L’armée publie une vidéo montrant du liquide couler d’un tunnel au Liban
Rechercher

L’armée publie une vidéo montrant du liquide couler d’un tunnel au Liban

Des hommes semblent fuir avant de s'arrêter pour tenter de neutraliser la substance qui s'écoule de ce qui, selon l'armée, est un tunnel du Hezbollah

Image diffusée par l'armée israélienne le 28 décembre 2018, montrant un liquide s'écouler d'un tunnel transfrontalier, dans le village libanais de Kafr Kila. (Crédit : unité du porte-parole de l'armée)
Image diffusée par l'armée israélienne le 28 décembre 2018, montrant un liquide s'écouler d'un tunnel transfrontalier, dans le village libanais de Kafr Kila. (Crédit : unité du porte-parole de l'armée)

L’armée a diffusé vendredi des images tournées, selon elle, dans le village de Kafr Kila. On y voit des personnes réagir à l’apparition d’un »liquide » non-spécifié, versé par les militaires israéliens dans un tunnel d’attaque du Hezbollah, qui s’écoule à travers son ouverture et dans la rue.

Les médias israélien ont noté que l’armée utilisait du ciment pour bloquer les tunnels et que certains individus aperçus dans la séquence sont des membres du groupe terroriste du Hezbollah.

Dans le film, des individus tentent de fuir la substance épaisse tandis que d’autres s’efforcent de l’enlever en utilisant un bulldozer et empêchent la propagation du matériau visqueux en utilisant des pierres pour sceller la zone.

L’armée a fait savoir jeudi qu’elle avait détruit tous les tunnels d’attaque creusés par le Hezbollah et partant de Kafr Kila vers la ville de Metulla, à la frontière nord d’Israël.

L’armée a diffusé des photos et une séquence vidéo prouvant « indubitablement », selon l’armée, que les tunnels avaient été creusés depuis le Liban vers Israël. Ils ont également révélé certaines méthodes utilisées pour fermer définitivement les passages souterrains – notamment en versant ce « liquide » dans les tunnels, ce qui, dans certains cas, a permis de localiser leur entrée dans les secteurs civils du sud du Liban.

Tandis qu’elle a terminé ses travaux de détection des tunnels de Kafr Kila, l’armée israélienne a clairement établi que l’opération Bouclier du nord n’était pas terminée. Cette mission, qui est entrée vendredi dans son 24e jour, continuera afin de localiser et d’éliminer les autres passages souterrains forés depuis les villages du sud du Liban.

Dans un point-presse téléphonique avec les journalistes, le porte-parole de l’armée, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, a estimé qu’il faudrait encore « quelques semaines » aux soldats pour achever l’opération de destruction des tunnels du Hezbollah.

Image diffusée par l’armée israélienne le 28 décembre 2018, montrant des Libanais fuir alors quun liquide s’écoule d’un tunnel transfrontalier, dans le village libanais de Kafr Kila. (Crédit : unité du porte-parole de l’armée)

Conricus a détaillé les deux méthodes utilisées pour neutraliser les passages souterrains : l’usage d’explosifs pour les détruire – ces explosions ont été montrées dans des images distribuées aux médias par l’armée – et le versement de liquide dans les tunnels pour les colmater et les rendre impénétrables.

Conricus a ajouté que l’armée avait pu trouver les points d’entrée du tunnel lorsque le fluide avait coulé hors du tunnel, du côté libanais.

« Ceci prouve l’usage par le Hezbollah de structures civiles qui se trouvent au cœur des secteurs construits dans le sud du Liban, ce qui met en danger les citoyens – qui deviennent des boucliers humains – et constitue une violation grave de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies », a dit l’armée, se référant à la mesure de l’ONU qui avait mis un terme à la guerre du Liban, en 2006.

Image diffusée par l’armée israélienne le 28 décembre 2018, montrant un liquide s’écouler d’un tunnel transfrontalier, dans le village libanais de Kafr Kila. (Crédit : unité du porte-parole de l’armée)

Conricus a refusé de préciser le nombre de tunnels détruits à Kafr Kila ni celui des autres passages souterrains qui seront neutralisés pendant l’opération.

L’un d’entre eux aurait été creusé sous une coopérative de volailles, a noté le porte-parole.

Citant un film de propagande réalisé par le Hezbollah en 2013, Conricus a clamé que les tunnels faisaient partie d’un plan en trois points mis eau point par le groupe terroriste soutenu par l’Iran et visant à conquérir la Galilée. Évoquant la vidéo diffusée par le chef du groupe terroriste, Hassan Nasrallah, le porte-parole de l’armée israélienne a déclaré que l’invasion devait inclure des tirs de barrage massifs sur le nord d’Israël, une invasion terrestre par les forces spéciales du Hezbollah et une invasion souterraine par le biais des tunnels d’attaque de l’organisation.

Conricus a souligné que quand le film présentait le plan de conquête de la Galilée, il se concentrait sur des zones du nord d’Israël à attaquer en omettant Metulla.

« Ce qui indique qu’ils tentaient de nous surprendre là », a commenté Conricus, en évoquant les tunnels découverts récemment dans cette ville du nord d’Israël.

Image diffusée par l’armée israélienne le 28 décembre 2018, montrant un liquide s’écouler d’un tunnel transfrontalier, dans le village libanais de Kafr Kila. (Crédit : unité du porte-parole de l’armée)

Le porte-parole de l’armée a clairement indiqué que si l’Etat juif tenait le gouvernement libanais pour responsable des tunnels creusés à partir de son territoire souverain, il était évident que c’était le Hezbollah qui les avait creusés.

« La découverte et la destruction des tunnels a entraîné des nuisances significatives dans les capacités du Hezbollah à mener ses plans à bien », a dit l’armée dans un communiqué émis jeudi.

Mercredi, les militaires israéliens ont annoncé qu’un cinquième passage souterrain foré depuis le Liban avait été découvert dans le cadre de l’Opération bouclier du nord. Ce dernier tunnel a été creusé à partir d’Ayta ash Shab, village situé à côté de la frontière, en face de la communauté agricole de Shtula, et il pénétrait sur le territoire israélien.

Ayta ash Shab est situé au sud-ouest de Kafr Kila. L’armée israélienne a précisé que le tunnel avait été trouvé « il y a quelques jours » et qu’il avait été détruit.

Les conseils régionaux et les forces de maintien de la paix des Nations unies en Syrie ont été informées au préalable de l’explosion, ont dit les militaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...