Le gouvernement va établir une liste des partisans israéliens du BDS – média
Rechercher

Le gouvernement va établir une liste des partisans israéliens du BDS – média

Israël s'apprêterait à approuver de nouvelles règles empêchant les partisans du boycott de bénéficier d'allégements fiscaux et participer aux appels d'offres du gouvernement

Une affiche appelant au boycott d'Israël à Bethléem, en Cisjordanie, le 11 février 2015. Illustration. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Une affiche appelant au boycott d'Israël à Bethléem, en Cisjordanie, le 11 février 2015. Illustration. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le gouvernement projetterait de dresser une liste noire des partisans israéliens du mouvement BDS pour leur refuser des allégements fiscaux et les empêcher de participer aux appels d’offres du gouvernement, afin de compléter une liste similaire de partisans et de groupes étrangers du BDS.

Le ministre des Finances Moshe Kahlon s’apprêterait à approuver les nouvelles règles interdisant aux partisans du BDS de bénéficier des avantages dans les jours à venir, conformément à une loi approuvée l’an dernier qui interdisait également aux personnes étrangères appelant au boycott d’Israël d’entrer dans le pays, a signalé jeudi Haaretz.

En mars 2017, la Knesset a amendé la loi d’entrée pour empêcher que les dirigeants du mouvement BDS soient autorisés à entrer en Israël. L’amendement s’applique aux organisations qui mènent des actions cohérentes et significatives contre Israël par l’intermédiaire du BDS, ainsi qu’aux dirigeants et militants de haut rang de ces groupes.

Le texte de la loi se réfère non seulement aux partisans du boycott d’Israël, mais aussi à ceux qui appellent au boycott uniquement des implantations de Cisjordanie. Cependant, la question de savoir si la nouvelle réglementation s’appliquera à ceux qui ne font que boycotter les implantations n’a pas encore été réglée, selon l’article.

Le ministre des Finances Moshe Kahlon lors de la réunion hebdomadaire du gouvernement dans les bureaux du Premier ministre à Jérusalem, le 24 décembre 2017. (Hadas Parush/Flash90)

Des sources au ministère des Affaires stratégiques ont indiqué que les détails de la mise en œuvre de la règlementation seraient déterminés par une nouvelle commission qui devrait être établie par le ministère des Finances sous la supervision de conseillers juridiques.

Les sources ont déclaré qu’ils pensaient qu’une liste noire des partisans du BDS israélien serait établie, mais a ajouté que cela inclurait seulement les activistes politiques et les membres des organisations, et non les personnes de la population qui critiquent Israël et pensent personnellement qu’il devrait être boycotté.

Le mois dernier, le ministère des Affaires stratégiques a publié une liste noire qui couvre une vingtaine de groupes internationaux qui font partie du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), dont il dit qu’il travaille constamment et ouvertement pour délégitimer Israël.

« [Notre] travail de collecte d’informations et de renseignements sur eux [les activistes] est important et significatif pour que nous puissions justifier nos actions contre eux », a déclaré un responsable du ministère.

« Les règlementations qui seront signés par Kahlon dans les prochains jours nous permettront d’empêcher des activistes et des groupes éminents — y compris Israéliens — de participer aux appels d’offres du gouvernement ou de recevoir tout type de bénéfice de l’Etat. »

« Il y aura une liste noire, oui, s’il y a une personne [israélienne] qui dirige une ONG ou une organisation qui soutient le boycott. »

Le responsable a également indiqué que le ministère cherchait à amender la loi sur le boycott afin de permettre des poursuites civiles contre les partisans du boycott, a précisé l’article de Haaretz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...