Guerre de Kippour : Les ministres, absents aux commémorations, critiqués
Rechercher

Guerre de Kippour : Les ministres, absents aux commémorations, critiqués

“Echec moral”, “honteux et enrageant”, “embarrassant”... Les critiques contre le gouvernement ont fusé sur les réseaux sociaux ; Netanyahu s'est ensuite excusé

Le président Reuven Rivlin pendant la cérémonie officielle marquant les 44 ans de la guerre de Kippour, au cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem, le 1er octobre 2017. (Crédit : Mark Neyman/GPO)
Le président Reuven Rivlin pendant la cérémonie officielle marquant les 44 ans de la guerre de Kippour, au cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem, le 1er octobre 2017. (Crédit : Mark Neyman/GPO)

Le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu devait faire face aux critiques après l’absence remarquée de ses ministres lors de la cérémonie de commémoration annuelle de la guerre de Yom Kippour, dimanche matin.

Le vice-président de la Knesset et député de l’Union sioniste, Hilik Bar, était le seul député à se rendre à la cérémonie organisée au cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem.

Le président Reuven Rivlin était également présent, et s’est adressé aux personnes présentes, notamment des représentants des familles endeuillées par la guerre de Kippour.

Avi Gabbay, qui dirige le Parti travailliste, a jugé l’incident « embarrassant » dans un post publié sur Facebook.

Avi Gabbay en conférence de presse, le 11 juillet 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Avi Gabbay en conférence de presse, le 11 juillet 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

« Chacun des soldats morts au combat a des parents, des frères, des sœurs, des camarades, dont certains étaient là aujourd’hui et qui portent encore la peine immense de cette guerre terrible, a-t-il écrit. Et aucun ministre n’a estimé que c’était suffisamment important pour venir les regarder dans les yeux. »

« Le gouvernement qui a envoyé nos fils dans cette guerre devrait envoyer un ministre à la cérémonie », a dit Eli Ben-Shalom, président de Yad Labanim, une association qui aide les familles endeuillées.

L’ancien Premier ministre Ehud Barak a affirmé que l’absence des ministres du cabinet était un « échec moral ».

« C’est honteux et enrageant », a-t-il écrit sur Twitter.

L'ancien Premier ministre Ehud Barak lors d'une conférence de l'organisation Darkeinu à Rishon Lezion, le 17 août 2016 (Crédit : Neri Zilber)
L’ancien Premier ministre Ehud Barak lors d’une conférence de l’organisation Darkeinu à Rishon Lezion, le 17 août 2016 (Crédit : Neri Zilber)

« Irrespectueux envers les soldats tombés au combat ». « Où sont Bibi et ses ministres ? Occupés avec les lois sur l’emploi ? Ou occupés à la cérémonie politique du Gush Etzion ? Ou occupés à détruire la Cour suprême ? Il est temps de venir », a-t-il écrit, faisant référence au dernier affrontement entre la Cour et le gouvernement sur une cérémonie organisée la semaine dernière pour commémorer les 50 ans d’implantation israélienne en Cisjordanie et sur le plateau du Golan.

Netanyahu s’est ensuite excusé pour l’absence de ses ministres.

« Je suis chagriné par l’absence de représentants du gouvernement au service commémoratif des victimes de la guerre de Yom Kippour », a-t-il déclaré dans un communiqué publié sur sa page Facebook.

« C’est une erreur malheureuse et je m’excuse auprès des familles endeuillées. Je demande à ce que, dans le futur, il y ait une représentation gouvernementale dans les cérémonies en mémoire des personnes tuées dans les guerres d’Israël. C’est un devoir que nous avons envers nos proches qui sont morts pour que l’on puisse vivre dans notre pays », a-t-il ajouté.

Je suis chagriné par l'absence de représentants du gouvernement au service commémoratif des victimes de la guerre de Yom…

Posted by Benjamin Netanyahou on Sunday, 1 October 2017

Le ministère de la Défense, en charge de l’organisation de la cérémonie, a défendu l’absence de ministres en indiquant que l’évènement ne nécessitait la présence que d’un seul représentant de l’Etat.

Le ministère a ajouté que tous les dix ans, une cérémonie plus importante avait lieu, en présence du Premier ministre, du président et du président de la Knesset.

Le président Reuven Rivlin pendant la cérémonie officielle marquant les 44 ans de la guerre de Kippour, au cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem, le 1er octobre 2017. (Crédit : Mark Neyman/GPO)
Le président Reuven Rivlin pendant la cérémonie officielle marquant les 44 ans de la guerre de Kippour, au cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem, le 1er octobre 2017. (Crédit : Mark Neyman/GPO)

Pendant la cérémonie, Rivlin a rendu hommage à l’héroïsme des soldats morts au combat.

« La guerre de Yom Kippour était l’époque des guerriers », a-t-il dit au public, où se trouvaient des représentants des familles de 2 222 soldats morts pendant la guerre de 1973. « C’était la belle et amère époque de l’armée du peuple », a rappelé le président.

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement de Netanyahu est critiqué pour son absence à des évènements de commémoration et des funérailles.

Après avoir été fustigé pour n’avoir pas délégué de représentants aux quatre enterrements des victimes d’une attaque à la voiture bélier contre des soldats à Jérusalem, le Premier ministre avait ordonné au secrétaire du cabinet, Tzachi Braverman, de formuler une procédure exigeant la participation des ministres aux funérailles des soldats israéliens tués par des activités terroristes.

L’ordre n’a cependant pas été appliqué aux cérémonies de commémoration des guerres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...