L’accord Maroc/Israël salué par l’Egypte, les EAU et Bahreïn
Rechercher

L’accord Maroc/Israël salué par l’Egypte, les EAU et Bahreïn

Pour les trois pays qui entretiennent d'ores et déjà des relations avec l'Etat juif, cet accord aidera à améliorer la stabilité régionale

Le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi pendant une conférence de presse à l'Elysée, à Paris, le 7 décembre 2020. (Crédit : Michel Euler/AP)
Le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi pendant une conférence de presse à l'Elysée, à Paris, le 7 décembre 2020. (Crédit : Michel Euler/AP)

L’Egypte, Bahreïn, et les Emirats arabes unis ont salué jeudi l’annonce faite de la reprise des liens entre Israël et le Maroc, prédisant que cette avancée contribuera à la stabilité régionale.

Le président américain Donald Trump avait annoncé, jeudi matin, que l’Etat juif et le Maroc rétabliraient des liens diplomatiques et d’autres relations, avec notamment l’ouverture immédiate de bureaux de liaison à Rabat et à Tel Aviv et l’ouverture éventuelle d’ambassades.

Dans un communiqué distinct mais probablement lié à cette décision, les Etats-Unis ont expliqué qu’ils reconnaîtraient la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, un ancien territoire espagnol en Afrique du nord qui est au cœur d’un conflit de longue haleine qui décontenance les négociateurs depuis des décennies.

L’Egypte, Bahreïn et les EAU ont tous normalisé leurs relations avec Israël. Si les relations officielles entretenues par l’Egypte avec Israël remontent à plus de quatre décennies, les Emirats et Bahreïn n’ont des liens que depuis quelques mois – depuis la signature des dits « Accords d’Abraham », au mois de septembre.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a été le premier dirigeant arabe à saluer l’annonce jeudi d’un accord sur la normalisation des relations entre le Maroc et Israël, le qualifiant de « pas important » pour la région.

Sissi a dit sur son compte Twitter avoir suivi « avec grand intérêt cette importante avancée » qui constitue selon lui un « pas important vers davantage de stabilité et de coopération régionale » au Moyen-Orient.

« Si cette initiative porte ses fruits, elle entraînera une plus grande stabilité et une plus importante coopération dans notre région », a déclaré Sissi dans un communiqué.

L’Egypte avait été, en 1979, le premier pays arabe à établir des relations diplomatiques avec Israël, mettant fin à l’état de guerre entre les deux pays voisins.

Le prince héritier d’Abu Dhabi, Sheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan, a pour sa part écrit en arabe sur Twitter que « nous saluons la déclaration de reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté du Maroc, notre pays frère, sur le Sahara occidental, et la décision prise par Rabat de reprendre des contacts et des relations diplomatiques avec l’Etat d’Israël… une initiative souveraine qui contribue à renforcer notre quête commune de stabilité, de prospérité, ainsi qu’une paix juste et durable dans la région ».

Le prince d’Abu Dhabi, Sheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan, sourit pendant une réunion à la Maison Blanche, à Washington, le 15 mai 2017. (Crédit : Andrew Harnik/AP)

Bahreïn, autre pays signataire des accords d’Abraham, a salué l’accord également. Le communiqué du souverain au pouvoir s’est d’abord concentré sur la victoire diplomatique remportée par le Maroc plutôt que sur la décision de rétablir des liens avec l’Etat juif.

« Sa majesté a salué la reconnaissance par les Etats-Unis d’Amérique de la souveraineté du royaume du Maroc sur la région du Sahara marocain et l’ouverture d’un consulat américain dans la ville de Dakhla », a indiqué le bureau du roi du Bahreïn, Hamad bin Issa Al Khalifa, dans un communiqué émis jeudi soir.

Al Khalifa s’est également réjoui de la décision prise par le Maroc de rétablir des liens avec Israël, estimant que cet accord « renforcera les opportunités de paix, de stabilité et de prospérité dans la région ».

Les groupes terroristes palestiniens du Hamas et du Jihad islamique ont tous deux condamné la décision marocaine, la qualifiant de « trahison ».

Israël et le Maroc avaient établi des relations diplomatiques de faible niveau au cours des années 1990 à la suite des accords de paix intérimaires d’Israël avec les Palestiniens, mais ces liens ont été suspendus après le déclenchement du deuxième soulèvement palestinien en 2000. Depuis lors, cependant, les liens informels se sont poursuivis et on estime que 50 000 Israéliens se rendent chaque année au Maroc lors de voyages destinés notamment à découvrir la communauté juive et à retracer les histoires familiales.

Le Maroc est la quatrième nation arabe à reconnaître l’Etat juif alors que l’administration Trump cherche à élargir le cadre de ses « Accords d’Abraham », qui avaient commencé cet été par un pacte de normalisation entre Israël et les Emirats.

Bahreïn et le Soudan ont suivi et les responsables américains ont aussi tenté d’amener l’Arabie saoudite à la table des négociations.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...