Israël en guerre - Jour 147

Rechercher

La police dit avoir déjoué un attentat à l’hôpital de Nazareth ; 3 suspects arrêtés

Les policiers ont saisi deux armes chargées, une voiture volée et un réservoir de carburant, sans doute prévu pour détruire le véhicule après le meurtre

Images de la police arrêtant trois suspects sur le parking de l'hôpital de la Sainte Famille à Nazareth, le 11 juin 2023. (Crédit : Police israélienne)
Images de la police arrêtant trois suspects sur le parking de l'hôpital de la Sainte Famille à Nazareth, le 11 juin 2023. (Crédit : Police israélienne)

La police a déclaré avoir déjoué une tentative de meurtre dans l’enceinte d’un hôpital de la ville de Nazareth, dans le nord du pays, dimanche, alors que les forces de l’ordre sont toujours aux prises avec une vague de crimes violents en pleine expansion.

Des policiers et des agents de la police des frontières ont encerclé une voiture garée devant l’hôpital de la Sainte-Famille et ont ordonné à trois suspects masqués de sortir de leur véhicule sous la menace d’une arme avant de les arrêter, comme l’ont montré des images filmées par caméra corporelle.

Deux armes de poing chargées ont été confisquées aux suspects.

Les enquêteurs ont déclaré que le véhicule utilisé par les suspects était volé et que ses plaques d’immatriculation étaient celles d’un autre véhicule. À l’intérieur de la voiture, la police a trouvé un tournevis, apparemment utilisé pour changer la plaque d’immatriculation, et un réservoir de carburant, que les suspects avaient probablement l’intention d’utiliser pour brûler le véhicule après le coup prévu.

La police a déclaré qu’elle s’était rendue sur les lieux après avoir reçu un signalement concernant le véhicule suspect garé à l’hôpital.

La police a ajouté dans un communiqué qu’elle avait arrêté 22 suspects au cours du week-end en rapport avec des incidents violents qui faisaient partie d’un conflit entre les familles criminelles Bakri et Hariri.

Deux armes de poing chargées et d’autres objets confisqués à un commando présumé dans le parking de l’hôpital de la Sainte Famille à Nazareth, le 11 juin 2023. (Crédit : police israélienne)

« Nous constatons une fois de plus que la guerre entre les organisations criminelles ne connaît pas de frontières », a déclaré le commandant du district nord, Shuki Tahauko. « Sans les actions courageuses des policiers, nous aurions pu connaître une issue très différente à cet incident, y compris des pertes humaines et même des dommages causés à des innocents non impliqués à l’intérieur de l’hôpital ».

Une vague massive de violence meurtrière a coûté la vie à 102 Arabes en Israël cette année, bien plus que les 35 meurtres commis à la même période en 2022.

La montée de la violence au cours des derniers mois a donné lieu à des dizaines de fusillades et d’attentats à la bombe attribués à des familles criminelles en lutte.

Dimanche également, un homme a été grièvement blessé lorsqu’une moto a explosé dans une rue de Ramat Gan.

On pense qu’il s’agit soit d’un attentat à la bombe commis par le crime organisé, soit d’un « accident de travail », au cours duquel la personne blessée transportait l’engin.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réitéré dimanche son appel à impliquer l’agence de sécurité intérieure Shin Bet dans la lutte contre la flambée de la criminalité meurtrière dans les communautés arabes, après une recrudescence des meurtres au cours du week-end.

La semaine dernière, Netanyahu avait déclaré qu’il souhaitait que les services de sécurité aident la police à lutter contre la criminalité, peu après que cinq personnes ont été abattues dans une station de lavage de voitures dans le nord du pays, ce qui constitue la pire tuerie de masse non terroriste depuis 2009.

Le Shin Bet est généralement chargé uniquement de lutter contre les menaces terroristes à motivation nationaliste et de nombreux dirigeants arabes s’opposent à l’implication de l’agence dans des questions non liées au terrorisme.

De hauts responsables du Shin Bet seraient également fortement opposés à l’implication de l’agence dans la lutte contre les organisations criminelles, craignant qu’il ne soit même pas légal d’utiliser les mêmes outils que ceux utilisés pour lutter contre le terrorisme palestinien contre les citoyens.

Face à la montée en flèche de la criminalité, des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour réclamer le limogeage du ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, en charge de la police.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.