L’armée frappe des positions du Hamas après l’envoi d’engins explosifs en Israël
Rechercher

L’armée frappe des positions du Hamas après l’envoi d’engins explosifs en Israël

Un hélicoptère d'attaque cible des postes d'observation près de Khan Younis dans le sud de la bande suite à l'explosion d'un engin transporté par des ballons

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un robot de déminage de la police éloigne un dispositif en forme de drone, transporté par des dizaines de ballons à l'hélium depuis la bande de Gaza, qui a atterri dans un champ de carottes dans le sud d'Israël le 6 janvier 2019. (Police israélienne)
Un robot de déminage de la police éloigne un dispositif en forme de drone, transporté par des dizaines de ballons à l'hélium depuis la bande de Gaza, qui a atterri dans un champ de carottes dans le sud d'Israël le 6 janvier 2019. (Police israélienne)

L’armée de l’air israélienne a frappé deux positions du Hamas dans l’est de la bande de Gaza dimanche, en réaction à l’explosion d’un engin envoyé par les airs dans le sud d’Israël dans la journée, rapporte l’armée.

Dimanche matin, une bombe a été envoyée en Israël à l’aide de ballons baudruches et d’un dispositif aérien similaire à un drone. Elle a atterri dans un champ de carottes dans la région de Sdot Negev dans le sud d’Israël peu avant midi.

En représailles à cette attaque transfrontalière depuis la bande de Gaza, des hélicoptères de l’armée israélienne ont visé deux postes d’observation situés à l’est de Khan Younis et contrôlés par les dirigeants du Hamas locaux, a indiqué l’armée.

« Deux hélicoptères d’attaque de l’armée israélienne ont frappé deux positions militaires appartenant au groupe terroriste du Hamas dans la bande de Gaza, suite à l’envoi d’un engin explosif dissimulé sous des ballons baudruches via un appareil de type drone, » a déclaré l’armée.

En plus de ces positions, les médias palestiniens ont indiqué que l’armée israélienne avait visé des cibles près de Jabalia, dans le nord de la bande de Gaza, et dans les environs de Zeitoun, dans le centre. L’armée n’a pas souhaité répondre.

Elle n’a pas non plus précisé qui avait envoyé l’engin explosif, mais tient le Hamas pour responsable en sa qualité d’autorité dans la bande de Gaza.

Des ballons suspects découverts dans une communauté de la périphérie de Gaza, le 28 décembre 2018. (Crédit : unité du porte-parole de la police)

« L’armée continuera de défendre les citoyens d’Israël et de lutter contre le terrorisme venu de la bande de Gaza », a affirmé l’armée.

Bien que d’apparence similaire à un drone, l’engin n’était apparemment pas en mesure de voler.

Le nom de l’école d’ingénieurs de la bande de Gaza est marqué sur un flanc du dispositif.

La police a expliqué que l’engin avait explosé lorsqu’un robot détecteur de bombe l’examinait.

« Aucun blessé n’a été constaté, l’enquête se poursuit, » rapporte la police.

On ne sait toujours pas vraiment comment le dispositif a pu traverser la frontière sans être abattu par l’armée israélienne.

La police a réitéré ses appels à la population israélienne l’invitant à contacter les forces de l’ordre en cas d’observation d’objets suspects.

La découverte a été faite après une semaine d’accalmie en ce qui concerne les attaques aériennes opérées depuis la bande de Gaza.

Les manifestants gazaouis ont lancé des centaines de cerfs-volants et ballons incendiaires en Israël au cours des neuf derniers mois, déclenchant des feux qui ont détruit des forêts, brûlé des récoltes et tué du bétail. Des milliers d’hectares de terre ont pris feu, causant des millions d’euros de dégâts, d’après des officiels israéliens. Certains ballons ont également transporté des engins explosifs improvisés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...