L’avocat Avi Himi va présider l’Association du barreau, au cœur d’un scandale
Rechercher

L’avocat Avi Himi va présider l’Association du barreau, au cœur d’un scandale

Le président par intérim a vaincu Zion Amir, avocat des célébrités, après la démission de l'ancien responsable, Effi Naveh, soupçonné de fraude et corruption sexuelle

L'avocat Avi Himi, devant la Cour suprême de Jérusalem, le 5 juin 2017. (Hadas Parush / Flash90)
L'avocat Avi Himi, devant la Cour suprême de Jérusalem, le 5 juin 2017. (Hadas Parush / Flash90)

L’avocat Avi Himi, âgé de 60 ans, a été élu à la tête de l’Association du barreau israélien, battant son rival Zion Amir lors d’un vote ce mardi. Le début de son mandat devrait être consacré à la réhabilitation de l’organisation, actuellement dans la tourmente.

Les deux hommes sont des avocats pénalistes réputés. Résidant de Rosh Haayin, Avi Himi dirige un cabinet reconnu.

Des représentants de l’Association ont fait savoir mercredi après-midi qu’Avi Himi avait pris une avance que les autres candidats ne pourraient rattraper, mais que le vote final n’avait pas encore eu lieu.

Ce dernier a promis de se consacrer à la réhabilitation de l’Association du barreau après une période de polémiques et de critiques croissantes sur sa gestion et sa pertinence depuis ces dernières années. Avi Himi officie comme président par intérim depuis janvier, depuis que son prédécesseur, Efi Nave, a démissionné, impliqué dans deux affaires, dans l’une desquelles il aurait accordé des nominations en échange de relations sexuelles.

Le vote a enregistré une baisse de la participation des avocats israéliens. Mardi, 18 000 bulletins avaient été déposés sur les 67 000 possibles, soit une participation de 27 %, légèrement moins que les 28,5 % lors du dernier scrutin de 2018 ou les 31 % enregistrés quatre ans plus tôt.

Tzion Amir, l’avocat de l’ancien président israélien Moshe Katsav, le 4 août 2016. (Crédit : Roy Alima/Flash90)

En tant que directeur, Avi Himi occupera l’un des neuf sièges du Comité de sélection des juges, composé de neuf membres et chargé de nommer les juges aux postes les plus importants du système judiciaire israélien. Il jouera également un rôle important dans le choix du tributaire du second siège au sein du comité.

Les deux candidats avaient promis d’œuvrer à redorer l’image de l’Association du barreau, entachée par leur prédécesseur Nave, et de défendre la Cour suprême et les procureurs dans un contexte d’appels de responsables politiques de droite à l’affaiblissement de son pouvoir et à une réforme profonde des institutions.

Tzion Amir, célèbre avocat pénaliste qui a assuré la défense de l’ancien président israélien Moshe Katsav et d’autres clients réputés, a reconnu sa défaite.

« J’espère que le nouveau président fera en sorte d’unir nos rangs et de redorer le blason des avocats du pays et de restaurer la dignité de la profession… Sa réussite est essentielle pour nous tous. Bonne chance », a-t-il déclaré.

L’ancien président de l’Association du barreau israélien Effi Naveh dans un tribunal de Tel Aviv, le 16 janvier 2019. (Crédit : Koko/Pool/Flash90)

Le ministre de la Justice, Amir Ohana, également avocat, a appelé Avi Himi pour le féliciter : « Je suis absolument certain que nous pourrons travailler ensemble et coopérer pour redonner au système judiciaire, dont l’Association du barreau est un élément vital, sa gloire d’antan. »

L’ancien président est soupçonné dans deux affaires. Dans l’une d’elles, il aurait profité de son poste au sein du Comité de nomination des juges pour faire avancer la carrière de juges en échange de faveurs sexuelles.

Dans l’autre enquête, il est accusé d’avoir soudoyé les services de contrôle aux frontières pour faire entrer sa compagne dans le pays sans passer par les contrôles de sécurité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...