Rechercher

Le clan du terroriste de Beer Sheva condamne son « attentat terroriste »

La Liste arabe unie et Raam fustigent avec force l'attaque qui a tué quatre Israéliens ; l'Autorité palestinienne garde le silence

La ville bédouine de Hura, dans le désert du Neguev, au sud de Beer Sheva. (Crédit : Hadas Parush/ Flash90)
La ville bédouine de Hura, dans le désert du Neguev, au sud de Beer Sheva. (Crédit : Hadas Parush/ Flash90)

La famille élargie de Mohammad Ghalib Abu al-Qian, l’Arabe israélien qui a tué quatre personnes dans un attentat commis à Beer Sheva, mardi, a fait une déclaration rejetant avec force l’attaque, quelques heures après cette effroyable cavale meurtrière.

Dans un communiqué, le clan bédouin Abou al-Kiyan a « fermement » condamné l’attaque comme un acte « individuel » qui « ne représente pas les membres du clan respectueux des lois qui ont toujours préconisé le vivre-ensemble ».

Mais mercredi, la police israélienne a indiqué avoir arrêté, en collaboration avec le Shin Bet, l’agence de renseignement intérieur, deux membres de la famille du terroriste pour ne pas avoir prévenu les forces de l’ordre de l’imminence de cette attaque.

Les deux hommes ne sont pas soupçonnés d’avoir été impliqués dans l’attentat mais ils auraient pu voir Abu al-Qian quitter l’habitation familiale avec un couteau.

« Les détenus soupçonnés de ne pas avoir empêché un acte terroriste seront déférés devant un tribunal cet après-midi », a précisé la police dans un communiqué.

« Nous allons prendre des mesures contre les terroristes », a déclaré après l’attaque le Premier ministre Naftali Bennett, ajoutant que les forces de sécurité du pays étaient en « état de haute alerte » à la suite de cette attaque condamnée notamment par les Etats-Unis et l’ONU.

Abu al-Qian, un habitant de Hura, a d’abord tué trois personnes au couteau avant de projeter son véhicule sur un cycliste, qui a perdu la vie sous le choc, à proximité d’un centre commercial de Beer Sheva, dans l’après-midi de mardi. Cet attentat est l’attaque meurtrière la plus sanglante à avoir été commise au sein de l’État juif depuis plusieurs années.

Abu al-Qian avait purgé une peine de prison pour ses liens avec le groupe terroriste de l’État islamique. Sa famille et les autorités locales de Hura ont insisté sur le fait qu’il avait commis son attentat en loup solitaire.

« Cette attaque criminelle est un acte où il a agi en loup solitaire et elle ne représente que celui qui l’a commise. Notre famille croit dans la coexistence et dans le respect de la loi », a ajouté le clan Abu al-Qian.

Habis Atawnah, maire de Hura, a confié au Times of Israël que les écoles et les garderies de la localité consacreraient plusieurs heures de discussions à cet attentat perpétré par un résident de la ville.

« Nous allons leur dire que ce n’est pas notre manière de faire. Nous voulons enseigner à nos enfants et à nos jeunes les valeurs du respect mutuel et du caractère sacré de la vie », a dit Atawanah dans un entretien téléphonique accordé au Times of Israël.

La scène d’une attaque à la voiture bélier et à l’arme blanche au centre commercial BIG à Beer Sheva, dans le sud d’Israël, le 22 mars 2022. (Crédit : Flash90)

Les partis arabes israéliens ont rapidement et fermement condamné l’attaque. Le parti islamiste Raam – membre de la coalition au pouvoir – et la Liste arabe unie ont utilisé le mot « pigoua« , largement utilisé en hébreu pour qualifier une attaque nationaliste mais qui implique aussi fortement un acte terroriste.

« Raam condamne cette attaque méprisable à Beer Sheva et transmet ses condoléances aux familles des victimes assassinées », a dit Raam dans un communiqué.

« Raam appelle tous les citoyens à préserver le tissu social commun et fragile, à faire preuve de responsabilité et à promouvoir un discours de tolérance en ce moment difficile », a ajouté le parti.

Le chef de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, a expliqué avoir été choqué par l’attaque au couteau qu’il a qualifiée « d’incident meurtrier ».

« La violence n’est pas notre façon de faire et nous devons la condamner de toutes nos forces », a écrit Odeh sur Twitter.

Les groupes terroristes palestiniens ont salué l’attentat – même si aucun ne l’a encore revendiqué.

« Les crimes de l’occupation doivent être combattus par des opérations héroïques : coups de couteau, attaques à la voiture-bélier ou à l’arme à feu », a commenté le porte-parole du Hamas Abd al-Latif al-Qanou au micro de la station de radio officielle de l’organisation au pouvoir à Gaza.

De son côté, l’Autorité palestinienne de Ramallah a pour le moment gardé le silence. Toutefois, une chaîne de télévision officielle de l’AP a diffusé une image décrivant Abu al-Qian comme un « martyr ».

Si les forces de l’AP travaillent étroitement avec Israël pour réprimer le terrorisme en Cisjordanie, la plus grande partie des Palestiniens considèrent les attentats contre les Israéliens comme légitimes et l’Autorité palestinienne ne les condamne que rarement.

L’incident a rapidement été évoqué dans les médias arabophones. Au Qatar, le célèbre comédien jordano-palestinien Nicholas Khoury — qui anime une émission populaire sur la chaîne YouTube d’Al Jazeera – a salué l’attaque.

« Quatre morts. Bénies soient ses mains », a écrit Khoury sur Facebook en faisant référence à Abu al-Qian.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...