Rechercher

L’aéroport international de Damas rouvre, 15 jours après un raid attribué à Israël

Au fil des ans, Israël a accusé à plusieurs reprises l'Iran de faire passer des armes et des systèmes d'amélioration des missiles de Téhéran au Hezbollah, en passant par la Syrie

Le drapeau syrien flottant à l'aéroport international de Damas, à l'extérieur de la capitale syrienne, le 1 octobre 2020. (Crédit : Louai Beshara/AFP)
Le drapeau syrien flottant à l'aéroport international de Damas, à l'extérieur de la capitale syrienne, le 1 octobre 2020. (Crédit : Louai Beshara/AFP)

Le ministère syrien des Transports a annoncé mercredi que l’aéroport international de Damas, qui a subi d’importants dégâts après un récent raid attribué à Israël, sera opérationnel dès jeudi.

Le 10 juin avant l’aube, l’aviation israélienne aurait bombardé l’aéroport situé dans le sud de la capitale syrienne, endommageant les bâtiments et mettant les pistes d’atterrissage hors service.

« L’aéroport international de Damas sera opérationnel à partir de demain (jeudi) », a indiqué le ministère syrien dans un communiqué précisant que « tous les transporteurs aériens peuvent programmer leurs vols à partir de cette date ».

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui dispose d’un large réseau de sources à travers la Syrie, les missiles israéliens ont ciblé des dépôts appartenant au groupe terroriste du Hezbollah libanais et à des forces iraniennes près de l’aéroport en plus de la seule piste encore en service de l’aéroport.

Ce n’est pas la première fois que l’aéroport de Damas est pris pour cible par Israël, mais la suspension des vols est un fait rare.

Israël commente très rarement ses raids en Syrie, mais reconnaît y avoir mené des centaines de frappes aériennes depuis le début de la guerre chez son voisin en 2011.

Au fil des ans, Israël a accusé à plusieurs reprises l’Iran de faire passer des armes et des systèmes d’amélioration des missiles de Téhéran à son mandataire terroriste libanais, le Hezbollah, en passant par la Syrie.

 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...