Rechercher

Le Maroc ouvre la première synagogue de campus universitaire dans le monde arabe

Bien qu'aucun étudiant juif ne soit encore inscrit, l'Université Mohammed VI Polytechnique de Marrakech a inauguré un lieu de culte à côté de la mosquée en signe de tolérance

Le rabbin principal du Conseil juif des Émirats, Elie Abadie, accrochant une mézouza à la synagogue Beit El de l'université polytechnique Mohammed VI de Marrakech, au Maroc. (Crédit : YouTube)
Le rabbin principal du Conseil juif des Émirats, Elie Abadie, accrochant une mézouza à la synagogue Beit El de l'université polytechnique Mohammed VI de Marrakech, au Maroc. (Crédit : YouTube)

Une université marocaine a inauguré la semaine dernière la première synagogue de campus du monde arabe.

Le lieu de culte, nommé synagogue Beit El en hébreu et Beit Allah en arabe, a été inauguré à l’Université Mohammed VI Polytechnique de Marrakech.

Le projet a été mené conjointement par l’Association Mimouna et la Fédération Séfarade Américaine. Les deux organisations cherchent à promouvoir et à préserver la culture juive au Maroc et au Moyen-Orient.

Le pays d’Afrique du Nord, qui n’était pas un membre initial des Accords d’Abraham, a rejoint l’initiative de paix en décembre 2020, et a depuis soutenu de multiples initiatives pour promouvoir sa population juive locale et vanter sa riche Histoire juive.

Elmehdi Boudra, fondateur et président de Mimouna, a déclaré à The Media Line que la nouvelle synagogue a été construite à côté de la nouvelle mosquée du campus, les deux structures partageant un mur en signe de symbole d’unité religieuse.

« Ce n’est pas une grande synagogue, mais elle peut accueillir un minyan [un quorum de 10 hommes minimum, requis pour la prière juive] ; les rouleaux de la Torah et tous les objets religieux ont été offerts par les communautés juives de Fès et de Marrakech », a-t-il déclaré.

« Le judaïsme marocain fait partie intégrante de la société marocaine depuis 2 000 ans. Le Maroc est aussi une terre juive et nous célébrons traditionnellement la diversité du Maroc. »

Boudra a déclaré que le roi Mohammed VI a restauré 167 cimetières juifs et 20 synagogues dans le pays au cours de la dernière décennie ; il a même restauré les différents quartiers juifs du pays.

Le rabbin Elie Abadie, rabbin principal du Conseil juif des Émirats, a assisté à la cérémonie d’inauguration, au cours de laquelle Juifs et musulmans se sont réunis pour fixer la mezouza du bâtiment – un rouleau de parchemin enroulé fixé au montant de la porte des maisons et institutions juives.

« L’ouverture d’une synagogue dans une université au Maroc, surtout si elle porte le nom de Sa Majesté le Roi, est d’une grande importance », a déclaré Abadie.

Illustration : Le ministre de la Défense Benny Gantz, à gauche, avec le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita à Rabat, au Maroc, le 24 novembre 2021. (Crédit : AP Photo/Mosaab Elshamy/Dossier)

« Elle apporte une reconnaissance de la communauté juive et du judaïsme comme partie intégrante de la population et des institutions universitaires marocaines. »

Alors que l’université ne compte actuellement aucun étudiant juif inscrit, de récents accords entre l’université et des institutions académiques israéliennes laissent présager que des Juifs étudiant sur le campus marocain pourraient bientôt être une réalité.

Après la signature de l’accord de paix entre Israël et le Maroc, les pays ont continué à développer et à renforcer leurs relations.

En 2021, le ministre de la Défense, Benny Gantz, s’était rendu dans le royaume, signant un protocole d’accord qui avait officialisé les liens de défense entre les deux pays et avait facilité la vente d’armes par Israël au royaume nord-africain.

En mars, de hauts responsables militaires israéliens avaient achevé leur premier voyage officiel au Maroc, où les parties avaient signé un accord visant à faire collaborer les deux armées, et en juin, des officiers israéliens et des responsables du ministère de la Défense avaient participé à un exercice militaire majeur au Maroc en tant qu’observateurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...