Le maire de Lod, soutien de longue date de Netanyahu, critique le gouvernement
Rechercher

Le maire de Lod, soutien de longue date de Netanyahu, critique le gouvernement

Yair Revivo, directeur de campagne du Likud, a déclaré que la coalition a été "forcée au public contre sa volonté"

Yair Revivo, le maire de Lod, vote dans sa ville mixte judéo-arabe pendant les élections municipales de 2013. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)
Yair Revivo, le maire de Lod, vote dans sa ville mixte judéo-arabe pendant les élections municipales de 2013. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Jeudi, le maire de Lod, soutien de longue date du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a fustigé le gouvernement, notamment pour sa réponse à l’épidémie de coronavirus.

« Ce gouvernement a été imposé au public contre sa volonté. Il y a trop de ministres, trop d’opinions. Ils sont occupés dans des guerres internes et sur des sujets qui n’ont rien à voir avec le coronavirus et l’économie », a déclaré Yair Revivo à la Douzième chaîne.

Revivo, qui a servi comme directeur de campagne du Likud cette année, a décrit la coalition d’unité du Likud et Kakhol lavan comme n’étant « pas bonne ».

S’exprimant avant que le gouvernement n’impose des ordres de confinement dans certains quartiers de sa ville dans le centre d’Israël, Revivo s’est prononcé en faveur des restrictions – si elles sont appliquées équitablement à d’autres zones plus aisées du pays avec des taux d’infections plus importants.

« Par exemple, à Raanana, je sais qu’ils ont des taux infections élevés, et je sais aussi qu’ils ne confinent pas » la ville, a-t-il déclaré en référence à la municipalité de classe moyenne supérieure du centre d’Israël. Donc s’il y a de l’égalité, nous sommes pour. »

Du personnel médical collecte des échantillons auprès d’Israéliens pour vérifier s’ils ont été infectés au coronavirus, au centre de soins Clalit à Lod, le 5 juillet 2020. (Yossi Aloni / FLASH90)

Selon les données du ministère de la Santé, Lod compte 192 cas actifs du virus, dont 32 ont été diagnostiqués ces trois derniers jours. Raanana compte 172 cas actifs, dont 56 ont été recensés ces trois derniers jours.

Revivo a également noté que les résidents des zones confinées ont été autorisés à se déplacer pour travailler et pour faire leurs courses, soulignant que la position du gouvernement sur les fermetures n’était pas claire.

Les quartiers de Lod de Rakevet, Snir et Neveh Shalom ont été fermés pendant sept jours depuis le 2 juillet. Jeudi soir, le gouvernement a prolongé la fermeture pour cinq autres jours, à partir de vendredi après-midi. Le gouvernement a également confiné les quartiers de Ganei Yaar et Sach pour une semaine.

Des quartiers de Jérusalem, Beit Shemesh, Lod, Ramle et Kiryat Malachi ont été déclarés « zones restreintes » pendant sept jours, à partir de 13h vendredi, selon un communiqué commun du Bureau du Premier ministre et du ministère de la Santé. Les restrictions seront levées à 8h le 17 juillet.

Dans les zone restreintes, les entrées et les sorties sont limitées, tout comme la circulation et les activités commerciales à l’intérieur de la zone, précisait le communiqué, sans rentrer dans les détails.

Des techniciens réalisent des tests du coronavirus dans un laboratoire du centre de soin Meuhedet à Lod, le 2 juillet 2020. (Yossi Zeliger/Flash90)

Mardi, l’implantation cisjordanienne de Beitar Illit a été déclarée zone restreinte pendant sept jours, alors que les infections au coronavirus sont montées en flèche.

Vendredi matin, le ministère de la Santé a enregistré 1 586 nouveaux cas de virus depuis jeudi matin. Le nombre total d’infections en Israël a atteint les 35 533 cas, dont 18 532 cas patients guéris. Le ministère a indiqué que 27 996 tests avaient été effectués jeudi, et il a présenté Jerusalem, Tel Aviv-Jaffa, Bnei Brak et Ashdod, comme de foyers où plus de gens devaient être testés.

Selon les chiffres du ministère, il y a 16 651 cas actifs du virus. Cela inclut 124 personnes dans un état grave, dont 39 sous respirateurs. 87 autres personnes étaient dans un état modéré et le reste présentait des symptômes légers ou était asymptomatique.

De nombreux revers dans la lutte contre le virus ont eu lieu ces dernières semaines. Le pays avait été placé en confinement national pendant plusieurs semaines au début de l’épidémie, mais Israël avait levé ses restrictions en mai pour réouvrir l’économie.

Alors que la crise sanitaire s’intensifie, le Premier ministre Benjamin Netanyahu fait face à une vague de colère et de critiques sur la gestion des retombées économiques de l’épidémie par le gouvernement. Des sondages indiquent une désapprobation grandissante à ce sujet.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprime lors d’une conférence de presse sur le coronavirus à son bureau de Jérusalem, le 9 juillet 2020. (Capture d’écran : YouTube)

Jeudi, Netanyahu a annoncé de nouvelles aides financières pour les entreprises et les employés qui ont perdu leurs activités à cause des restrictions. Il a reconnu que certaines des mesures prises par le gouvernement pour réouvrir l’économie avaient été prématurées, causant la vague actuelle d’infections.

Lors d’une conférence de presse depuis le Bureau du Premier ministre à Jérusalem, Netanyahu a déclaré que la réouverture de la plus grande partie de l’économie avait été autorisée « trop tôt » avec le recul de l’expérience.

« Je prends la responsabilité de cette mesure, et je prends la responsabilité de régler cela », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...