Le chef du Hezbollah salue la « victoire » palestinienne au mont du Temple
Rechercher

Le chef du Hezbollah salue la « victoire » palestinienne au mont du Temple

Nasrallah applaudit le succès de la « résistance » après qu'Israël a retiré les détecteurs de métaux et les caméras du site sacré

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Le chef du Hezbollah, le cheikh Hassan Nasrallah s'adressant à la foule à Beyrouth au Liban, décembre 2011 (Crédit : AFP Photo/al-Manar TV)
Le chef du Hezbollah, le cheikh Hassan Nasrallah s'adressant à la foule à Beyrouth au Liban, décembre 2011 (Crédit : AFP Photo/al-Manar TV)

Le chef du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a appelé le retrait israélien des détecteurs de métaux sur le mont du Temple une « victoire » lors d’un discours télévisé mercredi.

« La résistance salue les gens de Jérusalem, de Cisjordanie et tous les Palestiniens qui ont afflué vers la Vieille Ville pour défendre la mosquée d’Al-Aqsa et qui ont réussi à imposer une nouvelle victoire en forçant l’ennemi à retirer ses nouvelles mesures », a ainsi déclaré Hassan Nasrallah, selon un rapport publié dans le quotidien libanais al-Nahar.

Israël avait placé des détecteurs de métaux et des caméras aux entrées du mont du Temple suite à une attaque le 14 juillet, dans laquelle trois hommes arabes israéliens ont tué deux policiers israéliens avec des armes à feu qu’ils avaient introduites clandestinement sur le site sacré.

L’ensemble des mesures sécuritaires ont été retirées tôt mardi matin, sous l’intense pression du monde arabe et musulman.

Le Waqf de Jérusalem – l’institution jordanienne responsable de l’administration du site – ainsi que le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, avaient déclaré qu’ils continueraient à inciter les fidèles à prier dans les rues plutôt que dans leurs propres mosquées ou dans la mosquée d’Al-Aqsa, afin de faire pression sur Israël pour supprimer toutes les nouvelles mesures de sécurité mises en place depuis l’attaque du 14 juillet.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a également appelé à un « jour de colère » pour le deuxième vendredi qui suit l’attaque perpétrée sur le site, décrivant néanmoins le retrait des détecteurs comme une victoire sur Israël.

Abbas a souligné mardi qu’il maintiendrait un gel de la coordination de la sécurité avec Israël – une étape sans précédent imposée à la suite du placement des détecteurs de métaux aux entrées du site – « à moins que toutes les mesures ne reviennent à ce qu’elles étaient avant » l’attaque du 14 juillet.

La coopération en matière de sécurité entre Israël et les Palestiniens, en place depuis des années, malgré des relations diplomatiques presque gelées, est considérée comme capitale pour Israël et la faction Fatah d’Abbas pour lutter contre la violence en Cisjordanie et celle du Hamas en particulier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...