Rechercher

Le dirigeant slovène compare des députés européens à « des marionnettes de Soros »

L'UE a vivement condamné le tweet complotiste et antisémite depuis supprimé du président du gouvernement slovène Janez Janša

Le président du gouvernement slovène Janez Janša lors d'une conférence de presse à l'issue d'un sommet de l'UE au Palais des congrès de Brdo à Kranj, en Slovénie, le 6 octobre 2021. (Crédit : AP Photo / Darko Bandic)
Le président du gouvernement slovène Janez Janša lors d'une conférence de presse à l'issue d'un sommet de l'UE au Palais des congrès de Brdo à Kranj, en Slovénie, le 6 octobre 2021. (Crédit : AP Photo / Darko Bandic)

Jeudi dernier, le président du gouvernement slovène Janez Janša, nationaliste et populiste, a comparé dans un tweet complotiste et antisémite depuis supprimé des députés européens à des « marionnettes de [George] Soros ».

Janša a ainsi publié sur son compte officiel un organigramme montrant plusieurs eurodéputés, les liant au fondateur de l’Open Society Foundations et titrant au-dessus de l’image : « 13 des 226 marionnettes Soros connues au Parlement européen. » (Parmi les personnes présentées, certaines n’occupent plus le poste d’eurodéputé et l’un d’entre eux, Hans van Baalen, est décédé en avril dernier.)

Le message a fait vivement réagir, et le président du Parlement européen, David Sassoli, a demandé au dirigeant slovène de « cesser les provocations contre les membres du Parlement européen ». Il a également assuré que ces « attaques » visaient indirectement « les citoyens européens ». L’eurodéputé néerlandais Malik Azmani a lui jugé les propos de Janša « méprisables et antisémites ».

« Les réseaux sociaux doivent être un espace de débat constructif et respectueux », a lui affirmé Christian Wigand, porte-parole de la Commission européenne pour l’État de droit. « Ce ne devrait pas être un lieu d’attaques personnelles, contre des individus, qu’il s’agisse de personnalités privées ou publiques. »

Wigand a ajouté que l’antisémitisme n’était pas « seulement une menace pour les communautés juives, mais aussi pour une société ouverte et diversifiée ».

Janša « colporte des théories du complot antisémites à la (Viktor) Orbán », le dirigeant autoritaire hongrois, a déclaré Daniel Freund, eurodéputé allemand et vice-président de Renew Europe.

Le député Guy Verhofstadt a lui affirmé que Janez Janša véhiculait des théories complotistes « stimulées par des personnes dont les ficelles sont tirées par (Vladimir) Poutine ».

Janša a également eu un échange houleux sur Twitter avec Mark Rutte, Premier ministre par intérim néerlandais. Celui-ci a condamné le tweet
« insipide » « dans les termes les plus forts possibles », et a transmis le message à l’ambassadeur de Slovénie à La Haye.

Janša lui a répondu en l’exhortant à ne pas « perdre son temps avec les ambassadeurs et avec la liberté des médias en Slovénie » et à plutôt « protéger les journalistes [néerlandais] pour qu’ils ne se fassent pas tuer en pleine rue » – une référence apparente au meurtre du journaliste Peter R. de Vries, spécialisé dans les affaires criminelles, en juillet dernier à Amsterdam.

Janša a émis ses commentaires sur Twitter lors d’une visite en Slovénie d’une délégation du Parlement européen concernant la liberté de la presse et l’état de droit dans le pays, alors que l’UE a exprimé à plusieurs reprises ses inquiétudes à ce sujet.

La Slovénie assure actuellement la présidence tournante du Conseil de l’UE.

George Soros, investisseur milliardaire américano-hongrois, qui est Juif, fait l’objet d’attaques antisémites et de théories du complot – depuis des décennies.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...