 Palestiniens ont aussi été tués, environ deux tiers d’entre eux lors de tentatives d’attaques d’Israéliens, et le reste lors d’affrontements avec les troupes, selon l’armée israélienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...