L’armée israélienne installe puis retire un abri de sécurité en Cisjordanie
Rechercher

L’armée israélienne installe puis retire un abri de sécurité en Cisjordanie

Des élus de droite avaient critiqué l'installation de l'abri en béton à Givat Assaf affirmant que l'on "cédait au terrorisme"

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Un abri de protection installée à un arrêt de bus au carrefour de Givat Assaf le 20 mars 2019. (Menachem Bakush)
Un abri de protection installée à un arrêt de bus au carrefour de Givat Assaf le 20 mars 2019. (Menachem Bakush)

Mercredi, des élus de droite et des responsables d’implantations ont vivement critiqué l’installation d’un abri de protection à un arrêt de bus en Cisjordanie. Tsahal l’a ensuite retiré, précisant qu’aucun autre refuge de ce genre ne serait construit au-delà de la Ligne verte.

La décision a été prise environ deux heures après la publication sur Twitter d’une photo de l’abri fortifié au carrefour de Givat Assaf. L’image a suscité un flot de réactions critiques de la mesure.

D’après des photos, l’abri a été retiré par une grue.

Naftali Bennett, le co-dirigeant du parti HaYamin HaHadash, a qualifié l’abri de « capitulation et de soumission au terrorisme ».

« C’est la réponse à l’attaque terroriste de Givat Assaf dans un pays qui perd lentement son honneur national », a tweeté Rafi Peretz, le président de l’Union des partis de droite.

Tsahal retire une barrière de protection installée à l’arrêt de bus au carrefour de Givat Assaf le 20 mars 2019. (Crédit Elchanan Scharia)

« Nous devons passer d’une doctrine de défense à un mode d’attaque. De la défense de notre souveraineté [en Cisjordanie] », a-t-il ajouté.

Yochai Damri, chef du conseil régional d’Har Hebron, a qualifié la fortification « d’absurde ».

« Au lieu d’être durs et d’expulser les familles de terroristes, nous nous cachons derrière des murs dans notre propre maison », a déclaré le responsable d’implantation.

Tsahal a réagi en publiant un communiqué, dans lequel elle explique que la photo prise à Givat Assaf correspondait à l’unique abri installé par l’armée et qu’il allait être retiré. Le communiqué ne précisait pas si la décision de retirer l’abri était directement liée aux critiques.

Le 13 décembre, un Palestinien armé a ouvert le feu à l’arrêt de bus du carrefour de Givat Assaf, tuant le sergent Yosef Cohen et le sergent chef Yovel Mor Yosef, et blessant sérieusement un autre soldat israélo-américain Netanel Felber.

La pression s’est renforcée sur les responsables de la défense afin qu’ils instaurent des mesures punitives contre des Palestiniens en Cisjordanie en réponse à cette attaque terroriste et à plusieurs autres survenues depuis – très récemment une série de fusillades aux carrefours d’Ariel et de Gitai dimanche ont coûté la vie à un civil et un soldat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...