Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Le 9e anniversaire d’Emily Hand, otage du Hamas à Gaza, marqué par sa famille

Elle ne saura même pas que c'est son anniversaire. Elle ne saura pas quel jour on est", dit son père qui vient de dévoiler un panneau à l'effigie de sa fille à Times Square

Thomas et Natalie Hand photographiés lors d'une interview sur la Douzième chaine, le 6 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/Douzième chaine)
Thomas et Natalie Hand photographiés lors d'une interview sur la Douzième chaine, le 6 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/Douzième chaine)

NEW YORK — Emily Tony Korenberg Hand avait fêté son huitième anniversaire, l’année dernière, avec sa famille et avec ses amis parmi les jongleurs, les acrobates et les échassiers lors d’une fête qui avait « le cirque » pour thème au kibboutz Beeri, pas très loin de la bande de Gaza.

Vendredi, le jour de son neuvième anniversaire, aucune fête n’a été organisée au sein du kibboutz.

Emily se trouverait quelque part à Gaza en compagnie des autres otages enlevés par les terroristes du Hamas qui s’étaient infiltrés dans tout le sud d’Israël, le 7 octobre, massacrant 1 200 personnes et kidnappant 240 personnes qui sont actuellement détenues en captivité au sein de l’enclave côtière. Il y aurait plus d’une trentaine de bébés et d’enfants parmi les otages.

« Elle ne saura même pas que c’est son anniversaire. Elle ne saura même pas quel jour on est », confie son père Thomas Hand sur Zoom, en pleurant. « Pouvez-vous seulement imaginer la peur qu’elle doit ressentir ?  »

Peu après l’attaque commise par le Hamas, les responsables du kibboutz Beeri avaient dit à Hand qu’Emily était probablement morte. Elle avait passé la nuit chez les parents d’une amie, dans le kibboutz.

Le choc et et chagrin qui avaient frappé de plein fouet ce père aimant avaient toutefois été étrangement teintés d’un certain soulagement.

« J’ai ressenti une sorte de soulagement parce que c’était finalement préférable qu’elle n’ait pas été prise en otage », dit-il, expliquant les sentiments contradictoires qui l’ont animé à ce moment-là. « Ils m’avaient dit, en somme, qu’Emily avait été retrouvée. Qu’elle avait été retrouvée dans le kibboutz, qu’elle avait été retrouvée morte. Jamais je n’oublierai ces trois déclarations ».

L’Irlando-israélienne Emily Kornberg Hand. (Autorisation)

Puis, le 31 octobre, le monde de Hand avait encore une fois été bouleversé.

L’armée israélienne avait alors informé la famille que le corps sans vie d’Emily n’avait pas été retrouvé et que son ADN n’avait pas été identifié dans le sang prélevé dans la communauté dévastée.

Il n’y avait pas de trace de sang dans l’abri antiaérien qu’elle avait dû utiliser ou dans la maison des parents de son amie, où elle avait passé la nuit.

« Mon cerveau a dû faire volte-face et digérer cette nouvelle information. Et quand on m’a dit ça, j’ai seulement répondu : ‘Non, non, non, non’, » continue-t-il, la voix brisée.

Hand et sa fille, tous les deux israélo-irlandais, n’en sont pas à leurs premières souffrances.

Quand Emily avait deux ans et demi, sa mère, Liat Korenberg, avait succombé à un cancer du sein. Korenberg et Hand ne s’étaient jamais mariés et ils vivaient séparément, elle à Haïfa et lui au kibboutz Beeri. Il s’était remarié à ce moment-là.

Une affiche avec le portrait d’Emily Hand, l’une des otages du Hamas enlevée le 7 octobre au kibboutz Beeri, dans une synagogue de New York, le 13 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Leanne Italie)

Avant la mort de Liat, elle et Emily avaient emménagé à Beeri de manière à ce que la transition soit plus facile pour Emily, lorsqu’elle serait amenée à vivre avec son père. Liat avait succombé un peu plus de deux ans après le début de sa maladie.

Au kibboutz, Emily avait des amis et elle fréquentait l’école. Elle a des intérêts variés : la danse brésilienne, le judo, le volley, le tennis, le piano… Elle avait une passion particulière pour la gym. Et elle est une excellente élève. « Cette année, elle voulait apprendre la guitare et j’espère qu’elle pourra le faire », explique son père.

Emily, dit-il, occupe une place spéciale dans sa bande d’amis. « Ce n’est pas une place qu’elle recherche mais les enfants la suivent naturellement, c’est un modèle », indique-t-il.

Narkis Hand, l’ex-femme de son père, et les deux enfants de son premier mariage – qui s’était terminé il y a plus de vingt ans – font dorénavant partie intégrante de la vie de la fillette.

Emily est proche de Narkis et de ses demi-frères et sœurs – notamment de Natalie, âgée de 26 ans.

Tous vivent à Beeri, une petite communauté soudée qu’avait découvert Hand lorsqu’il était venu y faire du bénévolat. Il avait ensuite pris la décision de s’y installer, il y a trois décennies.

« Emily adore faire la cuisine et elle faisait la cuisine avec Natalie », déclare Hand, qui est né à Dublin. « Narkis était vraiment devenue sa seconde mère. Même la mère de Narkis faisait office de seconde grand-mère ».

Une femme tient des prospectus avec le portrait d’Emily Hand, ressortissante israélo-irlandaise, retenue en otage dans la bande de Gaza lors d’un rassemblement organisé pour son 9e anniversaire devant le siège de l’ONG Save The Children International à Londres, le 17 novembre 2023. (Crédit : Daniel Leal/AFP)

Dans un message transmis à sa sœur, Natalie a déclaré devant les caméras de la Dixième chaîne, il y a environ dix jours : « Je veux te dire que nous faisons tout notre possible pour te faire revenir à la maison. Nous savons que tu es actuellement retenue en otage. Nous t’aimons infiniment et tu nous manques ».

Au début de la semaine, Hand et Natalie ont rencontré le Premier ministre irlandais Leo Varadkar à Dublin, suppliant le gouvernement de les aider à retrouver Emily.

A Londres, un rassemblement pour Emily a été organisée vendredi aux abords du siège de l’organisation caritative Save the Children International.

Les organisateurs ont dressé une table décorée de ballons, avec des cupcakes, des ours en peluche et des affiches montrant les visages des enfants enlevés lors de l’attaque du Hamas.

Des affiches avec les visages des enfants détenus en otage par le groupe terroriste palestinien du Hamas accrochées au côté d’une table décorée pendant un rassemblement organisé aux abords du siège de l’ONG Save The Children International, à Londres, à l’occasion du 9e anniversaire d’Emily Hand, une petite israélo-irlandaise kidnappée et retenue à Gaza, le 17 novembre 2023. (Crédit : Daniel Leal/AFP)

« Ces enfants innocents kidnappés à Gaza ne sont pas une problématique d’ordre politique », s’exclame Florit Shoihet, une Israélienne expatriée à Londres qui a aidé à organiser l’événement.

« C’est une question humanitaire. C’est une question internationale. Nous voulons que cette organisation parle plus fort. Nous voulons qu’elle agisse. Nous voulons qu’elle prenne la parole. Nous voulons qu’elle n’oublie pas nos enfants ».

Et à New York, Hand a dévoilé un panneau avec le portrait d’Emily à Times Square, vendredi.

Une affiche à Times Square montre Emy Hand, petite otage du Hamas, à New York, le 17 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Bebeto Matthews)

C’est le premier de centaines de panneaux qui seront exposés aux États-Unis montrant les visages des otages alors que certains manifestants continuent à arracher les affiches montrant les personnes qui ont été enlevées en Israël et qui sont actuellement détenues dans la bande de Gaza.

C’est impossible de déchirer un panneau, explique Hand.

« Pouvez-vous seulement imaginer ce que cette pauvre petite est en train de traverser jour après jour, terrifiée pour sa propre vie ? », ajoute-t-il. « La mort. La mort, dans mon esprit, est une option plus facile ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.