Le marquis et la marquise de Virieu déclarés « Justes parmi les Nations »
Rechercher

Le marquis et la marquise de Virieu déclarés « Justes parmi les Nations »

"Ils savaient parfaitement qu’en abritant des juifs, ils prenaient de sacrés risques," a déclaré leur fils, Antoine de Virieu

Le mur des Justes, allée des Justes à Paris, avec les noms des Justes parmi les nations français (Crédit : Marcvjnicolas/Wikimedia commons/CC BY-SA 3.0)
Le mur des Justes, allée des Justes à Paris, avec les noms des Justes parmi les nations français (Crédit : Marcvjnicolas/Wikimedia commons/CC BY-SA 3.0)

Une cérémonie a eu lieu dimanche dernier au château de Virieu pour remettre, à titre posthume, la médaille de « Juste parmi les Nations » à Xavier et Marie-Françoise de Virieu, anciens marquis et marquise.

Ce sont leur trois enfants qui ont reçu la médaille en leur nom.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Xavier et Marie-Françoise de Virieu avaient accueilli des familles accompagnées de leurs enfants, rapporte le site France 3.

Bernard et Henri Schanzer, qui vivent aujourd’hui aux Etats-Unis, sont à l’origine de cette cérémonie.

Ils ont fait le déplacement avec des membres de leur famille depuis les Etats-Unis pour être présents à la cérémonie de dimanche. Les jumeaux avaient 8 ans lorsque la famille De Virieu les ont recueillis au Château.

L’un des jumeaux a déclaré pendant la cérémonie, « C’était un jour miraculeux. On a retrouvé notre sœur, notre tante, notre mère et une cousine ».

« On a reçu des tas de gens dans la peine, qu’ils soient juifs ou pas juifs, de toute façon pour mes parents c’était un devoir d’humanité. Ils savaient parfaitement qu’en abritant des juifs, ils prenaient des sacrés risques. Nous ça nous amusait les gosses (…) mais on ne se rendait pas compte du danger », a confessé le fils de couple de Justes, Antoine de Virieu.

« Ce n’est pas une question de religion, mais c’est un sens d’être humain, de reconnaître que tous les gens et que toutes les personnes ont, » a conclu l’un des jumeaux lors de cette cérémonie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...