Le délégué américain au Moyen-Orient arrive en Israël dans un contexte tendu
Rechercher

Le délégué américain au Moyen-Orient arrive en Israël dans un contexte tendu

Hady Amr se rend pour la 2e fois en Israël; il s'exprimera contre la démolition des maisons de terroristes par Israël, et la mort d'un militant aux mains de l'AP

Dossier : Hady Amr, secrétaire adjoint américain pour les affaires israéliennes et palestiniennes, atterrit à l'aéroport Ben Gurion le 14 mai 2021 (Unité des affaires palestiniennes de l'ambassade américaine/Twitter).
Dossier : Hady Amr, secrétaire adjoint américain pour les affaires israéliennes et palestiniennes, atterrit à l'aéroport Ben Gurion le 14 mai 2021 (Unité des affaires palestiniennes de l'ambassade américaine/Twitter).

Le secrétaire adjoint américain aux affaires israéliennes et palestiniennes, Hady Amr, était dans la région lundi pour des réunions avec des responsables israéliens et palestiniens, où il devrait faire valoir les arguments de l’administration Biden contre les démolitions de maisons.

M. Amr a atterri lundi et a commencé sa visite par des réunions à Jérusalem et à Ramallah. Il doit également se rendre à Bethléem et à Tel Aviv, où il s’entretiendra avec des chefs d’entreprise et des membres de la société civile.

Cette visite intervient après que l’administration Biden a, pour la première fois la semaine dernière, sérieusement critiqué le nouveau gouvernement israélien pour sa décision de raser la maison en Cisjordanie d’un palestino-américain soupçonné de terrorisme.

« Nous accordons une grande priorité à cette question, sachant que la maison d’une famille entière ne devrait pas être démolie pour l’action d’un seul individu », a déclaré jeudi le porte-parole du département d’État, Ned Price.

Il a noté que des responsables américains, dont le secrétaire d’État Antony Blinken, ont fait part de leurs inquiétudes à leurs homologues israéliens à ce sujet.

Muntasir Shalabi est accusé d’avoir tué un étudiant israélien lors d’une fusillade en mai.

Une femme palestinienne utilise son téléphone pour prendre un « selfie » devant la maison de Muntasir Shalabi, suspecté de terrorisme américano-palestinien, qui a été démolie par Israël, dans la ville de Turmus Ayya en Cisjordanie, le 8 juillet 2021. (Crédit: Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Le gouvernement israélien a répliqué en disant qu’il considérait les démolitions de maisons comme une mesure dissuasive nécessaire à la sécurité de l’État.

« Nous faisons ce qui est bon pour l’État d’Israël », a déclaré dimanche le ministre des Communications Yoaz Hendel, du parti Tikva Hadasha, à la station de radio Kan.

« Parfois, nous sommes en désaccord avec l’administration américaine, mais sur la plupart des questions, nous sommes sur la même longueur d’onde », a-t-il ajouté. « Ce que j’entends, c’est que l’administration américaine veut coopérer avec le nouveau gouvernement en Israël. »

La première visite d’Amr en tant que fonctionnaire de l’administration Biden a eu lieu en mai, pendant le conflit de 11 jours entre Israël et le Hamas, au cours duquel les États-Unis ont engagé une initiative diplomatique discrète pour compléter les efforts égyptiens visant à négocier un cessez-le-feu.

M. Amr, qui rencontrera également des responsables des Nations unies, devrait discuter d’un nouveau mécanisme proposé pour transférer les fonds humanitaires qataris vers la bande de Gaza sans que le Hamas en bénéficie.

Une délégation israélienne chargée de la sécurité au Caire a informé les médiateurs égyptiens qu’elle n’autoriserait plus l’entrée d’argent qatari non contrôlé dans la bande de Gaza, a déclaré cette semaine au Times of Israel un fonctionnaire au fait des négociations. L’argent a été remis à des dizaines de milliers de familles démunies ainsi qu’à des fonctionnaires du Hamas.

Lors de sa première visite en Israël en tant que secrétaire d’État en mai, M. Blinken a affirmé l’engagement « personnel » du président Joe Biden en faveur de la sécurité d’Israël et a déclaré que les États-Unis joueraient un rôle de premier plan dans la « reconstruction humanitaire urgente à Gaza » afin de garantir un meilleur avenir pour toutes les parties.

À Ramallah, M. Amr devrait évoquer la mort du Palestinien Nizar Banat, survenue le mois dernier après une arrestation violente par les forces de sécurité de l’AP, selon sa famille.

Les États-Unis ont demandé une enquête sur la mort de Banat, qui critiquait fréquemment et ouvertement le président de l’AP Mahmoud Abbas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...