Le Hamas émet des « recommandations sécuritaires » pour les manifestations à Gaza
Rechercher

Le Hamas émet des « recommandations sécuritaires » pour les manifestations à Gaza

Le groupe terroriste palestinien donne des conseils sur la façon d'éviter d'être pris pour cible par les tireurs d'élite israéliens le long de la frontière

Les membres des Brigades Ezzedine al-Qassam, l'aile armée du mouvement terroriste palestinien islamiste du Hamas, participent à un rassemblement marquant les trois années écoulées depuis l'opération Bordure protectrice, le 20 juillet 2017, à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza. (Crédit : Abed Rahim Khatib / Flash90)
Les membres des Brigades Ezzedine al-Qassam, l'aile armée du mouvement terroriste palestinien islamiste du Hamas, participent à un rassemblement marquant les trois années écoulées depuis l'opération Bordure protectrice, le 20 juillet 2017, à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza. (Crédit : Abed Rahim Khatib / Flash90)

Le Hamas a publié mardi ce qu’il a appelé des « recommandations de sécurité » à ses membres sur la manière d’éviter d’être pris pour cible par les tireurs d’élite de l’armée israélienne le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël.

La nouvelle directive fait suite à la mort d’au moins cinq membres de l’aile militaire du Hamas lors des événements violents de vendredi dernier près de la frontière.

Les recommandations conseillent les membres du Hamas sur un certain nombre de méthodes pour dissimuler leur identité. Il s’agit notamment de porter des masques, de se camoufler le visage à la craie et de couvrir toute la tête d’un keffiyeh.

Il est également conseillé aux membres du Hamas de ne pas porter de téléphones portables dans les zones des affrontements, de ne pas rester trop longtemps au même endroit, de ne pas porter de vêtements blancs ou de vêtements aux couleurs éclatantes, et d’être en état d’alerte en cas de mouvements suspects dans les manifestations.

Le journal télévisé israélien de Hadashot a également rapporté mardi que les Gazaouis empilaient des milliers de pneus pour les brûler près de la frontière lors d’une autre manifestation de masse prévue pour vendredi, afin de créer de la fumée noire qui gênerait les tireurs d’élite de Tsahal. Il a également été dit aux marcheurs de porter des miroirs et de les orienter de façon à éblouir les tireurs d’élite.

Ces instructions interviennent alors que le Hamas et d’autres groupes palestiniens de la bande de Gaza se préparent à de nouvelles manifestations de masse près de la frontière avec Israël vendredi prochain.

Les organisateurs de la manifestation ont déclaré mardi qu’ils s’attendaient à ce que des dizaines de milliers de Palestiniens participent aux manifestations de masse de vendredi. Les organisateurs ont exhorté les Palestiniens à préserver le « calme » lors des manifestations prévues près de la frontière et de la barrière de sécurité.

Pendant ce temps, le gouvernement de l’Autorité palestinienne a appelé mardi à une enquête internationale sur les événements de vendredi dernier le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël.

Le gouvernement de l’AP a condamné le « massacre israélien perpétré par les forces d’occupation israéliennes contre des civils sans défense lors des marches pacifiques marquant l’anniversaire de la Journée de la Terre », selon une déclaration du gouvernement basé à Ramallah.

Le gouvernement de l’Autorité palestinienne a affirmé que le « massacre » avait été planifié à l’avance sur instructions de hauts responsables israéliens.

« Cette dangereuse escalade nécessite l’ouverture d’une enquête internationale pour rendre Israël responsable de ses crimes », a déclaré le communiqué, renouvelant la demande de procurer aux Palestiniens une protection internationale.

Selon l’AP, la participation de dizaines de milliers de Palestiniens aux événements de la Journée de la Terre de vendredi dernier démontre le « rejet par les Palestiniens des diktats israéliens et américains et leur détermination à faire face aux plans de liquidation de leur juste cause » – une référence au plan du président américain Donald Trump pour la paix au Moyen Orient qui n’a pas encore été annoncé.

Samedi soir, Tsahal a identifié 10 des 15 personnes tuées lors des violentes manifestations de vendredi le long de la clôture de sécurité de Gaza comme étant des membres de groupes terroristes palestiniens et a publié une liste de leurs noms et fonctions au sein des organisations. Des sources palestiniennes ont par la suite porté le nombre de morts à 16. Un 11e décès a été déclaré par le Jihad islamique parmi ses membres.

« Il faut comprendre que la majorité des personnes tuées étaient des terroristes que nous connaissons bien, des agents de la branche militaire du Hamas, ainsi que du Jihad islamique palestinien. Ce ne sont pas des civils innocents qui sont venus dans le cadre d’une manifestation pacifique », a déclaré mardi le ministre israélien de la Défense, Avigdor Liberman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...