Le gouvernement trouve un accord sur le travail à Shabbat
Rechercher
Litzman, qui vient de démissionner, devient vice-ministre

Le gouvernement trouve un accord sur le travail à Shabbat

Netanyahu et les partis ultra-orthodoxes se sont accordés à maintenir le statu-quo ; les petits commerces ouvriront et, dans des circonstances particulières, les travaux sur les infrastructures pourront continuer au cours de la journée hebdomadaire de repos juive

Prime Minister Benjamin Netanyahu and Liu Yandong, Vice Premier of the People's Republic of China, seen at a joint press conference at Prime Minister Netanyahu's office in Jerusalem. May 19, 2014. (Photo credit: Emil Salman/POOL/Flash90)
Prime Minister Benjamin Netanyahu and Liu Yandong, Vice Premier of the People's Republic of China, seen at a joint press conference at Prime Minister Netanyahu's office in Jerusalem. May 19, 2014. (Photo credit: Emil Salman/POOL/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a trouvé un accord dimanche avec ses partenaires ultra-orthodoxes dans un contexte de tensions croissantes sur la question des travaux publics réalisés lors de la journée hebdomadaire de repos juive.

Selon un aperçu de cette convention, le gouvernement va proposer une loi conservant le statu-quo en ce qui concerne l’observation du Shabbat en Israël.

La chaîne Hadashot (ancienne Deuxième chaîne) a annoncé que cette législation permettra aux petits commerces de Tel Aviv de rester ouverts le samedi et garantira le bon fonctionnement des services de train de la semaine (ce qui signifie que des travaux de maintenance pourront être réalisés durant Shabbat).

Le statu-quo garantira également que les matchs de football de Ligue pourront être disputés lors du jour de repos juif.

En échange, le gouvernement va oeuvrer à l’adoption d’un amendement à la loi fondamentale constitutionnelle qui permettra à Yaakov Litzman — qui a démissionné de son poste de ministre de la Santé dimanche pour exprimer son désaccord avec les travaux réalisés sur les lignes ferroviaires durant Shabbat – de siéger à la fonction de vice-ministre au ministère, sans ministre servant au-dessus de lui.

Un tel arrangement était possible auparavant mais la Haute cour de Justice l’avait décrété illégal d’après les termes de la législation actuelle.

Litzman, du parti YaHadout HaTorah, détestait l’idée d’endosser la fonction entière de ministre en raison de la réticence affichée par sa communauté à accorder une pleine légitimité à un état laïc juif. Mais un jugement du tribunal rendu en 2015 l’avait contraint à demander et à recevoir une approbation rabbinique pour devenir ministre au sein du gouvernement. Ce retour à un poste de vice-ministre autoriserait Litzman à remplir son devoir sans participer à toutes les décisions gouvernementales.

Selon les termes de l’accord, le gouvernement va travailler à faire adopter la législation l’autorisant à diriger le ministère en tant que vice-ministre.

Haim Katz, ministre des Affaires sociales du Likud, pendant une réunion de la commission du Travail, des Affaires sociales et de la Santé de la Knesset, en février 2014. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Sur la suggestion du ministre des Transports Yisrael Katz, son collègue du Likud, Haim Katz, ministre des Affaires sociales, sera chargé de prendre les décisions sur les futurs travaux nationaux exécutés durant Shabbat sur la base de plusieurs critères, notamment la sûreté, les valeurs traditionnelles et les éventuelles perturbations sur la vie publique au sein de l’Etat juif.

Netanyahu a immédiatement tweeté que son gouvernement était le meilleur possible pour Israël.

« Le gouvernement dirigé par le Likud est le meilleur pour l’Etat d’Israël. La coalition est forte et stable. Nous continuerons à travailler ensemble pour les citoyens d’Israël », a-t-il écrit.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, issu du parti Shas, s’est efforcé de dépeindre cet accord comme une victoire remportée par les partis ultra-orthodoxes.

« Nous avons réussi à trouver un accord concernant les petits commerces et autres sujets », a-t-il déclaré. « C’est un état juif et la majorité des citoyens veulent ressentir le Shabbat dans les rues et dans les villes ».

Dans la matinée de dimanche, Netanyahu avait dû annuler la réunion hebdomadaire des chefs des partis de la coalition après que Litzman a présenté sa démission et que Deri ne s’est pas présenté à une rencontre du cabinet, tous les deux pour protester contre le travail des organismes gouvernementaux durant Shabbat.

Dans une vidéo, Litzman avait expliqué qu’il ne pouvait approuver « la profanation du Shabbat avec l’approbation de l’Etat ». Il avait remis sa démission à Netanyahu au bureau du Premier ministre de Jérusalem avant le commencement de la réunion hebdomadaire de cabinet.

Le mois dernier, la Haute-Cour de Justice avait rejeté une requête qui aurait empêché les petits commerces de Tel Aviv d’ouvrir leurs portes le jour du Shabbat, causant la fureur des législateurs ultra-orthodoxes qui avaient juré de contourner le tribunal par une législation à la Knesset.

Le ministre du Tourisme Yariv Levin du parti du Likud au pouvoir prévoirait de proposer une version édulcorée du projet de loi sur les petits commerces.

Stuart Winer a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...