Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Netanyahu : L’alliance Israël-US reste « inébranlable », malgré les critiques de Biden

S'exprimant lors du Sommet pour la démocratie, le Premier ministre a insisté sur le fait qu'il recherche un consensus et il a affirmé qu'Israël restera une démocratie

Le Premier ministre Benjamín Netanyahu s'exprimant lors du Sommet américain sur la démocratie, le 29 mars 2023 (Crédit : Capture d'écran YouTube)
Le Premier ministre Benjamín Netanyahu s'exprimant lors du Sommet américain sur la démocratie, le 29 mars 2023 (Crédit : Capture d'écran YouTube)

WASHINGTON – Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a insisté mercredi sur le fait que l’alliance d’Israël avec les États-Unis était « inébranlable », faisant l’impasse sur les tensions croissantes entre les deux pays au sujet des efforts livrés par son gouvernement pour réformer le système judiciaire.

Netanyahu s’est exprimé mardi lors du Sommet pour la démocratie organisé par le Département d’État – qui se déroule sur trois jours et se passe principalement en distanciel – vingt-quatre heures après que le président américain Joe Biden a tenu ses premières paroles publiques contre l’initiative prise par la coalition qui vise à réduire radicalement le pouvoir de la Haute Cour de justice, aggravant ainsi une crise dans les liens entre les États-Unis et Israël qui n’avait pas été observée depuis des années.

« Israël et les États-Unis ont eu des différends, mais je tiens à vous assurer que l’alliance entre la plus grande démocratie au monde et la démocratie forte, fière et indépendante qu’est Israël, au cœur du Moyen Orient, est inébranlable. Rien ne peut changer cela », a assuré Netanyahu à ce sommet virtuel, avant de remercier Biden, son « ami depuis 40 ans », alors que son parti, le Likud, multiplie les critiques à l’égard de l’Administration Biden.

Netanyahu a lu son discours, qui a sans aucun doute été modifié dans les dernières heures précédant le sommet, à la suite des remarques de Biden sur la réforme du système judiciaire.

Le Premier ministre a aussi promis de chercher le compromis et le respect des droits élémentaires, alors que son gouvernement fait face à un large mouvement de contestation contre sa réforme du système judiciaire, au sujet duquel il a annoncé une pause du processus législatif.

À LIRE – Haut responsable du Likud : Joe Biden est « si faible » – média

Avant de monter à bord de l’Air Force One en Caroline du Nord mardi, Biden a déclaré aux journalistes qu’il espérait que Netanyahu « renoncera » à sa réforme, se disant  » très préoccupé  » par la santé de la démocratie israélienne – pour laquelle des négociations étaient en cours mercredi entre majorité et opposition.

« Ils ne peuvent pas continuer sur cette voie et j’ai été assez clair sur ce point », a déclaré Biden. « J’espère que le Premier ministre agira (…) pour trouver un véritable compromis, mais cela reste à voir. »

Bien que Netanyahu ait été invité au sommet il y a plusieurs mois, le Département d’État n’a ajouté son nom au programme que quelques heures avant la session de mercredi. Sa participation a été divulguée dimanche à Haaretz, ce qui a suscité une série de questions de la part des journalistes sur l’opportunité d’autoriser Netanyahu à participer à ce forum, alors que son gouvernement s’apprête à remanier le système judiciaire. Après s’être d’abord abstenus de répondre, les responsables ont fait remarquer qu’Israël n’était que l’un des 120 pays participants et qu’il avait déjà reçu une invitation l’année dernière.

Les pays en retard de développement démocratique comme la Turquie et la Hongrie n’ont pas reçu d’invitation, mais la République démocratique du Congo et le Brésil en ont reçu une, et leurs représentants se sont présentés aux côtés de Netanyahu.

Le Premier ministre s’est exprimé dans le cadre d’une table ronde intitulée « La démocratie, source de croissance économique et de prospérité partagée », aux côtés des dirigeants de la Grèce, de l’Inde, du Timor-Oriental, de l’Italie, du Kenya, du Botswana et de la Croatie.

Netanyahu a comparé le rejet des réformes de libéralisation économique qu’il avait mises en œuvre en tant que ministre des Finances il y a vingt ans aux manifestations qui secouent aujourd’hui le pays contre la réforme du système judiciaire, insinuant que ses opposants d’aujourd’hui ont tout aussi tort que ceux d’alors.

« Non seulement l’économie s’est développée, mais la prospérité partagée s’est également accrue, car contrairement aux prédictions selon lesquelles les riches s’enrichiraient et les pauvres s’appauvriraient, tout le monde s’est enrichi », a déclaré Netanyahu.

Il a décrit la crise actuelle comme une crise dans laquelle la moitié du pays estime que le gouvernement a été « entravé par un pouvoir judiciaire tout-puissant qui le domine et ne permet pas à la volonté publique de s’exprimer ».

« L’autre moitié de la population craint – même si c’est faux – qu’une réduction des pouvoirs judiciaires ne porte atteinte aux libertés civiles », a déclaré Netanyahu.

« Je pense que ces deux considérations doivent être prises en compte (…) et nous devons nous assurer qu’au fur et à mesure que nous déplaçons le pendule d’un côté, alors que le pouvoir judiciaire est toujours plus puissant, les tribunaux resteront indépendants et qu’il y aura un équilibre des pouvoirs dans lequel les droits individuels seront protégés », a déclaré le Premier ministre.

« Je pense que cet équilibre peut être atteint. Et c’est pourquoi j’ai annoncé une pause qui permet maintenant à l’opposition et à la coalition de s’asseoir et d’essayer de parvenir à un large consensus national pour atteindre ces deux objectifs ».

À lire : Yesh Atid a exhorté Herzog à faire pression pour la rédaction d’une constitution

Netanyahu a conclu son intervention en s’adressant aux « gouvernements qui ont exprimé leur inquiétude », insistant sur le fait que le débat intense en Israël fournira une « occasion de renforcer la démocratie » et de « rétablir un juste équilibre entre les trois branches du gouvernement ».

Des Israéliens de droite lors d’un rassemblement en soutien à la réforme du système judiciaire du gouvernement, à Jérusalem, le 27 mars 2023. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)

Il a ajouté que « le droit à manifester est sacro-saint », mais que « l’obligation des dirigeants nationaux est d’essayer de prendre toutes les questions en considération et de les fusionner pour atteindre un heureux compromis ».

Il a également promis que les changements apportés au système judiciaire ne laisseraient pas les minorités sans protection.

« Israël est et restera toujours une démocratie libérale avec des droits égaux pour tous. Ce qui garantit des droits individuels, des libertés civiles et politiques pour chaque citoyen, juif, musulman, chrétien, pour les femmes druzes, pour les membres de la communauté LGBT : rien ne changera jamais cela », a-t-il affirmé.

La tentative du gouvernement de bouleverser le système judiciaire a déclenché de vastes manifestations dans tout le pays et elle a suscité un flot d’avertissements de la part d’experts qui affirment que les propositions nuiront à la démocratie et à l’économie d’Israël.

« Nous devons passer de la protestation à l’acceptation, et c’est ce que je veux faire », a déclaré Netanyahu.

« En Israël, au sein de cette solide démocratie, se tient un débat public très intense. Et le débat porte sur comment protéger une bonne démocratie », a encore déclaré Netanyahu.

« Je pense que nous pouvons atteindre cet équilibre », a assuré le Premier ministre.

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.