L’armée israélienne pense que le Hamas a pu tirer sur Tel Aviv par erreur
Rechercher

L’armée israélienne pense que le Hamas a pu tirer sur Tel Aviv par erreur

Neuf roquettes ont été tirées depuis la frontière de Gaza dans la nuit de jeudi à vendredi ainsi que vendredi matin. Six roquettes ont été interceptées par le Dôme de fer

Tirs de roquettes depuis Gaza vers Israël, le 17 juillet 2014. Illustration. (Crédit : Thomas Coex/AFP)
Tirs de roquettes depuis Gaza vers Israël, le 17 juillet 2014. Illustration. (Crédit : Thomas Coex/AFP)

Jeudi soir, deux roquettes ont été tirées sur la ville centrale d’Israël, Tel Aviv. En réponse, l’armée israélienne a frappé plus de 100 cibles du groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza. On pense que quelques terroristes du Hamas sont responsables des tirs. Neuf roquettes ont été tirées depuis la frontière de Gaza dans la nuit de jeudi à vendredi ainsi que vendredi matin. Six roquettes ont été interceptées.

Les sirènes d’alertes se sont déclenchées à trois reprises pendant la nuit au sein des communautés frontalières israéliennes situées à proximité de Gaza et une fois encore vendredi matin, quand les Palestiniens ont tiré neuf roquettes en direction de l’Etat juif.

L’armée a indiqué que six avaient été interceptées par le système anti-missile israélien du Dôme de fer et qu’un autre projectile n’était pas parvenu à atteindre la frontière. Deux roquettes seraient par ailleurs retombées dans des champs. Les tirs n’auraient entraîné ni dégâts, ni blessés, même si des fragments de roquette ont été découverts dans une école de Sderot.

Les frappes israéliennes sur Gaza ont eu lieu après une consultation d’urgence, tard dans le nuit, entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et ses chefs de la Défense à Tel Aviv. « Des décisions ont été prises », a commenté un responsable sans donner de détails.

Vendredi matin, le porte-parole de l’armée israélienne, Ronen Manelis, a fait savoir que plus de cent cibles liées au Hamas avaient été frappées en réponse au lancement de roquettes sur Tel Aviv.

De plus, l’armée a indiqué qu’un site de fabrication souterrain de roquettes de qualité standard dans la bande de Gaza avait été visé ainsi qu’un site d’entraînement militaire qui, selon l’armée israélienne, servait de centre pour les drones du Hamas dans le sud de l’enclave.

Le comité palestinien qui organise le mouvement d’émeutes hebdomadaires à la frontière avec Israël a décidé de « reporter » les manifestations de vendredi « par inquiétude pour notre population et pour nous préparer » à un rassemblement bien plus important qui aura lieu le 30 mars, a fait savoir le Centre d’information palestinien affilié au Hamas. Le 30 mars est la Journée de la terre, date à laquelle les Palestiniens commémorent l’expropriation par le gouvernement israélien des terres qui appartenaient aux Arabes en Galilée, en 1976.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a défendu vendredi le « droit » d’Israël à « protéger ses citoyens ». « Une fois de plus, les citoyens israéliens sont attaqués par des terroristes depuis Gaza, armés et financés par leurs marionnettistes à Téhéran », a tweeté le secrétaire d’Etat américain. « Nous sommes aux côtés de notre allié », a-t-il ajouté, alors qu’il doit lui-même se rendre prochainement en Israël.

Le ministère de l’Intérieur dirigé par le groupe terroriste palestinien du Hamas avait critiqué les tirs de roquettes sur Tel Aviv jeudi soir, promettant de prendre des mesures contre ceux qui les ont lancées.

Pour la première fois depuis la guerre de Gaza en 2014, deux roquettes de la bande de Gaza ont été tirées au cœur de Tel Aviv.

Les résidents de Tel Aviv, la deuxième plus grande ville du pays et du Gush Dan se sont précipités vers les abris anti-bombes et ont signalé avoir entendu des explosions. Les roquettes sont tombées dans des terrains vagues, et n’ont pas fait de victimes. Cinq personnes ont été traitées pour choc.

« Nous enquêtons sur les tirs de roquettes depuis Gaza contre le consensus national et le ministère prendra des mesures contre les responsables », avait déclaré le ministère de l’Intérieur du Hamas dans un communiqué.

Des institutions dirigées par le Hamas prennent rarement position contre les tirs de roquettes sur Israël. Le Hamas est une organisation terroriste qui appelle ouvertement à la destruction d’Israël.

Plus tôt dans la soirée, les Brigades Izz ad-Din al-Qassam, l’aile armée du Hamas, avaient démenti avoir lancé les roquettes, soulignant qu’elles ont été tirées alors que les dirigeants du Hamas et une délégation égyptienne de sécurité se réunissait à Gaza.

Capture d’écran d’une vidéo montrant Tel Aviv le 14 mars alors que le sirènes d’alerte de roquettes retentissent après le lancement de deux roquettes depuis la bande de Gaza. (Tsahal)

La délégation égyptienne était à Gaza pour rencontrer des responsables du Hamas afin de discuter des efforts pour renforcer et faire avancer un cessez-le-feu de facto entre les groupes terroristes de la bande de Gaza et Israël. Les officiels égyptiens ont quitté l’enclave côtière après que les roquettes ont été tirées, a annoncé Maan, le site d’information palestinien, citant une source proche de la délégation.

Un officiel du Hamas a déclaré au Times of Israël que le groupe terroriste « n’a aucun intérêt à aller vers l’escalade » avec Israël. L’officiel, qui a parlé sous condition d’anonymat, a ajouté qu’il « n’avait aucune idée » de qui avait tiré les roquettes vers Tel Aviv.

Lors des récentes épisodes de violence avec Israël, les groupes terroristes à Gaza ont principalement tiré des roquettes et de projectiles sur les parties sud de l’Etat juif qui se trouvent à côté de Gaza.

Daoud Shehab, le porte-parole du Jihad islamique palestinien, a également déclaré que son groupe n’était pas derrière l’attaque, qualifiant les accusations que le Jihad islamique les avait lancées « d’affirmations et de mensonges infondés ».

Immédiatement après les tirs de roquettes, des journalistes de la télévision israélienne ont émis l’hypothèse que le Jihad islamique les avait tirées.

Au cours des douze derniers années, des groupes terroristes à Gaza et Israël ont combattu trois guerres importantes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...