Le gouvernement approuve la réouverture de la plupart des magasins
Rechercher

Le gouvernement approuve la réouverture de la plupart des magasins

Les commerces qui ne se trouvent pas dans les centres commerciaux ou les marchés en plein air seront autorisés à reprendre leurs activités

Des magasins et des restaurants fermés à Tel Aviv, le 15 mars 2020. (Miriam Alster/FLASH90)
Des magasins et des restaurants fermés à Tel Aviv, le 15 mars 2020. (Miriam Alster/FLASH90)

Le gouvernement a approuvé vendredi la levée de certaines restrictions imposées aux commerces et entreprises alors qu’il prévoit de rouvrir progressivement le secteur économique israélien malgré la pandémie de coronavirus.

Les commerces qui ne se trouvent pas dans les centres commerciaux ou les marchés en plein air seront autorisés à reprendre leurs activités, tant qu’ils respectent les directives au niveau sanitaire, et notamment le port d’équipements de protection et les mesures de distanciation sociale.

Les coiffeurs et les salons de beauté pourront exercer à nouveau à partir de minuit samedi, mais en limitant le nombre de clients. Les restaurants et les magasins d’alimentation pourront désormais vendre des produits à emporter si une barrière est placée entre le caissier et les clients. Jusqu’alors et depuis six semaines, ces établissements pouvaient uniquement proposer les livraisons à domicile.

« Ces mesures d’allègement seront valables jusqu’au 3 mai », ont indiqué dans un communiqué conjoint le bureau du Premier ministre, le ministère des Finances et le ministère de la Santé.

Les autorités avaient annoncé il y a moins d’une semaine la réouverture des librairies, des quincailleries et des boutiques d’électroménager.

Cependant, la restriction interdisant au grand public de se déplacer à des fins non essentielles à plus de 100 mètres du domicile ou à plus de 500 mètres pour faire de l’exercice ou prier restera en vigueur jusqu’à la fin de Yom HaAtzmaout (la fête de l’Indépendance), qui s’achèvera mercredi soir.

Les différentes amendes pour violation des directives ont été doublées, passant de 500 à 1 000 shekels et de 1 000 à 2 000 shekels.

Israël a annoncé son premier cas de nouveau coronavirus le 21 février et a depuis officiellement enregistré plus de 14 800 cas dont 193 décès.

Selon un sondage diffusé vendredi matin par le quotidien Maariv, une majorité (60 %) des Israéliens interrogés jugent favorablement l’action du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour freiner la propagation du virus, mais une même proportion juge défavorablement son action pour sauver l’économie du pays.

Avant la crise, l’économie israélienne tournait à plein régime avec un taux de chômage à 3,4 % en février mais depuis un million de personnes ont perdu leur emploi, ce qui a fait grimper le chômage autour des 25 %, exerçant une pression sur le gouvernement pour accélérer le déconfinement ou aider les entreprises.

Le gouvernement a voté vendredi en faveur d’une aide aux indépendants et aux petites entreprises d’une valeur de 8 milliards de shekels (environ 2,1 milliards d’euros).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...