Le Mémorial de la Shoah envisage d’abandonner la terminologie « Régime de Vichy »
Rechercher

Le Mémorial de la Shoah envisage d’abandonner la terminologie « Régime de Vichy »

Si la décision reste encore soumise à validation, le maire estime qu’il s’agit déjà d’une "étape importante et symbolique"

L’Hôtel de ville de Vichy. (Crédit : Yvon Toucassé / CC BY-SA 4.0)
L’Hôtel de ville de Vichy. (Crédit : Yvon Toucassé / CC BY-SA 4.0)

La municipalité de Vichy pourrait bien parvenir à faire en sorte que la ville ne soit plus solennellement associée à la période collaborationniste de la Seconde Guerre mondiale au Mémorial de la Shoah de Paris, a rapporté ce samedi le journal local La Montagne.

Siège du gouvernement collaborationniste français de juillet 1940 à août 1944 et dirigé par le maréchal Philippe Pétain, la ville tente de redorer son image historique depuis plusieurs années.

Dans un récent courrier adressé à Frédéric Aguilera, maire de Vichy, Jacques Fredj, directeur du Mémorial de la Shoah, a finalement écrit que la direction de l’institution envisageait de mettre un terme à l’expression
« Régime de Vichy ».

« Lorsque nous procéderons à la rénovation de notre site Internet et après la validation de notre conseil scientifique, nous modifierons le texte en ayant recours à une autre terminologie », a indiqué le responsable, répondant à une précédente lettre du maire.

Jacques Fredj a reconnu que « certaines villes – Drancy, Pithiviers, Beaune-la-Rolande ainsi que Vichy – sont marquées au fer rouge par l’histoire de la Seconde Guerre mondiale alors que le choix du lieu revenait aux nazis ou aux autorités départementales ».

« 80 ans après l’avènement du pétainisme dans notre pays, je pense qu’il est temps d’abandonner ces formules », a-t-il ajouté.

Le maire a publié la lettre sur son compte Twitter, se réjouissant de la nouvelle. « Parfois je me dis que le combat pour défendre notre ville n’est pas totalement vain ! », a écrit l’édile.

Si la décision reste encore soumise à validation, le maire estime qu’il s’agit déjà d’une « étape importante et symbolique ».

« Ce sont des petits pas, mais c’est comme cela qu’on avance. Il s’agit là de mener un travail de mémoire national, qui dépasse le seul cadre de
Vichy », indique-t-il.

En août dernier, Frédéric Aguilera avait interpellé sur Twitter le président Emmanuel Macron, qui avait utilisé la terminologie que le maire veut voir supprimer. « Une fois de plus vous alimentez un amalgame qui salit l’image de la ville », avait-il écrit. « Les Vichyssois n’en peuvent plus ! Je vous invite à venir découvrir notre ville et [à] comprendre les conséquences de ce raccourci. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...