Le Hezbollah a placé une antenne pour diffuser une radio du Hamas en Israël
Rechercher

Le Hezbollah a placé une antenne pour diffuser une radio du Hamas en Israël

Israël a porté plainte auprès de l'Union internationale des télécommunications après que des auditeurs ont déploré avoir entendu des incitations au terrorisme jusqu'à Tel Aviv

Une antenne placée par le groupe terroriste du Hezbollah dans le sud du Liban, début 2019 (Capture d'écran : Douzième chaîne)
Une antenne placée par le groupe terroriste du Hezbollah dans le sud du Liban, début 2019 (Capture d'écran : Douzième chaîne)

Le groupe terroriste du Hezbollah a placé une antenne géante au Liban diffusant une station de radio du Hamas en Israël qui recommande vivement aux citoyens arabes de commettre des attentats, ont indiqué cette semaine les autorités israéliennes.

L’Etat juif avait déclaré au mois de février que le Hamas, groupe terroriste palestinien à la tête de la bande de Gaza, utilisait sa chaîne de télévision Al-Aqsa pour coordonner des attentats en Cisjordanie à l’aide de signes et messages codés utilisés à l’antenne, après le bombardement par l’armée israélienne du siège de la chaîne au mois de décembre dans l’enclave côtière.

Mais, il y a environ deux mois, le Hezbollah a installé une antenne sur une base militaire libanaise dans le village de Marwahin, au sud du pays, avec pour objectif de diffuser la radio à des centaines de kilomètres de là, en Israël, et jusqu’à Tel Aviv, a rapporté mardi soir la Douzième chaîne.

L’antenne est tellement proche de la frontière israélienne que la chaîne de télévision a pu montrer des images de soldats armés en train de monter la garde autour d’elle.

La radio est diffusée en Israël sur la fréquence 101.6 FM, très proche de celle d’une autre station israélienne installée sur la fréquence 101.5 FM. Cette dernière est très écoutée par les auditeurs arabes et a reçu des plaintes, ces derniers temps, portant sur des perturbations dans sa diffusion.

Les journalistes de la chaîne de télévision Al-Aqsa ont souvent prôné la violence contre les Israéliens et les attaques à la roquette contre l’Etat juif.

Selon le reportage, les programmes de cette station peuvent être facilement écoutés dans les prisons du nord et du centre de l’Etat juif, et la radio a retransmis plusieurs messages aux prisonniers du Hamas, ces dernières semaines.

Les centres de détention israéliens ont été récemment le théâtre de graves mouvements de protestation. Une grève de la faim avait été entamée par les prisonniers du Hamas après l’installation de systèmes de brouillage des téléphones mobiles pour empêcher les détenus d’utiliser des appareils entrés clandestinement.

Selon le Service israélien des prisons, environ 300 téléphones de contrebande, certains portant des messages de communication entre cellules terroristes, étaient parvenus à entrer dans les établissements pénitentiaires ces derniers mois.

Ils avaient alors été utilisés pour coordonner des attaques et ont été impliqués dans au moins 14 tentatives de coordonner des attaques depuis l’intérieur des prisons israéliennes, a noté le service.

Cette grève de la faim s’est terminée au début de la semaine après que les responsables israéliens ont accepté, selon certaines informations, d’installer des téléphones publics dans les unités d’incarcération.

Le ministère israélien des Communications a expliqué : « nous avons fait des recherches et découvert que le transmetteur est situé sur le territoire libanais, à trois kilomètres de la frontière. Le ministère a déposé officiellement plainte auprès de l’Union internationale des télécommunications, et cette plainte a été transférée aux autorités libanaises ».

Les services de sécurité du Shin Bet ont accusé Al-Aqsa TV et des journalistes de Gaza, au mois de février, de servir d’agents de l’aile militaire du Hamas en transmettant des messages clandestins aux terroristes de Cisjordanie et de Jérusalem-Est, utilisant des citations du Coran ou des gestes discrets de la part des présentateurs comme codes de communication.

Le Shin Bet a indiqué que ce complot avait été un facteur déterminant dans la décision de l’armée israélienne de bombarder le siège de la chaîne Al-Aqsa de Gaza, au mois de novembre.

Une boule de feu au-dessus du bâtiment abritant la chaîne de télévision Al-Aqsa dirigée par le Hamas dans la bande de Gaza lors d’une frappe aérienne israélienne le 12 novembre 2018. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

Peu après avoir détruit le bâtiment qui accueillait la chaîne, cette dernière, affiliée au Hamas, avait paru sur le point de disparaître mais elle avait finalement maintenu ses diffusions depuis un autre endroit grâce à un afflux financier mis à sa disposition par le groupe terroriste.

En 2010, le gouvernement américain avait placé la chaîne de télévision sur sa liste des organisations terroristes. Israël a pour sa part suivi cet exemple le mois dernier.

Cela fait longtemps que l’Etat juif accuse le Hamas et d’autres groupes terroristes d’utiliser le statut particulier octroyé aux journalistes comme couverture pour ses activités funestes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...