Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

La ville de Berlin se dit prête à offrir l’ancienne villa de Goebbels

Classée monument historique, le luxueux édifice en U est depuis plusieurs années un fardeau pour Berlin

Joseph Goebbels, ministre de la propagande nazi, le 13 mai 1930. (Crédit : AP Photo)
Joseph Goebbels, ministre de la propagande nazi, le 13 mai 1930. (Crédit : AP Photo)

Chère à entretenir, difficile à détruire, difficile à vendre … L’ancienne villa du ministre de la propagande nazie d’Adolf Hitler, Joseph Goebbels, est un fardeau pour la municipalité de Berlin qui se dit désormais prête à en faire cadeau.

La ville-État de Berlin peine depuis des années à trouver une seconde vie à cette propriété autrefois luxueuse construite près d’un lac, sur une vaste propriété de 17 hectares, dans la campagne qui entoure la capitale allemande.

« Je fais don du terrain à quiconque voudrait le récupérer, c’est un cadeau du Land de Berlin », a déclaré le responsable chargé des finances, Stefan Evers, lors d’une discussion jeudi à la chambre des députés de Berlin, espérant ainsi mettre fin à ce débat interminable.

La propriété est située à une quarantaine de kilomètres de Berlin, dans le land du Brandebourg, mais ni ce dernier ni le gouvernement fédéral ne sont intéressés par un « cadeau aussi généreux », a-t-il ajouté.

Goebbels s’était vu offrir le terrain en 1936, y faisant édifier la vaste demeure grâce aux financements de l’UFA, la puissante société de production cinématographique sur laquelle il régnait en maître absolu.

L’édifice en U abritait une salle de cinéma privée, de spacieux séjours avec vue sur le lac de Bogensee, où Goebbels recevait stars, personnalités et maîtresses.

La « villa Goebbels » est d’autant plus encombrante qu’elle vient empêcher toute nouvelle utilisation d’un autre vestige local de l’histoire tumultueuse de l’Allemagne : un vaste complexe érigé après guerre par les autorités de l’ancienne RDA sur le même terrain que la maison du ministre d’Hitler, au milieu de la forêt.

Cet ensemble de bâtiments construit dans le style stalinien du début des années 50 abritait le centre de formation des cadres de la Jeunesse allemande libre (FDJ, l’organisation de jeunesse du parti communiste est-allemand SED).

Au sein de cette université communiste, la « villa Goebbels » avait été reconvertie notamment en supermarché pour les étudiants et en crèche.

Faute de repreneur ou de subvention, Berlin envisage désormais de tout démolir et de rénover les terrains, car les coûts annuels de sécurité et d’entretien se chiffrent en millions, selon les médias allemands Bild et RBB.

Il faudrait pour cela retirer aux bâtiments le statut de monument historique.

En 2016, le Fonds immobilier de Berlin avait renoncé à vendre « la villa Goebbels », déjà très délabrée, « de peur qu’elle ne tombe entre de mauvaises mains » et ne « devienne un lieu de pèlerinage pour les nazis ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.