Le grand-rabbin polonais appelle à la réouverture de la synagogue de Cracovie
Rechercher

Le grand-rabbin polonais appelle à la réouverture de la synagogue de Cracovie

L'organe communautaire a empêché une communauté Habad d'entrer dans le lieu de culte, au nom d'un différend financier

Des agents de sécurité bloquent l'entrée à une synagogue de Cracovie, le 1er juillet 2019. (Crédit : Michael Berenbaum/JTA)
Des agents de sécurité bloquent l'entrée à une synagogue de Cracovie, le 1er juillet 2019. (Crédit : Michael Berenbaum/JTA)

Le grand-rabbin polonais a fustigé la communauté juive de Cracovie mardi, après une altercation entre des hommes armés et des fidèles devant le lieu de culte.

Lundi, des agents de sécurité d’une société privée, employée par Gmina, l’organe représentant les Juifs de Cracovie, ont physiquement empêché des fidèles affiliés au mouvement Habad d’entrer dans la synagogue Izaak, sur fond de tensions autour de problèmes d’ordre financier.

La communauté Habad loue le bâtiment à Gmina depuis 2008. Un représentant de la communauté Habad a déclaré aux médias polonais qu’il a un bail valide sur cet immeuble. Durant l’altercation, les fidèles ont prié à l’extérieur de la synagogue et appelé la police, qui est arrivée sur les lieux.

Dans une lettre adressée au président de Gmina, Tadeusz Jakubowicz sur Facebook, le rabbin Michael Schudrich, originaire de New York, a fustigé l’organe communautaire locale et ses dirigeants pour leur échec à endosser « la responsabilité de chaque communauté juive » à « protéger, améliorer et renforcer la vie juive ».

« Nous sommes dans une situation à Cracovie dans laquelle Gmina est devenu héritier de la propriété communautaire et est donc chargé et dans l’obligation d’utiliser ces biens pour enrichir la vie et la pratique juive à Cracovie et à ne pas les traiter comme des propriétés privées, destinées à générer un maximum de profit », a-t-il écrit.

« J’appelle Gmina a endosser la responsabilité la plus élémentaire qui incombe à chaque communauté juive, à ouvrir les portes de la synagogue et à permettre aux Juifs de prier Dieu. »

Selon un témoignage publié par le Times of Israël, l’une des personnes empêchées d’entrer dans la synagogue était Dov Landau, un survivant de la Shoah de 90 ans, qui a comparé cet incident à son expérience face aux gardes allemands pendant la Seconde Guerre mondiale.

La communauté juive de Cracovie – qui a été agitée par des manifestations le mois dernier parce qu’elle a cédé une ancienne synagogue pour devenir un café – a nié être légalement obligée d’autoriser l’utilisation de la synagogue. Elle a déclaré que l’immeuble a été endommagé par la communauté qui l’a utilisée, notamment en laissant de la moisissure s’installer sur les murs et en refaisant l’électricité sans avoir les permis nécessaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...