Le directeur de ministère Avi Cohen s’est rendu au travail malgré ses symptômes
Rechercher

Le directeur de ministère Avi Cohen s’est rendu au travail malgré ses symptômes

Alors que le directeur du ministère des Affaires de Jérusalem a été diagnostiqué positif, Peretz a lui aussi été contaminé et trois autres ministres ont été placés en quarantaine

Avi Cohen, qui était alors directeur-général du ministère de l'Egalité sociale, lors de la 16è conférence annuelle du groupe 'Besheva' à Jérusalem, le 11 février 2019 (Crédit Noam Revkin Fenton/Flash90 *** )
Avi Cohen, qui était alors directeur-général du ministère de l'Egalité sociale, lors de la 16è conférence annuelle du groupe 'Besheva' à Jérusalem, le 11 février 2019 (Crédit Noam Revkin Fenton/Flash90 *** )

Le directeur-général du ministère des Affaires de Jérusalem avait continué à venir au travail et à assister à des réunions sans porter le masque, même s’il avait montré des symptômes d’infection au coronavirus, a fait savoir dimanche la Douzième chaîne, citant des sources ministérielles.

Suite au diagnostic établissant qu’Avi Cohen était bien atteint par le COVID-19, le ministre des Affaires de Jérusalem, Rafi Peretz, a été placé en quatorzaine avant d’être lui-même testé positif au virus.

Trois autres ministres du cabinet ont dû également se mettre à l’isolement après avoir passé du temps avec Peretz.

Cohen est venu au travail au ministère pendant quelques jours alors qu’il ne se sentait pas bien et qu’il présentait des symptômes du coronavirus, et ce malgré les vives recommandations de son entourage qui lui conseillait d’aller se faire dépister, a rapporté la chaîne. Des sources internes au ministère ont expliqué que Cohen avait assisté à des réunions sans porter le masque et qu’il avait même pris l’ascenseur avec Peretz, qui portait une protection sur le visage contrairement au directeur-général de son ministère.

Cohen a répondu à la chaîne en démentant ces informations, affirmant qu’il était allé se faire dépister dès qu’il ne s’était pas senti bien. Il a déploré la circulation de « rumeurs » à son sujet.

Le ministre de l’Education Rafi Peretz s’exprime lors d’une conférence de presse au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 12 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Après l’annonce par Peretz, samedi soir, de sa contamination au coronavirus, le ministre de l’Enseignement supérieur Zeev Elkin, la ministre chargée de l’Émancipation des communautés Orly Levy-Abekasis et le ministre des Affaires religieuses Yaakov Avitan se sont mis en quarantaine dimanche. Tous ont eu des contacts avec le ministre contaminé.

Plusieurs conseillers ministériels se sont aussi placés à l’isolement.

Le commandant du district de Jérusalem au sein de la police israélienne, Doron Yadid, qui a dirigé la réponse aux manifestations contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans la capitale, est également entré en quatorzaine après avoir rencontré Peretz la semaine dernière.

Toutefois, selon la Douzième chaîne, d’autres ministres ayant été récemment en contact avec un porteur du coronavirus à la Knesset auraient évité la quatorzaine.

Alon Azulay, propriétaire du groupe Taglit, s’était rendu au parlement israélien la semaine dernière et y avait rencontré de hauts-responsables du Likud. Azulay avait posté des photos de lui aux côtés du ministre de la Coopération régionale Ofir Akunis, de la ministre des Transports Miri Regev, du ministre de la Sécurité intérieure Amir Ohana et du député Avi Dichter. Il avait également déjeuné avec la législatrice Osnat Mark.

Même si Azulay avait écrit qu’il devait rencontrer le président de la Knesset Yariv Levine à cette occasion, cet entretien n’avait pas eu lieu.

Quelques jours plus tard, Azulay avait été testé positif au COVID-19 mais seuls Dichter et Mark s’étaient mis à l’isolement, selon le reportage. Akunis, Regev et Ohana, pour leur part, auraient fait l’objet d’une enquête épidémiologique qui aurait déterminé qu’ils n’avaient pas besoin de se mettre en quatorzaine – malgré des photos publiées par Azulay qui les montraient avoir des contacts physiques avec lui.

פורסם על ידי ‏אלון אזולאי‏ ב- יום שלישי, 28 ביולי 2020

Il est difficile de dire sur quelle base les ministres ont eu l’autorisation de se soustraire à la quatorzaine. Un journaliste de la Douzième chaîne, qui a fait appel au centre d’aide du coronavirus au sein du ministère de la Santé et qui a demandé ce qu’il devait faire après avoir eu un contact momentané avec un porteur de la maladie, s’est vu répondre que tout contact physique exigeait un placement à l’isolement et que dans ces circonstances, un masque n’était pas suffisant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...