Israël en guerre - Jour 195

Rechercher
Analyse

La refonte judiciaire bouleverse les clivages politiques en Israël

Un nouveau camp politique plaçant l'attachement à l'État de droit au-dessus des clivages traditionnels semble émerger du mouvement de protestation

Des Israéliens opposés au plan de réforme judiciaire du Premier ministre Benjamin Netanyahu allument des feux et bloquent une autoroute lors d'une manifestation quelques instants après que le dirigeant israélien a limogé son ministre de la Défense, à Tel Aviv, le 26 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Oren Ziv)
Des Israéliens opposés au plan de réforme judiciaire du Premier ministre Benjamin Netanyahu allument des feux et bloquent une autoroute lors d'une manifestation quelques instants après que le dirigeant israélien a limogé son ministre de la Défense, à Tel Aviv, le 26 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Oren Ziv)

Un nouveau camp politique plaçant l’attachement à l’État de droit au-dessus des clivages traditionnels semble émerger du mouvement de protestation d’une part importante de la société israélienne contre le projet de réforme judiciaire voulu par le gouvernement.

Jusqu’à la formation fin décembre d’un gouvernement alliant droite, extrême droite et partis juifs ultraorthodoxes, les clivages, entre laïcs et religieux, centre gauche et centre droit, ashkénazes et séfarades constituaient les principales lignes de fracture de la société israélienne.

Mais la réforme judiciaire défendue par le gouvernement, décriée comme antidémocratique par ses détracteurs car consistant selon eux à affaiblir les garde-fous du pouvoir judiciaire au profit des élus, et l’entrée au gouvernement de religieux nationalistes jusque-là considérés comme d’improbables ministres en raison de leurs positions extrémistes, ont modifié la donne.

La majorité affirme à l’inverse que la réforme est nécessaire pour rééquilibrer les pouvoirs, et diminuer l’influence d’une Cour suprême qu’elle juge politisée.

Dans les manifestations de masse qui se succèdent depuis trois mois, le mot d’ordre récurrent est le slogan « Démocratie ! » repris par l’ensemble des groupes de manifestants, des cols blancs de la finance et des ingénieurs de la tech, aux réservistes de l’armée, en passant par les groupes féministes et de défense des droits des LGBT+ et les mouvements pro-palestiniens.

Une femme brandissat le drapeau palestinien lors d’une manifestation d’Israéliens de gauche en solidarité avec les Palestiniens dans le cadre des protestations en cours contre les plans du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, à Jaffa, le 23 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Maya Alleruzzo)

« Gauche et droite modérée »

Les responsables israéliens présentent volontiers leur pays comme « la seule démocratie au Moyen-Orient » mais nombre de critiques, à l’extérieur comme à l’intérieur d’Israël, relèvent le caractère « incomplet » de cette démocratie, compte tenu des discriminations dont souffre sa minorité arabe, du poids de l’institution religieuse et de la poursuite de l’occupation des Territoires palestiniens.

Si la contestation s’exprime surtout à Tel Aviv, bastion de la gauche israélienne, des manifestations de la droite modérée ont eu lieu en divers endroits contre la réforme.

Au sein même du Likoud, le parti de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu, des voix discordantes commencent à se faire entendre face à l’ampleur de la contestation.

« C’est en fait la première fois qu’il y a un vrai mouvement de masse qui peut rassembler des communautés qui n’avaient jusque-là rien en commun, des gens de gauche et de la droite modérée, des laïcs et des religieux critiques, des Juifs et des Arabes », explique la sociologue Eva Illouz dans un entretien à l’AFP. 

Selon elle, les motivations de ce nouveau camp politique sont à la fois « morales » et « sociologiques ».

« Beaucoup de gens ne veulent pas vivre dans un pays qui nierait de façon explicite, déclarée et légale des droits aux minorités », estime la sociologue, pour qui le mouvement actuel est aussi « une révolte des laïcs contre les religieux, même si […] ça reste dans le non-dit », dit-elle.

La police utilise un canon à eau pour disperser des manifestants bloquant une autoroute lors d’une manifestation contre le projet de réforme du système judiciaire, à Tel Aviv, en Israël, le 27 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Oren Ziv)

En Israël, les ultra-orthodoxes, qui représentent plus de 10 % de la population, sont dispensés du service militaire obligatoire et nombre d’entre eux ne travaillent pas pour se consacrer à l’étude de la Torah. 

Les subventions et exonérations fiscales dont ils bénéficient, défendues par les partis politiques qui les représentent, membres de la coalition gouvernementale actuelle, leur attirent l’hostilité d’une grande partie du public israélien non religieux, qui les accuse de vivre à leur frais.

La réforme suscite aussi l’inquiétude des milieux économiques et financiers, et en particulier de la high tech, et s’est déjà traduite par un net affaiblissement du shekel face au dollar et à l’euro depuis le début de l’année.

Pour Amir Fuchs, chercheur au Israel Democracy Institute (IDI), cercle de réflexion d’inspiration libérale, le mouvement de protestation met en évidence l’opposition des Israéliens, dont plus de 60 % sont contre la réforme, selon différents sondages, à une tentative de « refonte populiste du système judiciaire. »

« La ligne de division entre droite-gauche et religieux-laïcs est présente, mais de nombreux électeurs de droite et, ou, religieux ayant voté pour l’actuel gouvernement sont hostiles à la réforme dans sa forme actuelle, radicale et populiste », dit-il dans un entretien à l’AFP.

Et de souligner : « Pour eux la démocratie n’est pas seulement le gouvernement de la majorité, mais aussi la défense des minorités, des droits de l’Homme et l’indépendance de la justice. »

Face à l’ampleur de la contestation, Netanyahu a suspendu fin mars l’examen de la réforme au Parlement dans le but affiché d’obtenir le ralliement d’une partie de l’opposition sur un projet plus consensuel à l’issue de négociations actuellement en cours. Entre-temps, la mobilisation des opposants se poursuit sans fléchir. 

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.