Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

L’attaque à Damas est un « coup dur » pour l’Iran – ex-responsable

Un ancien agent de la CIA déclare au NYT que l'attaque imputée à Israël visait à "punir" le CGRI qui cherche à nuire aux Israéliens à l'étranger

Une banderole affichant des photos de responsables de l'armée israélienne, le visage entouré d'une croix rouge, accrochée à la suite d'une frappe attribuée à Israël à Damas qui a tué le principal officier du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) en Syrie, à Téhéran, le 2 avril 2024. (Crédit : Atta Kenare/AFP)
Une banderole affichant des photos de responsables de l'armée israélienne, le visage entouré d'une croix rouge, accrochée à la suite d'une frappe attribuée à Israël à Damas qui a tué le principal officier du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) en Syrie, à Téhéran, le 2 avril 2024. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

L’attaque attribuée à Israël, qui a tué le principal commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) d’Iran en Syrie, a porté un coup stratégique à Téhéran et pourrait entraîner une escalade des tensions dans la région, ont déclaré mardi au New York Times d’anciens et d’actuels responsables américains.

Bien que l’Iran et ses alliés l’aient blâmé, Israël n’a pas officiellement commenté l’attaque contre le bâtiment de Damas, qui a tué le général Mohammad Reza Zahedi, le plus haut responsable du CGRI en Syrie, ainsi que son adjoint, le général Mohammad Hadi Hajriahimi, cinq autres officiers du CGRI et au moins un membre du Hezbollah.

Au lendemain de la frappe, les troupes américaines basées dans le sud-est de la Syrie ont intercepté un drone d’attaque, ce qui constitue le premier incident de ce type en deux mois, a déclaré au NYTimes un représentant du département de la défense, sous couvert d’anonymat. Les milices soutenues par l’Iran s’étaient abstenues d’attaquer les bases américaines dans une apparente tentative de désescalade après la mort de trois soldats américains lors d’une attaque de drone en Jordanie en janvier.

Ralph Goff, un ancien haut responsable de la CIA qui a opéré au Moyen-Orient, a qualifié l’attaque israélienne présumée d’ « imprudente », ajoutant qu’ « elle ne fera qu’entraîner une escalade de la part de l’Iran et de ses mandataires ».

Il a déclaré au NYTimes que l’attaque s’inscrivait dans la stratégie à long terme d’Israël visant à affaiblir le CGRI et à le « punir pour les complots en cours visant à tuer ou à enlever des juifs israéliens dans le monde entier ».

A LIRE – Le CGRI : Une puissante force terroriste qui cherche à remodeler le Moyen-Orient

Les « relations à long terme, soigneusement développées » par les officiers supérieurs qui ont été tués ont été éliminées par l’attaque, a déclaré au NYTimes l’ancien chef du commandement central (CENTCOM) américain et général à la retraite Kenneth F. McKenzie Jr, qui a qualifié l’attaque de « coup dur » pour Téhéran.

Mohammed Reza Zahedi, responsable des Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI), le 2 juillet 2017. (Crédit : Ali Khara/Fars Media Corporation, via Wikimedia CC BY 4.0)

Mais il a mis en doute le risque d’une riposte majeure, déclarant que « les options de l’Iran pour frapper Israël sont très, très limitées » et que « les Israéliens ne vont pas reculer ».

Dana Stroul, ancien haut responsable du Pentagone pour la politique au Moyen-Orient, a qualifié l’attaque de « version israélienne de l’attaque américaine contre Qassem Suleimani », faisant référence à l’assassinat du chef de la Force Quds à Bagdad en janvier 2020, et a averti qu’il s’agissait d’une « escalade significative qui risque de faire basculer une région déjà volatile et instable dans une guerre à grande échelle ».

« La question est de savoir si l’Iran réagira de manière à désamorcer la situation ou s’il montera encore plus haut dans l’échelle de l’escalade », a-t-elle déclaré.

Cette frappe « devrait avoir un effet stratégique sur la manière dont la force Qods opère à l’étranger et devrait éroder tout semblant d’invincibilité ou de dénégation selon lequel cette organisation terroriste ne fait qu’apporter l’instabilité et la violence dans les lieux où elle cherche à opérer », a ajouté Stroul.

Sabrina Singh, porte-parole du Pentagone, a souligné que les États-Unis n’avaient joué aucun rôle dans la frappe et qu’ils voulaient éviter une escalade.

« Les tensions étant élevées dans la région, nous avons voulu faire savoir très clairement, par des canaux privés, que les États-Unis n’étaient pas impliqués dans l’attaque de Damas », a-t-elle déclaré.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.