Lapid minimise un enregistrement de 2010 où Ashkenazi qualifie Gantz « d’idiot »
Rechercher

Lapid minimise un enregistrement de 2010 où Ashkenazi qualifie Gantz « d’idiot »

Le co-dirigeant de Kakhol lavan soutient le numéro 4 du parti et le qualifie de soldat de carrière qui "n'a jamais été diplômé en bienséance"

De gauche à droite : Yair Lapid, Benny Gantz, Gabi Ashkenazi et Moshe Yaalon du parti Kakhol lavan arrivent pour prononcer une déclaration commune à Tel Aviv le 21 février 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)
De gauche à droite : Yair Lapid, Benny Gantz, Gabi Ashkenazi et Moshe Yaalon du parti Kakhol lavan arrivent pour prononcer une déclaration commune à Tel Aviv le 21 février 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Mercredi, Yair Lapid, co-dirigeant du parti Kakhol lavan, cherchait à minimiser un enregistrement qui a récemment fuité, dans lequel on entend le numéro 4 du parti, Gabi Ashkenazi, qualifier « d’idiot » son candidat au poste de Premier ministre, Benny Gantz, il y a presque dix ans.

Lapid a déclaré au site d’information Ynet que les remarques d’Ashkenazi, tirées d’un interrogatoire de la police lors du scandale de falsification de documents, aussi connu sous le nom de l’affaire Harpaz, qui a secoué Tsahal en 2010, faisaient partie de ses manières d’ancien chef de l’armée.

« Je pense que Gabi m’a dit sept choses sur moi qui sont pires que cela rien que la semaine dernière, » a déclaré Yair Lapid. « C’est la manière dont Gabi parle. C’est un gars de l’armée ».

« C’est simplement la manière dont le gars parle, il croit en Gantz comme futur Premier ministre. Il n’a jamais été diplômé de l’école de la bienséance, il est diplômé de la boue et des tranchées d’entraînement militaire ».

Mardi, Hadashot a lancé son programme de fin de soirée avec des enregistrements exclusifs d’Ashkenazi faisant des remarques peu flatteuses à l’égard de son assistant de l’époque Gantz, qui a fini par lui succéder en tant que chef de Tsahal.

Dans une conversation enregistrée un jour après qu’Ashkenazi a appris que son mandat n’était pas reconduit, on lui a dit que Gantz faisait le tour de la frontière nord.

« Il essaie de se construire une image. Cet idiot pense sérieusement qu’il a une chance, » a-t-il à l’un ses des proches.

Les enregistrements fuités à Hadashot comprenaient aussi des enegistrements où Ashkenazi se vante de ses liens avec le propriétaire du journal Yedioth, Arnon « Noni » Mozes, suspect dans l’une des enquêtes pour corruption impliquant le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Dans un autre enregistrement, on peut entendre Ashkenazi qualifier Ehud Barak, ministre de la Défense de l’époque, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu « de véritable axe du mal en Israël ».

Ashkenazi a pris sa retraite de l’armée en 2010, après avoir été impliqué dans un scandale de succession qui a mis en lumière une divergence forte avec Barak et son choix pour le poste, Yoav Gallant.

Boaz Harpaz, un proche d’Ashkenazi, a été inculpé en 2016 et condamné en novembre 2018 pour avoir produit un faux document et l’avoir fait fuité à la presse afin de nuire à Gallant.

Ashkenazi a été soupçonné d’obstruction à la justice et d’avoir livré des informations classifiées à des journalistes afin d’influencer la nomination de son successeur, même si l’affaire contre lui avait été classée sans suite en 2016 par manque de preuves.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...