Le festival de Souccot passe en ligne, avec les célèbres chansons de Bob Dylan
Rechercher

Le festival de Souccot passe en ligne, avec les célèbres chansons de Bob Dylan

La Confederation House de Jérusalem propose "Songs of Ushpizin", un événement de trois jours célébrant la musique et la poésie

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

La fête de Souccot consiste à accueillir l’ushpizin, l’invité en araméen, dans sa soucca, la maison temporaire conçue pour les huit jours de fête.

Cette année, en raison du strict confinement imposé par le coronavirus en Israël, le festival en ligne « The Songs of Ushpizin », produit par la Confederation House de Jérusalem, est d’autant plus bienvenu pour beaucoup, même si les invités sont strictement virtuels.

Dédié à la musique hébraïque et à la musique du monde entier, ce festival de trois jours, qui se déroule du 4 au 6 octobre, est accessible gratuitement sur le site web de la Confederation House, sur YouTube et sur Facebook, avec dix événements musicaux en direct et enregistrés.

Outre les événements consacrés aux haïkus japonais, à la musique polonaise classique, aux chants Breslev et aux chants soufis, deux événements sont consacrés à la poésie et à la musique américaines, invitant les œuvres du musicien Bob Dylan et du poète Walt Whitman dans la soucca imaginaire.

L’auteure-compositrice Hadara Levin Areddy, accompagnée d’Avi Schneider, de Shlomo Langer et de Nadav Assaf, fera chanter Dylan et Whitman dans son mélange de chansons, de paroles et de clavier ce lundi 5 octobre à 22h15.

Whitman est entrée dans la vie d’Areddy comme une sorte d’ushpiz il y a de nombreuses années, lorsqu’elle est arrivée à New York après son service militaire pour fréquenter l’université de New York et que son cousin lui a offert son livre Leaves of Grass.

Son cousin a écrit sur la page de garde : « À Hadara, je te donne l’Amérique. Walt Whitman est l’Amérique. »

Pour Areddy, Dylan représente l’indépendance de la pensée, tandis que Whitman est symbole de multitudes. Dans son spectacle enregistré, elle a pris la liberté de produire leurs paroles et leur musique à sa manière.

« J’ai pris cette liberté pour être moi-même », a-t-elle déclaré. « J’ai pris la liberté de chanter Bob Dylan à ma façon, en identifiant le cœur, le cœur de l’âme, pour faire de sa chanson la mienne, et je me suis dit : ‘Je suis sûre qu’il me pardonnera.' »

C’est ce même désir d’incarner Dylan qui a poussé Areddy à chanter ses chansons les plus mélodiques.

« Toutes ses chansons ont ce sens étrange », a déclaré Areddy, qui accède au twang et aux rythmes de Dylan tout au long de « One More Cup of Coffee ». « Même les mélodies ne sont jamais kitsch, même quand elles sont douces et charmantes, elles ont toujours ce sentiment de déception », dit-elle.

Ce n’est pas la première performance enregistrée d’Areddy durant le coronavirus. Elle avait déjà participé au récent festival de poésie également sponsorisé par la Confederation House et partiellement enregistré depuis la ville de Metulla, dans le nord du pays.

« Ce n’est pas facile de jouer quand on n’a pas de public », a déclaré Mme Areddy. « Je le comprends mieux maintenant, et le public me manque, les rires, le demi-fond qui se produit quand c’est en direct. Mais je vais me contenter de ça pour l’instant. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...